Après Ghostland, Pascal Laugier s'attaque aux 10 Petits Nègres d'Agatha Christie

Créé : 20 janvier 2019 - La Rédaction
Photo
348 réactions

On a souvent tendance à moquer les fictions produites par la télévision française, mais en voici une qui nous surprend.

On ne peut pas dire que les productions de nos chaînes de télévision nationales aient pour habitude de nous sidérer par leur originalité ou leur audace. Pourtant, M6 nous fait un peu écarquiller les yeux avec son projet de relecture des 10 Petits Nègres.

Rebaptisés Ils Etaient Dix, le récit rassemblera dans les Caraïbes dix malheureux, cinq femmes, et cinq hommes. Malheureux, mais pas innocents, puisque ces individus réunis par un illustre inconnu ont pour unique point commun d’avoir tous commis au moins un meurtre. Ils devraient, on s’en doute, se faire gentiment masibler au fur et à mesure des six épisodes de cette mini-série.

 

Photo Anastasia Phillips, Crystal Reed Ghostland

 

Jusque là rien de foncièrement palpitant, sauf que la chaîne a choisi pour réaliser la chose une référence en matière d’équarrissage de personnages, puisque c’est Pascal Laugier qui sera derrière la caméra.

On est donc assez curieux de voir ce que le réalisateur de MartyrsGhostland ou encore The Secret a en tête pour se réapproprier le classique de la littérature policière écrit par Agatha Christie. À l’écran, il dirigera un casting solide, où l’on croisera Matilda Lutz de Revenge, mais également Romane Bohringer, Marianne Denicourt, Guillaume De TonquedecSamuel Le Bihan ou encore Patrick Mille.

La mini-série n’étant pas encore tournée, il faudra vous armer de patience, puisque Ils Etaient Dix ne devrait pas être diffusé avant 2020.

 

Photo Pascal Laugier sur le tournage de The Secret

commentaires

l'autre 21/01/2019 à 09:33

merci pour "masibler" je connaissais pas ;-)

Akitrash 20/01/2019 à 19:24

Je préférais son idée de Pinhead en jarretelles...

Mon avis vaut le tien 20/01/2019 à 16:39

Mais on sait tous qui est l'assassin ! C'est pour comme le crime de l'orient express de Brannach, ça n'avait d'intérêt que sur la forme. Et en tout cas pour moi, ça ne me suffit pas

Pierre 20/01/2019 à 11:45

C'est une histoire palpitante indémodable.

Si la série est aussi réussie que And then there were none, je suis preneur.

Number6 20/01/2019 à 11:17

J'adore Augier, un des rares artisans français sur le genre. Mais la, dubitatif. Il va pas forcément avoir les coudées franches à mon avis. Ouait end scie.

Ringo 20/01/2019 à 10:15

Mouhahahaha ! Pour une fois (à part The Secret, plus classique dans sa forme, Laugier va tenir une histoire. Tant que ça lui permet de ne plus faire du faussement choquant horrifique façon Ghostland, c'est toujours bon à prendre.

votre commentaire