Stars 80, La Suite : Critique qui se demande ce qu'elle a fait au bon Dieu pour mériter ça

Créé : 6 décembre 2017 - Simon Riaux

Stars 80 était un mauvais film, mais appartenait indiscutablement au champ d’analyse du cinéma. Avec Stars 80, La Suite, le producteur et réalisateur Thomas Langmann nous initie sans crier gare à un nouveau médium, curieux mélange d’attentat visuel, de crime rétinien et d’appel à l’aide.

 

Affiche
92 réactions

 

TOUT SCHUSS DANS LA POUDREUSE

À la découverte de la chose, on se surprend à espérer que toute l’équipe technique a travaillé dans les vapeurs d’un quelconque alcool inconnu du commun des mortels, les récepteurs synaptiques barbouillés de méta-amphétamines, tant ce qui se déroule sous nos yeux tient de l’inexplicable. Techniquement, Stars 80, La Suite tient du contre-miracle, d’une expérience inédite, à défaut d’être interdite.

Impossible de relever tous les plans où le point semble aléatoire, les séquences au montage absurde, les faux-raccords en pagaille, ou les enchaînements d’angles impossibles, massacrant ce qui fait office de dialogues à la hache. Il est fréquent de ne strictement rien comprendre à l’action, tant des situations, pourtant simples, sont atomisées par une post-production qu’on devine totalement chaotique.

 

Photo

Priez pour eux

 

Si le métrage accompli quelque chose, c’est dans son goût permanent de la contre-performance, son arythmie pathologique, et son ignorance à peu près totale du 7ème Art. Plusieurs passages sont incompréhensibles, la faute à un mixage sonore aux fraises, mais aussi à un découpage qui ne fait jamais sens. En l’état, il est difficile d’imaginer que quiconque ait pu valider, accompagner, accepter de livrer un produit final dans un tel état de désolation.

 

BANDE SM

Le film est régulièrement irregardable, et traite ses comédiens avec la même cruauté que les rétines de ses spectateurs. Balayé par la polémique autour d’une réplique aux relents pédophiles, Jean-Luc Lahaye a été purement et simplement amputé du film. Il y apparaît encore, mais toutes ses répliques semblent avoir été caviardées, conférant aux scènes où il apparaît un aspect bricolé qui condamnerait n’importe quel étudiant en cinéma à l’énucléation.

 

Photo

La réplique de la discorde

 

Une absence qui révèle l'irresponsabilité et l'éthique crapoteuse qui préside à l'entreprise. La production avait-elle émaillé tout le film de plaisanteries sur le goût de "l'artiste" pour les mineurs ? Ou s'est-elle révélée suffisamment lâche pour le dégager du montage à coups de ciseaux grossiers ? On ne le saura probablement jamais, on s'en moque, mais on a bien du mal à conserver ne serait-ce qu'un semblant de bienveillance face à tant de cynisme assumé.

Le reste du casting (à moins qu’il ne s’agisse de répliques empruntées au Musée Grévin et animées par des marionnettistes pervers) ne parvient jamais à exister, coincé entre un scénario aussi stupide que paresseux et des situations totalement désincarnées. Symptôme terminal de la dégénérescence du projet, la présence de Jean-Marc Généreux, systématiquement synonyme d’arrachage de tympans et d’agression chorégraphique, qui ferait passer Kevin Hart pour un modèle de sobriété et d'ascèse.

Pensé pour piéger les nostalgiques, Stars 80, La Suite a cela de détestable qu’il ne feint jamais de dissimuler sa nature de mauvaise arnaque, son rôle de véhicule à brouzoufs semi-subventionnés, sa dimension de petit exhausteur à égo pour une clique de parvenus rancis. 

 

Affiche

Résumé

Précédé d'une réputation sulfureuse, Stars 80, La Suite va bien au-delà du simple ratage envisagé, et s'impose comme une des purges les plus indigentes dont ait jamais accouché le cinéma français.

commentaires

milou 11/12/2017 à 10:27

j'ai vu le film avec des amis ,déçu,on ne chantent pratiquement pas ,la bande annonce est une arnaque dommage ,je me suis rattrapé avec la diffusion du 1er hier

Cervo 07/12/2017 à 13:56

@netsplit

Je veux bien que tout ça ne soit pas trop ton sujet de prédilection mais quand même. Tu dois te rendre compte que tes chiffres, sans contexte, n'ont aucun sens.

