Raised by Wolves : les premières critiques de la série SF de Ridley Scott sont tombées

Mathias Penguilly | 28 août 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Mathias Penguilly | 28 août 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Le nouveau projet sériel de Ridley Scott débarque très bientôt sur la plateforme américaine HBO Max. Les premières critiques anglo-saxonnes sont un peu tièdes. 

Raised by Wolves est le dernier projet télévisé à bénéficier du nom du célèbre réalisateur. Après la série Numbers qu'il a produite entre 2005 et 2010, et plusieurs téléfilms pour la chaîne National Geographic, le cinéaste va réaliser les deux premiers épisodes de cette série mystique et post-apocalyptique qui oppose des robots sensibles à un groupe d'humains en proie à des dilemmes religieux.

Créée par Aaron Guzikowski (scénariste de The Red RoadPrisoners), la nouvelle série HBO met en scène Père et Mère, un couple d'intelligences artificielles interprétées par Amanda Collin et Abubakar Salim, qui élèvent un groupe d'enfants après que les humains aient détruit leur planète lors d'une guerre mondiale aux motifs religieux. Les deux premières bandes-annonces (ici et ) montraient un univers dystopique particulièrement intrigant. Les premiers avis sont tombés aux États-Unis et ils sont assez mitigés. Revue de presse.

 

Photo Abubakar Salim, Amanda CollinLe futur appartient aux robots, pas aux Aliens ?

 

Beaucoup de critiques saluent l'originalité de l'intrigue et de la photographie tout en regrettant que le scénario n'aille pas au bout des idées qu'il propose. La critique américaine souligne notamment des défauts quant à la création de l'univers SF, vraiment unique en son genre :

"Raised by Wolves est meilleure quand elle permet à Scott et aux réalisateurs de suivre [Aaron Guzikowski] et de creuser certaines problématiques, mais elle est lacunaire en termes de mythologie, de narration et de construction d'un univers. Elle ressemble à un brouillon de série, qui attendrait d'être plus élaboré pour devenir quelque chose de plus dense et de plus attrayant. C'est certainement un brouillon très intrigant, mais combien de temps les spectateurs auront-ils la patience d'attendre si elle ne devient pas plus... colorée ?" - The Playlist

 

photo, Amanda CollinSalutations au soleil

 

La construction des personnages ferait également défaut, non pas qu'ils ne seraient pas assez complexes, mais plutôt qu'ils ne seraient pas assez attachants pour que le public s'attarde sur la série :

"Pas facile de finir les 53 minutes du premier épisode en ayant le moindre indice sur ce que Raised by Wolves est en tant que série, mais c'est très facile de les finir avec l'espoir - c'est plus ou moins le thème de la série - que ce que vous avez vu devienne quelque chose d'impressionnant. Un peu traînant au final. Mais impressionnant [...]. Pour les fans d'une science-fiction très conceptuelle, qui sont capables de creuser trop profondément ou de poser peu de questions, Raise by Wolves aura un certain intérêt. Mais, ce n'était pas vraiment ça. Après six épisodes, j'ai perdu toute affection pour chaque personnage et leur monde ; l'effet de curiosité s'est aussi dissipé." - The Hollywood Reporter

"J'ai vu six épisodes et je m'inquiète du manque d'élan [de la série]. C'est le genre de séries où deux côtés s'affrontent et passent la moitié de la saison à se préparer à une nouvelle bataille. Les performances sont intrigantes néanmoins. Mère est un personnage redoutable et Collin est terrible : elle est une nouvelle déesse, une mère anxieuse ou peut-être juste un appareil électroménager pas très loin de l'obsolescence [...]. Raised by Wolves reflète un instinct pas banal pour de la science-fiction avec un budget correct, mais c'est impossible de soutenir les personnages. À la fin de l'épisode 2, les "héros" sont tous plus ou moins des tueurs de masse. Ils sont soit motivés par un système de pensée lunatique, soit ils mentent tout le temps, à propos de tout."  - Entertainment Weekly

 

photo, Travis FimmelQuand le roi Viking se la joue gourou

 

Tous les avis ne sont pas aussi mitigés néanmoins, d'autres critiques ont notamment souligné la qualité des effets spéciaux et de la photographie - non sans reconnaître une certaine lenteur à la narration :

"Raised by Wolves est une série télévisée de science-fiction d'un rare pedigree. Alors que les services de streaming et de télévision câblée lèvent la barre de plus en plus depuis des années, la série fait un grand bond en avant en termes d'art, d'échelle et de vision. Sa narration romanesque et son évolution lente demandent beaucoup à ses spectateurs, mais cela vaut vraiment le coup. Pour ceux qui auront envie de s'engager, Raised by Wolves est une œuvre d'art de science-fiction qui va rester dans votre esprit bien longtemps après le générique de chaque épisode." - ComicBook.com

"D'après les épisodes envoyés à la critique, Raised by Wolves a le potentiel d'être une des premières grandes séries de science-fiction des années 2020. Magnifique visuellement, merveilleuse sur le plan technique et vraiment trippant, elle ressemble à un appel du pied à l'âge d'or de la science-fiction et un modèle de ce que la science-fiction pourrait être pendant ce siècle." - Decider

La série sera disponible sur HBO Max dès le 3 septembre 2020 aux Etats-Unis. En France, elle arrivera plus tard sur le bouquet Warner TV.

