Flash saison 3 : le bolide est-il toujours en forme ?

mdata | 27 mai 2017
mdata | 27 mai 2017

La troisième saison de Flash vient de se terminer sur la chaîne CW. L’homme le plus rapide du monde est-il toujours dans la course ? C’est l’heure du bilan !

Flash est une série diffusée sur la chaîne Américaine CW depuis 2014, et a été développée par Geoff Johns (DC Comics), Andrew Kreisberg et Gerg Berlanti. Flash est un spin-off de la série Arrow et se déroule donc dans le même univers que cette dernière, Legends of Tomorrow et Supergirl.

Flash raconte les aventures de Barry Allen, jeune scientifique travaillant pour la police de Central City et fils adoptif du policier Joe West. Lors de l’explosion d’un accélérateur de particules, Barry est frappé par la foudre et est aspergé de produits chimiques. Après un bref coma, Barry découvre qu’il possède une vitesse prodigieuse et apprend à la maîtriser avec l’assistance de Harrison Wells, Cisco Ramon et Caitlin Snow. Il devient alors le protecteur de Central City, sous le nom de Flash, l’homme le plus rapide du monde.

 

Photo Carlos Valdez, Grant Gustin, Danielle Panabaker, Tom CavanaghLa Team Flash, du temps de la première saison

 

Le rôle de Barry Allen / Flash est tenu par le comédien Grant Gustin, tandis que les rôles de Harrison Wells, Cisco Ramon et Caitlin Snow sont tenus respectivement par Tom Cavanagh, Carlos Valdes et Danielle Panabaker. Quant à Joe West, il a les traits de Jesse L. Martin.

Après deux saisons rythmées par les exploits les plus fous face à des ennemis toujours plus forts, Flash a connu de nouvelles aventures encore plus rapides pour cette troisième saison. Est-il toujours le gars sympa le plus rapide du monde ? Est-ce qu’il a enfin réussi à avoir une vie privée correcte ? Et qu’est ce que vient donc faire Harry Potter dans cette histoire ? Accrochez-vous à vos baskets, Ecran Large vous dit tout sur la saison 3 de Flash !

 

Affiche

 

WITH A LITTLE HELP FROM MY FRIENDS : LES CROSSOVERS 

Vieille tradition des comics, les crossovers sont l’occasion pour les super-héros appartenant au même univers de se rencontrer et d’affronter ensemble un péril commun. Le plus souvent, ça commence d’ailleurs par une bonne bagarre entre héros, histoire de créer des liens !

Flash n’est pas un débutant dans l’exercice : il a déjà eu l’occasion de croiser le chemin des personnages de sa série-mère Arrow, et même de l’héroïne de Supergirl alors que cette série était encore sur CBS. Mais cette année CW met les petits plats dans les grands avec un gigantesque crossover étalé sur les quatres séries Supergirl, Flash, Arrow et Legends of Tomorrow  (enfin presque, pour Supergirl il s’agit plutôt de cinq minutes d’un épisode…). Le bolide écarlate est en plus au coeur de l’action car non seulement c’est lui qui découvre l’invasion extra-terrestre mais en plus il s’avère que ces méchants envahisseurs sont venus sur Terre à cause de ses actions avec l’espace temps. Mission réussie pour le crossover, qui aura apporté du grand spectacle le temps de quatre soirées, et gros coup de projecteur sur Flash qui en tient le rôle principal.

 

Photo David Ramsey, Caity Lotz, Carlos Valdes, Emily Bett Rickards, Stephen Amell, Grant Gustin, Brandon Routh, Melissa Benoist, Nick Zano, Victor GarberQuatre séries, ça en fait des personnages !

 

Une seconde rencontre a eu lieu ensuite : Supergirl et Flash se retrouvent en effet le temps d’un épisode musical particulièrement réussi. Les producteurs ont su écouter les attentes des fans en orchestrant une rencontre musicale entre Grant Gustin (Flash) et Melissa Benoist (Supergirl) qui se trouvent être deux anciens de la série musicale Glee. L’alchimie et la complicité des deux comédiens fait une nouvelle fois des merveilles au sein d’un épisode dont la conclusion s’avère particulièrement importante pour les intrigues en cours dans les deux séries. Mais elle est surtout très touchante pour le personnage de Flash.

