Peaky Blinders : retour sur la saison 4 de la violente série de gangster devenue incontournable

Créé : 30 janvier 2018 - Alexandre Janowiak
Photo Cillian Murphy
97 réactions

Les Peaky Blinders sont revenus dans une quatrième saison fin 2017. Après une saison 3 un brin décevante, le clan Shelby devait remonter la pente dans cette nouvelle saison pour prouver qu'elle est une des grandes séries du moment. Pari réussi ?

ATTENTION SPOILERS

 

 

PRÉCÉDEMMENT DANS...

La saison 1 de Peaky Blinders se déroule en 1919 à Birmingham. Quelques mois après la fin de la Première Guerre mondiale, soldats, révolutionnaires politiques et criminels combattent pour se faire une place dans le paysage industriel de l’après-Guerre. Le Parlement s’attend à une violente révolte, et Winston Churchill mobilise des forces spéciales pour contenir les menaces, dont le gang de la famille Shelby, l'un des plus redoutables.

Surnommés les "Peaky Blinders" par rapport à leur utilisation de lames de rasoir cachées dans leurs casquettes, ils tirent principalement leur argent de paris et de vol. Thomas "Tommy" Shelby (Cillian Murphy), le plus dangereux de tous, va devoir faire face à l’arrivée de Campbell (Sam Neill), un impitoyable chef de la police qui a pour mission de nettoyer la ville. Avec la jeune et charmante infiltrée Grace Burgess (Annabelle Wallis), ils comptent bien trouver un moyen d'inculper la famille Shelby.

 

Image 672553Campbell et Grace

 

Dans les derniers instants de la saison, après de nombreuses confrontations indirectes, les Peaky Blinders et les Kimber s'affrontent dans les rues de Birmingham. Tommy tue le leader Billy et met fin à la guerre. De son côté, Grace découvre où sont cachées les armes et le dévoile à Campbell. Mais alors qu'elle démissionne et refuse les avances de Campbell, elle avoue être tombée amoureuse de Tommy. Elle monte un plan pour qu'ils terminent ensemble à Londres. Alors que Polly lui a révélé la véritable identité de Grace, Tommy décide de sceller son sort en tirant à pile ou face.

A la gare, Grace attend sous les flots l'arrivée potentielle de Tommy mais c'est finalement Campbell qui arrive. L'inspecteur, bien décidé à ne pas laisser passer sa trahison, la menace en pointant son pistolet sur elle. Un coup part mais l'écran est noir. A-t-il abattu la belle ? Mystère. 

 

PhotoPersonne n'emmerde les Shelby... surtout pas les Kimber

 

La saison 2 revient immédiatement sur le cliffhanger final de la saison 1. Finalement c'est Grace qui a dégaîné la première et tiré sur Campbell avant de s'échapper pour Londres. Puis, la série fait un large bon en avant puisqu'on se retrouve deux ans plus tard en 1921. Les Shelby dominent largement la ville de Birmingham, Tommy est resté et n'a pas rejoint Grace. Cependant, le leader du clan a de grandes ambitions et envoie ses frères Arthur et John à Londres pour se faire une place dans le monde des paris hippiques de la capitale britannique. Sur place, ils provoquent une bagarre avec la famille Sabini.

A Birmingham, le clan Sabini n'attend pas pour calmer l'ardeur des Peaky Blinders en kidnappant Ada (Sophie Rundle), la soeur des Shelby, et en échouant de peu à tuer Tommy. Le chef des Peaky est sauvé in-extremis par Campbell (vivant donc), sommé par Winston Churchill de le surveiller, en vue d'une future mission pour le gouvernement.

 

Photo Noah Taylor, Sam HazeldineLes Sabini ne plaisantent pas...

 

En effet, cette nouvelle saison offre de nombreux rebondissements pour Tommy. Alors qu'il rencontre une autre femme May (Charlotte Riley), le retour de Grace bouleverse ses plans amoureux. Son conflit avec les Sabini l'oblige à s'allier au malhonnête Alfie Solomons (Tom Hardy) pour ne pas perdre la face. Enfin, il est chargé par la Couronne et donc Campbell d'abattre un militaire de haut rang. Tout au long de la saison, Polly (Helen McCrory) revient, elle, sur son passé et retrouve son fils perdu, Michael (Finn Cole).