 

Affiche officielle

Tout savoir sur Raised by Wolves

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
guzzilap
23/10/2020 à 01:17

J'ai consciencieusement regardé les 10 (pas 9!) épisodes, et franchement on peut s'arrêter là, merci: si les 2 premiers signés papy Scott sont encore un peu interpellants (rythme lent mais tendu, sècheresse esthétique originale), la suite se fout toute seule dans le décor.
En effet le minimalisme de la situation reste... minimal (les petits nenfants, la culture des navets, les méchants arrivent, la cueillette des navets, sauver les petits nenfants, manger des navets, etc), donc très rapidement on tourne absolument en rond entre trois décors et demi, toujours les mêmes ( ambiance gîte du Larzac, ou Damas sous les bombes, en alternance, avec des échappées en forêt brumeuse de 15 arbres maxi, option grottes sombres mais toujours identiques). Je vous promets, c'est pas si artistique que ça et ça devient usant (oh noooon, pas encore le rubick's cube géant à orifice (!!??) dans le désert !).
La réa est franchement paresseuse, plus on avance dans les épisodes moins il y a de plans larges (et quand il y en a, apparaissent d'énormes fautes de raccord) à défaut de cadrages remarquables ou de mouvement d'appareil (sauf quand les persos courent, ouhlala bien vu!), ça finit en champ/contre-champ de pépère sur des épisodes entiers... Mieux, avec des paysages pareils, quasiment pas de plans de respiration, de contemplation, c'est ballot. Les CGI, dans le même élan, sont peu inspirées, peu marquantes, bien scolaires et illustratives, voire carrément ridicules dans le finale.
Mais surtout, le noeud du truc: le scénario, l'épaisseur des ficelles, la maladresse des dialogues, l'artificialité des rebondissements, la pauvreté abyssale des personnages, les problèmes de narration, le recours aux clichés les plus éculés, le manque absolu d'enjeu, d'esprit, de sens.
Comme souvent quant R.Scott est dans les parages, le spectacle est intellectuellement navrant, qui brasse tel un enfant orgueilleux et pas si savant des concepts ronflants avec une gravité de pape, sans savoir qu'en faire au final, sinon une bouillie sentencieuse. Et s'abstenant, comme d'habitude, de s'appuyer sur le seul ingrédient qui vaille: le personnage, l'acteur, l'humain, ses failles, ses liens, ses mystères.
En résumé, et de plus en plus au long de la S01: un vrai déficit d'intelligence, de travail, de créativité. C'est bâclé, ou c'est fauché, ou les deux.
Aussi con, petit-bras et paresseux que The High Castle, pour vous situer, Ca m'a même rappelé Cosmos 1999 et l'Age de Crystal, des fois. Or, on est bien d'accord, ça ne devrait pas.
Revoyez plutôt The Expanse ;)

Martial
20/10/2020 à 00:04

Je viens de finir les 9 épisodes de cette série
Le scénario est original car il exploite la notion de croyance que l’homme a toujours voulu inventer au fil des millénaires (et on sait où ça nous a mené en espérant que la planète renaîtra malgré tout après le passage du parasite bipède.)
J’ai bien aimé
J’attends la deuxième saison

souleater34
04/09/2020 à 12:23

Sinon,y a-t-il un commentaire constructif sur cette série (dont les premières images ne m'ont pas emballé? Ça me rappelait un peu les CGI pourries de "I Robot"...

neneu
01/09/2020 à 17:24

"Une série de SF + Ridley scott = tambouille insipide à peine digne des questionnements fumeux de prometeus et du dernier alien.
Amen"

Comment on peut dire des conneries pareilles sur un homme qui a réalisé en 82 un des plus grands ( sinon le plus grand ) film de science fiction de tous les temps ??

Beaulardon
28/08/2020 à 19:09

Blade runner 2049 est beau et bon, et en ce moment ça manque les images visuellement marquante

Dredd*
28/08/2020 à 18:18

'' Un univers visuel ne fait pas un bon film, loin de là ''

Coucou Blade Runner 2049

Jasper
28/08/2020 à 18:11

@Cruz
Un univers visuel ne fait pas un bon film, loin de la. Et le problème des 2 films c'est qu'ils se pensent plus intelligent qu'ils ne le sont réellement.

CRUZ
28/08/2020 à 17:10

Pourquoi Prometheus et Convenant sont autant mal aimés ?

C'est sur que c'est pas du blockbuster de studio habituel mais ces deux films ont d'énormes qualités tout de même, au niveau visuel c'est du très très lourd déjà

Jasper
28/08/2020 à 16:54

Une série de SF + Ridley scott = tambouille insipide à peine digne des questionnements fumeux de prometeus et du dernier alien.
Amen

CRUZ
28/08/2020 à 16:52

86% sur rotten tomatoes pour l'instant

Plus
votre commentaire