Superman & Lois : un retour à Smallville glorieux ou pathétique pour le Arrowverse ?

Arnold Petit | 24 février 2021 - MAJ : 09/03/2021 15:58
591
photo, Tyler Hoechlin

Alors que le Superman d'Henry Cavill s'apprête à revenir sur les écrans avec le Zack Snyder's Justice League et que Supergirl va bientôt entamer sa dernière saison, l'Arrowverse continue d'étendre son univers consacré aux personnages de DC avec sa propre série sur l'Homme d'Acier, Superman & Lois. Le premier épisode a été diffusé sur The CW le 23 février. Le super-héros fait son retour à Smallville en même temps qu'à la télévision et espère visiblement y rester un moment.

Attention mini-spoilers !

 

photoLe retour du retour du retour

 

CLARK & LOÏS

On ne compte plus le nombre de projets auxquels Superman a eu le droit depuis sa création en 1938. À la radio, en dessin animé, à la télévision ou au cinéma, le super-héros a traversé les supports et les âges avec sa cape rouge et son S sur la poitrine, chaque adaptation essayant de réinventer le personnage comme elle pouvait. Alors que sa cousine Supergirl va bientôt quitter le petit écran pour rejoindre le DCEU, le Kryptonien incarné par Tyler Hoechlin se retrouve désormais dans sa propre série après avoir été introduit dans l'Arrowverse (renommé CWverse) et avoir pris de plus en plus d'importance au fil des crossovers jusqu'à Crisis on Infinite Earths (auquel on a consacré un dossier ici).

Loïs & Clark : les nouvelles aventures de Superman (qu'on aime beaucoup) et Smallville ont toutes les deux marqué leurs générations et s'intéressaient plus à la vie de Clark Kent qu'aux actions de Superman. Superman & Loïs choisit d'installer son héros dans une ambiance sombre et réaliste, dans la pure tradition de ce qui est réalisé autour du personnage depuis plusieurs années, que ce soit avec Injustice : Les dieux sont parmi nous ou Man of Steel.

Greg Berlanti et Todd Helbing essaient eux aussi de renouveler et d'humaniser la figure de Superman, avec un Clark Kent et une Loïs Lane (Bitsie Tulloch) qui sont parents de jumeaux et ont quitté Metropolis pour retourner à Smallville. Rien qui n'ait pas déjà été vu ou fait dans les comics, mais un drame familial qui a le mérite de s'éloigner des poncifs du Arrowverse, avec son traitement épisodique, ses acolytes rigolos et ses scènes d'action au rabais.

 

photoCoup de foudre au Daily Planet

 

ALIÉNATION

Plutôt que de raconter la même histoire que tout le monde connaît par coeur, ce premier épisode démarre sur un rapide résumé des origines de Superman et de sa rencontre avec Loïs Lane. Un montage simple, efficace, avec des références à la couverture du premier numéro d'Action Comics, au dessin animé de Max Fleischer ou au Clark Kent benêt qu'incarnait Christopher Reeve dans le film de Richard Donner, formant ainsi un bel hommage à l'histoire du super-héros et à tous ceux qui y ont contribué.

Dès les premières minutes, la série veut montrer qu'elle s'est donné les moyens pour être prise au sérieux : un format cinématographique, une photographie à la Titans, des effets spéciaux plus aboutis et une réalisation soignée. Après avoir empêché la fusion d'un réacteur dans une centrale nucléaire avec le père de Loïs, le général Sam Lane (Dylan Walsh), Clark rentre chez lui, auprès de sa femme et de ses fils, tous les deux bien différents. Jonathan (Jordan Elsass) est un garçon confiant et athlétique, sur le point de devenir le plus jeune quaterback de l'équipe de foot du lycée, tandis que Jordan (Alexander Garfin) est réservé et souffre de troubles anxieux.