Tout se règle plus ou moins lors du dernier épisode. Les frères Shelby s'emparent du butin des Sabini lors des courses hippiques. Polly abat Campbell (il l'avait violée en échange de la libération de son fils Michael) et Tommy tue le militaire visé par la Couronne. Il est cependant capturé par des hommes du chef de la police et semble sur le point de mourir. Heureusement, il est sauvé par un des missionnaires de Churchill chargé de le protéger.

 

Photo Cillian MurphyTommy a perdu le contrôle en cette fin de saison 2 et a eu très chaud

 

La saison 3 reprend deux ans plus tard, en 1924, avec le mariage de Thomas Shelby avec Grace Burgess. On apprend également qu'ils ont un fils de deux ans : Charles. Si Tommy a été sauvé par Winston Churchill, ce n'était pas gracieusement. Il est chargé de voler des chars d'assauts aux russes pour soutenir la guerre contre les communistes. Il va devoir collaborer avec le Père Hughes (Paddy Considine) et la famille russe des Romanov.

Occupé par cette mission, il laisse les "affaires courantes" à ses deux frères. Mais après un désaccord, et les accès de folie de John et Arthur, les Shelby se mettent à dos les Changretta, une famille de mafieux dangereuse et influente. Pour se venger, un des membres des Changretta essaye de tuer Tommy lors d'une réception mais tue finalement Grace. Enragé, Tommy et Arthur capturent le patriarche Changretta et le tuent à son tour.

 

Photo Paddy ConsidineLe Père Hughes, nouvel ennemi de Tommy

 

Pendant ce temps Tommy apprend que le Père Hughes est un traitre et joue un double jeu avec les communistes. Conscient du complot d'Etat dans lequel il est mêlé, il informe la jeune duchesse Romanov (Gaite Jansen), avec qui il vit une relation sulfureuse, et lui demande la permission de tuer le père Hughes. Malheureusement, il est doublé par le prêtre qui lui fracture le crâne. Quelques temps plus tard, alors que Tommy s'est remis, le Père apprend que le clan Shelby a trouvé un moyen de contrecarrer ses plans. Il kidnappe alors Charles, le fils de Thomas, pour l'en empêcher.

Furieux, Thomas met tout en place pour retrouver son fils, tuer le Père Hughes, satisfaire la famille Romanov et assouvir une bonne fois pour toute sa domination sur Birmingham. S'il apprend qu'Alfie Solomons, l'a encore une fois trahi (il savait que son fils serait kidnappé), il ne le tue pas. Thomas Shelby finit, après de mutliples péripéties, à s'en sortir et à régler ses problèmes. Mais pour se faire, il a passé un accord avec les autorités pour qu'Arthur, John, Michael et Polly soient arrêtés et incarcérés, trahissant ses plus fidèles alliés.

 

Photo Cillian MurphyTommy Shelby plus seul que jamais


GANGS OF BIRMINGHAM

Cette nouvelle saison reprend exactement là où elle s'était terminée ou presque. La famille Shelby avait été arrêtée par la police après un accord trouvé entre les autorités et Tommy Shelby, et nous retrouvons donc Arthur, John, Michael et Polly en prison. Leur dernière heure a sonné. Ils sont tous amenés à la mort par les gardes, récitant leurs dernières prières, criant leurs désespoirs ou pleurant leurs ultimes sanglots. Heureusement, ils sont sauvés in-extremis par une manigance de Thomas Shelby (qui a toujours un coup d'avance) et sont libérés.

Malgré tout, à la veille du Noël 1926, Tommy Shelby, veuf depuis l'assassinat de sa femme, est toujours isolé et séparé des siens qui l'accusent de trahison. Il dirige d'une main de fer deux usines à Birmingham le jour et trompe sa solitude avec des prostituées la nuit. Seul son jeune cousin Michael a décidé de continuer à travailler à ses côtés. Le reste du clan Shelby vit dans son coin : Polly est alcoolique et prend des médocs pour calmer ses visions, John se déchire tendrement avec Esme à la campagne quand Arthur est surveillé de près par sa pieuse femme Linda.

 

Photo Cillian MurphyTommy Shelby n'est pas là pour se laisser faire...

 

Cependant, chacun reçoit une carte de voeux identique, portant l'empreinte d'une main noire : symbole de la famille Changretta. Le clan italo-américain, mené par Luca Changretta (Adrien Brody), est prêt à tout pour éliminer un à un les membres éminents des Peaky Blinders pour venger le meurtre du patriarche (tué durant la saison 3). Alors que Ada essaye de convaincre Polly et Arthur de revenir à Birmingham, Michael se charge de John.