 

Affiche

Flash et Supergirl : Que le spectacle commence !

 

UNE PETITE HISTOIRE DU TEMPS 

Une nouvelle fois le voyage temporel est au coeur de l’intrigue de la saison : non seulement les premiers épisodes se déroulent dans une réalité alternative issue d’un voyage de Barry dans le passé, mais le grand méchant de la saison est lui-même adepte des voyages dans le temps. Sans oublier que Barry ne se prive pas de continuer à se balader d’époque en époque alors qu’il sait pertinemment que c’est dangereux.

 

ATTENTION SPOILERS

Savitar est en effet une version de Barry Allen venu du futur et ayant perdu la raison. Il s’agit en effet d’un écho (time remnant en VO), un double “jetable” que Barry avait créé pour combattre Savitar justement… l’intrigue de la saison tourne donc autour d’une boucle temporelle, que l’on appelle boucle causale dans le petit monde des amateurs de voyage dans le temps. Tout ceci fait que Savitar remonte le temps pour justement permettre sa naissance ultérieure.

 

Photo SavitarLe mystérieux Savitar

 

L’identité de Savitar restera un mystère jusqu’à la dernière partie de la saison, même si avec le recul la couleur bleutée de son armure était un indice qui aurait dû mettre la puce à l’oreille des lecteurs de comics. Un Barry Allen du futur avait en effet remonté le temps pour remplacer sa version jeune, et son costume était lui aussi bleu (mais nettement moins badass que l’armure de Savitar).

FIN DES SPOILERS

 

Comics Flash vs FlashUne influence pour le Savitar version télé ?

 

BARRY POTTER A L’ECOLE DES SORCIERS

Dans la saison 2, les producteurs de Flash semblent s’être amusés à jouer aux apprentis sorciers : on retrouve en effet dans l’intrigue la fameuse pierre philosophale au coeur de bien des mythes, mais aussi le comédien Tom Felton dans le casting. Quand on sait que ce dernier joue le rôle de Drago Malefoy dans les films Harry Potter, et que l'intrigue de Harry Potter à l'école des sorciers s'articule justement autour de la pierre philosophale, le hasard fait bien les choses… A moins que les producteurs et scénaristes aient décidé de s’amuser avec le public.

Tom Felton gère en tout cas très bien son rôle dans cette saison, devenant assez rapidement un personnage important de l’univers télévisuel de Flash.

 

 

Photo  Tom Felton

Le petit Malefoy a bien grandi !

 

UN BOLIDE C’EST BIEN, QUATRE C’EST MIEUX

Les bolides (speedsters en VO) ont la manie de proliférer dans la série Flash. En dehors de Barry Allen, il y a aussi Jay Garrick (le Flash d’un autre monde, qui a les mêmes traits que son père décédé et est incarné par John Wesley Shipp, le Flash des années 90) et depuis cette saison un nouveau Flash fait son apparition en la personne de Kid Flash. Il s’agit de Wally (Keiynan Lonsdale), le frère d’Iris West (Candice Patton), doté de pouvoirs dans le monde de Flashpoint et qui les a récupérés grâce à Savitar.

 

Photo Grant Gustin, John Wesley ShippDeux générations de Flash

 

Parmi les bolides, n’oublions pas aussi Jesse Quick (Violett Beane), la fille du Harrison Wells de Terre-2. Elle vient de temps en temps donner un coup de main, et faire tourner la tête de Kid Flash au passage.

 

Photo Violett Beane, Grant Gustin, Keiynan LonsdaleJesse Quick, Flash et Kid Flash : trois bolides sinon rien

 

EN ROUTE VERS LA SAISON 4

 

ATTENTION SPOILERS

La fin du dernier épisode de la saison 3 est prompt à soulever bien des interrogations : Barry se voit contraint de partir pour la dimension de la Force Véloce (Speed force en VO), déstabilisée suite à la destruction de Savitar. Le jeune super-héros se livre donc à des adieux déchirants, dans un moment très touchant où la Force Véloce prend l’apparence de sa mère décédée pour lui dire de prendre ses responsabilités (soit dit en passant, vu le bazar qu’il a semé en trois saisons, il était temps !).