 

photoJonathan et Jordan Kent

 

Superman & Loïs installe une atmosphère plus mature, qui lui permet d'apparaître comme une proposition unique et originale au milieu des Flash, Batwoman, Black Lightning et autres Legends of Tomorrow, tous sortis du même moule avec quasiment la même recette. Smallville n'est donc plus la petite ville tranquille où Superman a grandi, mais une vision de l'Amérique rurale en pleine crise agricole, à la merci des grosses compagnies, dans laquelle des labos de méthamphétamine explosent avec des familles à l'intérieur.

Comme Loïs & Clark : les nouvelles aventures de Superman, la série veut exploiter l'humanité du super-héros. Comme Smallville, le scénario veut servir de métaphore sur la puberté, le passage à l'âge adulte et la peur d'être différent à travers leurs enfants, qui ne savent pas la vérité sur leur père. Un récit qui n'est donc pas si nouveau que ça, mais qui bouleverse un tantinet la dynamique déjà bien usée entre Clark et Loïs à la télévision ou au cinéma.

 

photoPas évident d'être le plus grand super-héros du monde et daron en même temps

 

MAN OF TOMORROW

Même s'il souffre évidemment de la comparaison avec Henry Cavill, Tyler Hoechlin est un Clark Kent plus qu'admirable et forme un duo attachant avec Bitsie Tulloch, excellente également en Loïs Lane. Son nouveau costume de Superman est certainement moins affreux que celui qu'il portait jusqu'à maintenant et le rouge éclatant de sa cape contraste de façon remarquable avec les couleurs froides de sa tenue ou de l'espace. En revanche, les rembourrages rajoutés pour lui donner une musculature divine le font ressembler à Bibemdum plus qu'à l'Homme d'Acier. 

Heureusement, la série ne mise pas sur ses scènes d'actions (pourtant pas si mal), mais plutôt sur la dose de réalisme qu'elle injecte dans son récit. Cela n'empêche pas pour autant l'introduction d'un mystérieux personnage qui attaque des centrales nucléaires pour attirer l'attention de Superman. Un antagoniste qui devrait avoir un rôle essentiel dans la suite de la série.

 

photoArrête de rentrer le bide, c'est bon

 

Ce premier épisode amène cependant plusieurs grosses incohérences en termes de continuité dans l'Arrowverse, comme si la série se déroulait dans son propre univers. Peut-être que les producteurs n'avaient pas envie d'effrayer les téléspectateurs en les forçant à rattraper tout ce qui s'est déroulé auparavant, mais il va être intéressant de voir comment la série va se raccrocher à l'univers étendu de The CW tout en essayant de conserver ce qui la rend plus ou moins unique en son genre.

Avec ses effets spéciaux reluisants et son ambiance plus sombre que les autres séries de l'Arrowverse, Superman & Loïs montre clairement qu'elle a d'autres ambitions que d'être un simple divertissement. La série tente de réinventer la figure du Kryptonien avec un drame familial qui n'a rien d'original, mais amène malgré tout un changement appréciable dans l'univers étendu de The CW.

 

Affiche

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
commentaires lecteurs votre commentaire !
Welan
31/12/2021 à 13:42

Moi qui suit un grand fan de l'univers de Superman, mon regard à été très critique. En effet, depuis Christopher Reeves, Superman à prit une part importante dans ma visions des comics et des séries TV. Ensuite, plus tard, est arrivé Smallville. J'ai alors eu beaucoup d'affection pour cette série. Car, il y avait une autre lecture de la franchise (un poil teenager, mais c'était la commande).

Bon, revenant aux faits. Superman & Lois à apporté beaucoup de dimensions diverses. Tant à son côté sombre et sa maturité. L'idée de développer le lien familiale et les différentes complexités (rien n'est tout noir ou tout blanc) que cela apporte d'être à la fois l'homme le plus fort de la terre et à la fois un mari et un père. Mais là, où il y une différence notable, c'est la prise de conscience et le regard divergeant sur le cliché du "héro, masculin, blanc" sans entrer dans un extrême inverse qui enlèverais de la crédibilité. Cette dimension éclairée au niveau de la question: "qu'est-ce qu'une personne héroïque?" est largement développée, car mettre de la nuance et de la profondeur sur cette question permet d'apprécier amplement cette série plus qu'agréable.