Malheureusement, il est trop tard. Sur place, John Shelby est tué par la mafia Changretta et Michael gravement blessé. Face à cette menace immédiate et cette mort inattendue, la famille Shelby va devoir faire fi de ses querelles familiales et se ressouder pour échapper à une mort certaine. Se trouvant un nouvel allié en la personne d'Aberama Gold (Aidan Gillen), un chef gitan, une nouvelle guerre plus dangereuse que jamais attend les Peaky Blinders. Le tout dans un contexte social compliqué, où les grèves ouvrières, menées par un vent communiste venu d'URSS, agitent l'Angleterre et donc les usines de Tommy Shelby.

 

Photo Adrien BrodyLes Changretta veulent tout fumer...

 

BRITISH GANGSTER

Après une saison 3 un peu décevante car trop éparpillée, Steven Knight réussit à redresser la barre de manière grandiose avec cette quatrième saison. Il revient à une intrigue plus simple avec cette vendetta terriblement efficace entre les Peaky Blinders et la famille Changretta. L'occasion de retrouver ce qui faisait la sève de la série lors des premières saisons. Cependant, Steven Knight donne une tout autre ampleur à cette saison 4.

A la différence des saisons précédentes, leur ennemi est extrêmement menaçant et pour une fois, on a le sentiment que le clan Shelby est vraiment en danger (à l'image de la mort soudaine de John). S'il avait autrefois un coup d'avance sur ses opposants, Tommy Shelby est souvent dépassé par Luca Changretta et la puissance de son organisation. Leur première confrontation, dans le bureau de Tommy, est d'ailleurs saisissante grâce à ses dialogues percutants et ses idées de mise en scène frappantes. Le mafieux italo-américain, incarné par un Adrien Brody pastiche de Vito Corleone (Le Parrain), fait trembler le monde des Peaky Blinders quand il s'amuse avec les balles destinées aux membres de la famille Shelby.

 

Photo Helen McCrory, Adrien BrodyPolly et Luca Changretta. Trahison familiale ou fausse entente ? 

 

De plus, si l'ennemi Changretta est plus que menaçant, les tensions entre les membres de la famille Shelby ne sont pas toutes éteintes. Leur union est mise à rude épreuve notamment avec Polly, particulièrement remontée contre Tommy. La tante des frères Shelby semble prête-à-tout pour sauver son fils Michael d'une mort prochaine et manigance de drôles d'arrangements avec le chef Changretta. L'arrivée des Changretta et la mort de John affaiblit, aussi, considérablement la famille Shelby vis-à-vis des autres clans.

Enfin, si les Shelby trouvent des alliés avec Aberama Gold et son fils, ces gitans pourraient bien la leur faire à l'envers. Tout comme le perfide Alfie Solomons, dont les retournements de vestes sont légion.

 

Photo Tom HardyTom Hardy

 

LA CLASSE ANGLAISE

Après Otto Bathurst et Tom Harper pour la saison 1, Colm McCarthy pour la saison 2 et Tim Mielants pour la saison 3, c'est David Caffrey qui se charge de réaliser cette quatrième saison. Durant les six nouveaux épisodes, l'Irlandais garde la patte de ses prédécesseurs, avec une belle utilisation de la musique, cette photographie voilée et les nombreuses scènes ralentis. Ces dernières, si elles sont parfois judicieuses, sont trop souvent utilisées et donnent la pénible impression que la série aime se regarder...

D'ailleurs, on pourra sans doute reprocher à Steven Knight d'étirer un peu trop son récit dans cette saison 4. Certes, la tension est maintenue de bout en bout, les retournements de situations sont bien amenés et l'ambiance caractéristique toujours aussi prenante, mais le créateur du show a tendance à se contenter de ces quelques atouts incontestables en milieu de saison pour livrer un ou deux épisodes attentistes.

 

Photo Adrien BrodyChangretta attend, et nous aussi parfois...

 

Pour autant, ces défauts n'empêchent pas Caffrey de faire preuve d'un sens du cadre hallucinant et d'idées visuelles particulièrement ingénieuses tout au long de la saison. La scène des balles évoquée plus haut, les couloirs bleutées dans les vestiaires de l'arène de boxe mais surtout la séquence rougeâtre d'Arthur dans l'usine. Le frère ainé des Shelby recouvert de cette peinture rouge est une trouvaille graphique percutante, prémisse d'un futur bain de sang et surtout symbole de la révolte communiste jallonant l'ensemble de la saison.