Je veux dire, tu le sais quand même hein ?

Parce que déjà, faudrait ramener ça à la population totale (et là, ta hausse, elle fait pschiiiiit)

Parce que faudrait voir qu'il y a beaucoup plus de films sur les écrans qu'en 1980

Parce qu'il faudrait voir que la fréquentation s'est énormément recentrée sur les centres urbains et touche des classes d'âge et sociales beaucoup plus restreintes.

Parce qu'il faudrait voir que les entrées se répartissent moins qu'avant pour se focaliser sur une poignée de prods.

Là, tu constateras que l'immense majorité des films sont des bides et que tous les voyants sont dans le rouge.

Netsplit 07/12/2017 à 11:44

@ Cervo
Tu raconte n'importe quoi , une vague recherche sur le net te donnera les chiffres
Entrée en 1980 : 175 millions
Entrée en 2016 : 213 millions

Rorov94 07/12/2017 à 10:56

Si vous voulez voir une comédie qui fait rire,parles des années 80,avec une bande-son de malade:
THE WEDDING SINGER!!!
Ceux qui l'on vu seront(pour une fois)d'accord avec moi.

Cervo 07/12/2017 à 10:18

@Mikegiver

Oui, le nombre d'entrées a grosso modo état divisé par 7 depuis les années 80, mais aujourd'hui ça va beaucoup mieux. Bien sûr.
Les 7 films français sur 10 qui ne dépassent pas les 50 000 entrées seront ravis d'apprendre qu'ils font en fait 1M et demi.

La blague.

mikegyver 07/12/2017 à 09:28

@jm

merci jm, bonne analyse , tout est dit avec :

"Non, c'est juste un manque de talent, et/ou de goût, ni plus ni moins."

parce que sur le papier c'etait une bonne idée, j'en veux la multitude de proches qui vont voir la tournée, et qui s'eclate a chanter debut de soirée, ca ne me choque pas,

c'est mieux que d'aller dans des boites pourries payer 30 euros le verre, la nostalgie n'a jamais tué personne, et ca booste le moral.

Juste pour rajouter, le cinema francais se porte a merveille, chaque film coute 10m de nos jours, fait son million d'entrées mini, alors qu'on faisait mieux dans les années 80 pour 100x moins cher, ca reste une histoire de s'en foutre plein les fouilles.

JM 06/12/2017 à 21:57

@rararara78 : à ma connaissance nos impôts ne servent pas à financer les films. Les aides délivrées par le CNC viennent d'un fonds alimenté il est vrai par nous, mais quand on va au ciné (11 % du ticket il me semble), pas par les impôts. Il ne faut pas dire n'importe quoi. Et ce fonds est bénéficiaire. Par ailleurs les aides ne représentent qu'une infime part sur un film à gros budget comme celui-ci (20M€, on se demande bien où ils sont. Pas à l'écran en tous cas).
Cela dit je vous rejoins sur le soucis de financement qui amène certains producteurs peu scrupuleux à financer des navets, car il ne prennent pas vraiment de risque financier. Le gros du budget vient des chaines de télé (surtout tf1, m6 et bien sûr canal+ mais de moins en moins depuis Bolloré), des fonds d'investissement privés (les soficas), des préventes à l'étranger, mais aussi du distributeur. Il faut se sortir de cette idée que le ciné français est financé par le contribuable.
Concernant le film, je crois que tout le monde est d'accord, c'est un sacré navet. Non pas que le producteur néglige son public dans ce cas, car Langmann a mis beaucoup d'argent personnel dans ce projet, ce qui est rare. Non, c'est juste un manque de talent, et/ou de goût, ni plus ni moins.

Zach 06/12/2017 à 18:26

Ce film est un crime contre le septième art. Voire contre l'humanité.

Shagon 06/12/2017 à 16:42

De toutes façons, on voulait juste kiffer Chabat Claus...

StarLord 06/12/2017 à 16:22

Je vous ai connu plus inspiré Mr Riaux! Pourtant il y avait matière à de belles envolées lyriques avec cet etron filmique ;)

Plus

votre commentaire