L'irénisme ne s'obtient pas sans contrepartie et de prendre en compte ce coté circonspect devrait être une idée développé plus largement.
Le fait de faire intervenir Superman dans d'autres endroits que les U.S.A montre à quel point la prise de conscience est divergente.

Le rapport familiale, le lien parentale et fraternelle est très largement développé. Cette importance mise sur ce qu'il y a de plus important au monde (à mon sens): "l'amour", permet de recentrer cette émotion plus qu'essentiel et pourquoi pas la développée à un plus large univers. Pouvoir mettre en relief les données multifactorielles liées aux relations humaines pourrait éventuellement faire réfléchir certaines personnes aux niveaux du manque cruel de réflexions de celle-ci sur d'autres être humains.

J'ai faillit omettre La réalisation est chiadée, les effets spéciaux extrêmement qualitatifs et la musique très maitrisée. Pas de surplus auditif et un mixage adapté.
La lumière et la photographie permettent une immersion totale dans cette univers adulte et profond. Le travail qui a été effectué est monstrueux. Pouvoir allier références aux comics avec les anciennes séries tout en apportant un regard comptemporain et moderne nous montre que lorsque l'on prend à cœur un projet de série réunissant une communauté de fan importante, alors le résultat est plus que probant. Le jeu d'acteur (VO) nous montre que l'implication des différents réalisateurs et réalisatrices de la série n'est pas feint ; la VF est de très bonne qualité.

En conclusion, très, très agréablement surpris et je n'ai qu'une hâte: Avoir la saison deux et que le monde entier découvre cette pépite.
Prenez soins de vous :)

Jeremy
28/02/2021 à 04:55

Les 2 enfants sont censer avoir le même âge mais si je me souviens bien dans crisis on infinity earths il n'y avait que 1 seul enfant. Il sort d'où le 2ème

Elza
27/02/2021 à 23:19

Franchement très déçu par ce nouvel épisode du n'importe quoi

Caroline
26/02/2021 à 23:40

« La Lois est un peu vieille » Elle a deux ados de 14 ans. Quel âge elle devrait avoir la Loïs ??

Gloss
26/02/2021 à 06:13

C'est bien qu'ils s'éloingnent un peu de l'arrowverse, mais la Loïs est quand même un peu vieille…

Annalina19
25/02/2021 à 20:56

Merci pour cette critique
Je suis contente qu’ils s’éloignent du format arrowverse, je n’en pouvais plus.
Le pilote fonctionne bien, une belle cinématographie, une approche beaucoup plus réaliste et mature. Découvrir Lois et Clark en parents est une première en série ou film, c’est une nouvelle dynamique à explorer.

Cynisme
25/02/2021 à 18:58

J’ai regardé par curiosité, et parce que j’apprécie l’univers « « DC » mais j’avoue que l’épisode m’a déçue ! Il y’a tant d’incohérences et certainement de négligences !

عيزرا
25/02/2021 à 17:13

Il n’y a pas pire que les séries CW , il y a eu flash les 3 premières saisons c’était bien , legends of tomorrow la 1 et la 2 . Sinon le reste poubelle, je m’abstiens de la regarder.

LCR
25/02/2021 à 14:27

En vrai, le pilote n'est pas si mal que ça

Tom-Tom la
25/02/2021 à 13:10

Tu sais BSCP, tu peux noter 2 sur 5 une serie ca veutbpas dire quelle sera moins bien qu'une serie a 3 sur 5. Tout est une question de contexte

Plus
votre commentaire