Star Wars : The Bad Batch - le véritable réveil de la Force est-il sur Disney+ ?

Antoine Desrues | 4 mai 2021
7
affiche

Pour le Star Wars Day, Disney+ a sorti le premier épisode généreux de The Bad Batch, le spin-off de The Clone Wars.

ATTENTION : PETITS SPOILERS EN PERSPECTIVE

 

photoThey're back and they're bad

 

Fallen Order

Avec l'ultime saison de The Clone Wars, Dave Filoni a non seulement introduit la géniale Bad Batch, une escouade de clones génétiquement modifiés, mais a surtout poussé dans leurs retranchements les possibilités offertes par sa série et le format animé. Plus de lore, plus d’action, plus de couleurs, les derniers épisodes ont fait preuve d’une maîtrise totale, qu’on retrouve dès les premiers instants de The Bad Batch.

Il n’en faut d’ailleurs pas beaucoup pour que les équipes de Lucasfilm marquent à la fois la parenté et le renouveau de ce spin-off, faisant apparaitre le logo de The Clone Wars avant de l’enflammer. La note d’intention est simple : The Bad Batch sera une série sur la fin d’une époque, et sur les cendres de la République. Avec la notion de désintégration comme fil rouge, il n’est pas étonnant que la technique toujours plus poussée des animateurs se focalise sur de magnifiques effets de particules, conférant au sentiment à la fois épique et désespéré de la bataille de Kaller, où des clones et des Jedi se retrouvent assaillis par les dernières escouades de droïdes.

 photoTacti-cool

 

C’est dans ce contexte que l’on retrouve nos chers Hunter, Crosshair, Wrecker, Tech et Echo, pour une démonstration de leurs capacités militaires. Avec cette introduction pétaradante, The Bad Batch impose immédiatement une mise en scène jouissive, suivant avec fluidité les mouvements de cette troupe surpuissante et coordonnée, qu’on jurerait sortie d’un jeu vidéo fantasmatique.

Mais la véritable malice de ce pilote réside dans l’instauration insidieuse de son ironie dramatique, d’autant plus dévastatrice pour le spectateur connaisseur lorsque l’épisode introduit la Maître Jedi Depa Billaba et son jeune padawan. L’ombre de l’Ordre 66 gronde, et la réalisation inspirée de Steward Lee, Saul Ruiz et Nathaniel Villanueva joue habilement avec le hors-champ, tandis que l’hologramme de Palpatine envahit progressivement le cadre, jusqu’à submerger l'espace de sa future victime.

 

photoUn plan qui claque

 

Some kind of... Suicide Squad

Avec ce postulat, The Bad Batch marque plus que jamais le brio de Dave Filoni dans sa gestion de la riche chronologie de Star Wars. Certes, sa nouvelle série fait encore une fois appel à des easter eggs plus ou moins bien implémentées (Tarkin, Saw Gerrera...), mais il sait manier les marqueurs importants de la saga pour mieux explorer leur contrechamp. De retour sur Kamino, l’escouade 99 écoute le fameux discours de l’Empereur à la fin de La Revanche des Sith, et observe, dans un plan large lourd de sens, l’aliénation de leurs congénères face à la naissance d’un régime fasciste.

En réalité, le regard est même au centre de la mise en scène de ce pilote, qui a régulièrement recours à la vue subjective pour confronter ses personnages aux lois changeantes d’une galaxie qu’ils n’ont jamais vraiment comprise.

 

photoPeter Cushing, encore sorti de la tombe

 

Si Lucasfilm n’a pas toujours su gérer les dilemmes moraux de protagonistes se percevant dans le mauvais camp (on pense au mode histoire bâclé du jeu vidéo Battlefront II), The Bad Batch a la bonne idée de développer son premier épisode sur 70 minutes pour pleinement aborder cette transition. Les désaccords au sein du groupe parviennent à prendre corps, au même titre que les spécificités de cette joyeuse bande, dont chaque membre profite des variations de voix impressionnantes de Dee Bradley Baker.

Alors certes, on pourra reprocher à cette proposition ambitieuse un léger ventre mou dans son milieu, ou encore son humour parfois lourdingue (surtout dû au personnage de Wrecker, le benêt du groupe). Pour autant, The Bad Batch confirme à quel point l’animation est sans doute le meilleur portail créatif pour le futur de Star Wars.

 

photoStar Tours

 

Malgré la noirceur de son approche, Dave Filoni n’en oublie pas un certain sens du merveilleux, parfaitement symbolisé par Omega, clone pré-adolescente qui va accompagner nos héros dans leur périple. Si la présence d’une enfant dans la mixture n’est pas totalement pour nous rassurer, le final de cet épisode a réveillé en nous la magie de son univers, en reflétant dans les yeux écarquillés de cette jeune protagoniste la beauté d’un passage en hyperespace.

En pointant du doigt nos premiers souvenirs face à l’imagination flamboyante de George Lucas, The Bad Batch touche à une nostalgie, voire une mélancolie, très à-propos par rapport à son contexte. Autant dire qu’avec ce genre d’envies, on est très curieux de voir où la suite va nous mener...

Le premier épisode de Star Wars : The Bad Batch est disponible sur Disney+ depuis le 4 mai 2021. Un nouvel épisode sortira chaque vendredi.

 

affiche

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires lecteurs votre commentaire !
Rayan
06/05/2021 à 07:22

@Bad Bad

Hein ??? 10-12 ans, c'est star wars tu veux quoi ? Star wars ça a toujours êtes de toit age de 5 ans et au delà, Tu fumé quoi toi ?

Y a de ces debiles sur ce site que je vais me mettre à défendre star wars maintenant dont je m en faut royalement

St-Osprey
05/05/2021 à 23:11

A part la scène de test face à Tarkin un peu longue à mon goût. J'ai trouvé ce pilote bien sympathique. Hâte de voir où cela va nous mener dans la Galaxie. QLFSAV

Bad Bad
05/05/2021 à 00:37

C'était bien plat. Et Disney qui veut attirer le public de la reine des neiges avec sa Barbie Star Wars, c'est d'une tristesse.

Ça s'adresse clairement aux 10-12 ans, et encore, quand j'avais cet age je regardais les films. Là chaque personnage est d'un cliché (le bourrin, le réfléchi Rambo, l'intello Z6PO style...).

Choco72
04/05/2021 à 22:40

@passpart Caleb dume alias kanahn jarus en effet !

passpart
04/05/2021 à 21:54

et du coup, le padawan, on est d'accord que c'est Kanan dans Rebels ??

Darky
04/05/2021 à 15:46

Le réveil se fera quand Disney ne possèdera plus les droits de cette franchise entrée dans un long sommeil.

Mike_Litoris
04/05/2021 à 15:25

le Réveil de la Force se fera du côté obscur

votre commentaire