Il semblerait donc que dans la saison 4, le manteau de Flash revienne à Wally / Kid Flash, adoubé par son prédécesseur lors de son départ. Situation qui n’est pas sans évoquer les comics : dans Crisis on Infinite Earths, histoire mythique de DC Comics, Wally reprend le rôle de Flash suite à la mort de Barry Allen. Ici, ce dernier est toujours vivant mais il s’en va pour une durée indéterminée et donc ne peut plus tenir ce rôle. Le déchaînement de la Force Véloce fait en tout cas penser à Crisis, mais bien entendu à une échelle bien plus réduite (même constat que pour Flashpoint).

 

Photo Crisis on Infinite Earths (comics)Kid Flash reprend le rôle de Flash

 

Est-ce que Grant Gustin sera vraiment absent de la saison 4 ? Ou bien est ce qu’on le verra tout de même prisonnier de la Force Véloce, puis s’en échapper ? A l’heure qu’il est, nous n’avons pas la réponse.

FIN DES SPOILERS

 

Photo Grant Gustin

 

LES POINTS NEGATIFS

Nous en sommes à la troisième saison de Flash, et la mécanique est désormais bien huilée. Flash peut compter sur son équipe, qui se renouvelle et s’agrandit d’épisode en épisode, et sa grande maîtrise de ses fantastiques pouvoirs lui permet d’accomplir des exploits tous plus insensés les uns que les autres.

La saison est cependant plombée par plusieurs défauts. Tout d’abord il est vraiment dommage que le grand vilain de la saison soit encore un bolide : on a eu Reverse Flash, on a eu Zoom et maintenant on a Savitar, encore et toujours des bolides. Certes, il faut monter un cran au-dessus des adversaires de base de Flash (comme les Rogues) mais ne peut-on pas trouver, pour une fois, un méchant qui ne soit pas un énième bolide ? La lassitude finit par gagner le spectateur, qui ne peut que déplorer un certain manque d’originalité.

 

Photo Grant Gustin, doublure de ZoomLes méchants sont tous des bolides : comme c'est original !

 

La personnalité de Barry peut aussi commencer à agacer sérieusement le spectateur : outre sa propension à se balader démasqué (ce qui était au début plus commode car le costume n’est pas pratique au niveau du visage) et à dévoiler son identité à tout le monde, il apparaît comme un personnage buté. Depuis la première saison, où il a commencé à voyager dans le temps, tout le monde lui martèle que ses agissements sont dangereux et qu’il faudrait qu’il cesse de bidouiller le temps.

Et lui, que fait-il ? Il continue, et même souvent pour des motifs purement égoïstes même s’il est certes plus noble d’empêcher la mort de sa mère que de se servir d’un almanach des sports venu du futur pour gagner au jeu. Ses agissements sont même allés très loin dans cette saison, car Flashpoint a eu des conséquences non négligeables : Cisco a perdu son frère, la fille de Diggle (de la série Arrow) est devenu un fils et Caitlin est devenue une méta humaine. Barry semble décidément incapable d’apprendre de ses erreurs, semblant condamné à les répéter indéfiniment. C’est une faille dans la construction du personnage qui devrait être traitée par les scénaristes à l’avenir, car là aussi le public se lasse de voir ça.

 

Photo John Wesley Shipp, Grant GustinOn lui a pourtant dit d'arrêter de jouer avec le temps !!

 

Et puisqu’on parle de voyage dans le temps, il serait peut être judicieux de conseiller aux scénaristes de Flash d’assister à une masterclass de Steven Moffat (auteur et showrunner de Doctor Who), parce que la résolution du dernier épisode de la saison tourne carrément en eau de boudin du côté des paradoxes…

 

Photo Peter Capaldi

Ca vous dit un petit cours sur les paradoxes temporels avec le Docteur ?