 

Photo Paul AndersonL'une des plus belles idées visuelles de cette saison 4

 

RED LEFT HEAD

En effet, à l'image des trois saisons précédentes, la petite histoire des Peaky Blinders s'intègre à la grande Histoire grâce à la plume aiguisée de Steven Knight. S'il évoque furtivement le nom d'Al Capone durant la saison, le scénariste et réalisateur de Locke met surtout les conflits ouvriers des années 20 et la montée en puissance du communisme au centre du récit. Il intègre ainsi une figure historique bien réelle, en la personne de Jessie Eden (Charlie Murphy) : syndicaliste symbole de la Grève Générale de 1926 et figure incontournable de Birmingham encore aujourd'hui, légèrement romancée pour faciliter ses liens avec Tommy Shelby.

 

Photo Charlie MurphyCharlie Murphy interprète Jessie Eden

 

S'il ancre la grande Histoire dans Peaky Blinders, Steven Knight s'en sert évidemment pour développer dans le même temps ses personnages et en particulier Tommy. Devenu businessman sans pitié, le passé brumeux du leader des Peaky Blinders s'éclaircit quelque peu. Ainsi, avant la Grande guerre, qui l'a ravagé en partie, il était un défenseur du prolétariat et proche des idées communistes. Imbibé d'une soif d'argent et de profit, et d'une âme de leader capitaliste, il ne peut pas revenir à ses idées d'antan. Cependant avec l'influence de Jessie Eden, il décide de devenir moins austère et de soutenir une nouvelle cause : le Parti Travailliste. 

Ainsi, le final de cette saison lie encore plus étroitement la grande et la petite Histoire avec l'élection de Tommy Shelby à la chambre des députés sous l'étiquette du Labour Party. Terriblement disloqué en ce début de saison, cette dernière séquence permet de retrouver un clan Shelby plus que jamais soudé. Le dernier plan ne fait d'ailleurs aucune illusion sur leur solidarité retrouvée. L'ensemble des Peaky Blinders entoure son leader naturel dans les escaliers de la mairie, enfant dans les bras, tout sourire, le regard tourné vers un avenir meilleur où les perspectives sont nombreuses et promettent de grandes choses pour la suite (notamment à New-York ?).

 

PhotoDéputé Shelby

 

Avec cette saison 4, Peaky Blinders continue à prouver qu'elle est une des meilleures séries du moment portée par son fabuleux casting, dont un Cillian Murphy toujours aussi hypnotisant, sa mise en scène remarquable et son absorbante photographie.

Si cette nouvelle saison est très proche des deux premières dans sa construction, elle réussit tout de même à surprendre, brasser de nouveaux sujets sociaux, économiques et historiques importants et à développer plus en profondeur le passé brumeux de ses personnages principaux. Les derniers instants ouvrent eux de nouvelles perspectives qui pourraient donner une dimension encore plus folle à la saison 5, prévue pour 2019. Une grande réussite.

Les quatre saisons de Peaky Blinders sont disponibles en intégralité sur Netflix France. La saison 4 est également visible en intégralité sur Arte +7 du 1er au 16 février.

 

Affiche

commentaires

yellow submarine 31/01/2018 à 20:32

@JeanMichel Précision: c clair ils ont dut rater ce passage capital.

Sinon un bonheur cette série de la saison 1 à 4. Je vous trouve dur avec la saison 3 j'ai bien aimé justement qu'il y ai pas mal de pistes à suivre.

Sinon j'espère que la série durera encore longtemps mais il semblerait que la saison 5 qui arrivera un peu plus tard que d'habitude serait la dernière.

Xavier 31/01/2018 à 12:17

Excellente saison, mais le dénouement n'a aucun sens, que ce soit la mort simulée d'Arthur ou l'accord passé avec un gang de New-York.

JeanMichel Précision 30/01/2018 à 20:48

Tommy INFILTRE le parti travailliste... Vous avez raté la rencontre avec le cabinet du roi ?..

spycie 30/01/2018 à 15:31

très bonne saison ...juste la musique , pourtant génial mais qui colle pas trop avec l'ambiance de l’époque.

un fan 30/01/2018 à 15:00

C'est un peu ma série préférée

votre commentaire