 

Enfin le dernier défaut de la série est commun à l’ensemble des séries CW : les personnages “ordinaires” sont voués à devenir des super personnages. Cisco s’était découvert des pouvoirs, Wally était devenu Kid Flash, et maintenant Caitlin est devenue Killer Frost. Cela lui ouvre des perspectives plutôt intéressantes sur un tiraillement entre son affection pour ses amis et sa nature maléfique qui a pris peu à peu le dessus, mais il est quand même dommage de se priver du casting “normal” de la série. Espérons que dans la saison 4 nous ne verrons pas Joe West mettre son slip par dessus un collant moulant ainsi qu'une cape pour aller défendre la veuve et l’orphelin !

 

Photo Danielle Panabaker

Bienvenue chez les méta humains, Caitlin !

 

LES POINTS POSITIFS

Tout n’est heureusement pas à jeter dans cette troisième saison de Flash. L’interprétation des comédiens est plutôt bonne, ces derniers étant à l’aise dans leurs rôles respectifs. Dans ce domaine, nous ne pouvons que saluer une nouvelle fois le talent de Tom Cavanagh, qui nous offre un véritable festival depuis la première saison avec des versions alternatives de Harrison Wells. Ses différentes interprétations sont toutes très bonnes, et il arrive même à rendre attachant l'exubérant HR qui a pourtant tout de la tête à claques.

 

Photo Tom Cavanagh

HR, à mille lieues de ses autres versions

 

Les histoires de cette troisième saison sont assez inégales, mais globalement bonnes et certains épisodes sont même très originaux, comme l’alliance forcée avec Captain Cold. A part les défauts relatifs à la personnalité de Barry, le spectateur passe généralement un bon moment devant son écran en regardant les aventures du bolide de DC Comics. Le capital sympathie du comédien n’y est certainement pas étranger, et même malgré ses défauts Barry est un personnage attachant. L'humour présent dans la série est un plus non négligeable, permettant d'alléger un peu l'ambiance.

On pourra aussi apprécier qu’après deux ans de “Je t’aime / Moi non plus” Barry et Iris vivent enfin leur idylle, aussi tranquillement que peuvent le faire deux personnages dans un environnement peuplé de vilains prêts à en découdre. Les triangles amoureux et la friendzone, c’est lassant à force et nous pouvons remercier les scénaristes d’avoir laissé tomber ce ressort scénaristique usé jusqu’à la corde.

 

Photo Candice Patton, Grant Gustin

Fini la friendzone !

 

Les effets spéciaux de la série sont toujours aussi réussis, et vu la prolifération de bolides dans cette saison il était essentiel que le rendu de leurs courses folles soit parfaitement maîtrisé. Pari réussi. A aucun moment on ne peut déplorer de maladresse dans la représentation visuelle des pouvoirs de Flash et des autres bolides.

 

Photo Grant Gustin

La vitesse est très bien rendue à l'écran !

 

Bilan : Les défauts de Flash, présents depuis la première saison, tendent à s'aggraver avec le temps et plombent cette troisième saison. Mais la série continue à conserver un capital sympathie suffisant pour retenir l’attention du spectateur. Méfiance toutefois messieurs les scénaristes, cela peut très bien changer si vous ne rectifiez pas le tir...

 

En partenariat avec Watchtower Comics

Affiche

 

 

commentaires

mdata
28/05/2017 à 18:16

@whizzler : Oui c'est exact, petite confusion mais c'est vrai qu'ils ont bien les deux mêmes parents. Merci de nous l'avoir signalé !

Whizzler
28/05/2017 à 17:43

Bonjour,
Il y a une erreur dans votre article Wally est le frère Iris West est non son demi-frère.

yellow submarine
27/05/2017 à 15:12

moi qui avait beaucoup aimé la première saison l'attrait s'est quand même bien amenuisé au fil des épisodes des saisons suivante.
On dirait comme vous dite un remake avec à chaque fois, mais qui est le bad guy cette année.

Lassant, et un flash pleurnichard et torturé ça n'a rien d’intéressant. En plus il est sensé être extrêmement rapide mais le nombre de fois ou il se prend un tir de ci ou ça non mais la blague...

votre commentaire