Maus : la BD culte sur la Shoah censurée par une école américaine

Mathieu Lapon | 28 janvier 2022 - MAJ : 28/01/2022 12:49
Mathieu Lapon | 28 janvier 2022 - MAJ : 28/01/2022 12:49

Une école américaine a censuré la BD Maus pour la violence graphique qu'elle peut dépeindre, non sans créer de polémiques.

Maus est un incontournable de la bande-dessinée (du roman graphique, plus précisément). Autobiographie romancée de Art Spiegelman, parue en 1980, celle-ci montre les entretiens de l'auteur avec son père, qui lui raconte la Shoah (la persécution nazie envers les juifs) et ses rescapés (dont il fait partie, étant juif polonais). Un récit très sombre et mélancolique en apparence, mais il permet à un fils de reconnecter avec son père, par le biais d'une transmission générationnelle. 

Qui plus est, Maus se pare intelligemment de visuels anthropomorphes, de sorte à rendre son récit tout public (il est souvent recommandé aux collégiens français). Les juifs ont la forme de souris et les nazis de chats. À partir de cette dualité animale très simple, on synthétise de manière abordable le conflit historique et politique entre les deux parties. Néanmoins, malgré toutes ses subtilités, Maus n'a pas échappé à la censure d'une école du Tennessee, aux États-Unis. Explications.

 

Maus : Couverture de l'IntégraleOn parle d'un prix Pulitzer, quand même

 

CNBC a détaillé l'affaire, qui a amené le conseil d'administration du Mcminn County School a censuré l'œuvre pour "mots et images inappropriés". Maus possède en effet des images de personnes nues (à cause des maltraitances nazies), des mots comme "putain" et des meurtres, parmi une myriade de détails qui peuvent heurter la sensibilité, vu la teneur du récit. Le directeur de l'école, Lee Parkinson, a publiquement justifié l'initiative de l'établissement :

"Il y a un langage très dur, répréhensible dans ce livre. Nous avons décidé que la meilleure manière de corriger ou de contrôler le langage du livre était de le retirer."

Un autre membre du conseil d'administration, Tony Allman, a ajouté : "Nous n'avons pas besoin de faire la promotion de ce genre de contenus vulgaires et inappropriés. Le livre montre des gens pendus, des enfants massacrés. Pour quelles raisons le système éducatif doit-il faire la promotion de ce genre d'événements ? Ce n'est pas une bonne idée".

 

Maus : imageLa dure réalité

 

Cette censure a fait réagir au quart de tour le premier concerné, Spiegelman, qui a confié à CNBC : "Je n'arrive pas à le croire. J'ai rencontré tant de jeunes qui ont appris des choses en lisant mon livre [...] Il se passe quelque chose de vraiment fou au Tennessee". Un effarement d'autant plus grand que l'initiative de Parkinson, jugée "orwellienne" par Spiegelman, est le fruit d'une longue réflexion, comme il le sous-entendait dans sa déclaration ci-dessus.

Pendant longtemps, il a été envisagé de simplement "remanier" les quelques mots injurieux, mais la question des droits d'auteur est vite devenue un frein à cette option. Plutôt que de tergiverser sur un champ de mines juridique, le conseil d'administration a préféré radicalement supprimer l'œuvre du programme scolaire, après un vote en interne.

 

Maus : imageDéferlement en approche

 

Spiegelman a été publiquement défendu par quelques personnalités du milieu, et pas toujours avec tendresse. Neil Gaiman, auteur du comics The Sandman, a tweeté que "seul un certain type de personnes peuvent censurer Maus, quel que soit le nom qu'ils se donnent aujourd'hui". Une référence implicite, mais bien acide au néo-nazisme. Dans la sphère de la littérature et de la bande-dessinée, l'affaire a déjà fait un petit tollé sur les réseaux sociaux.

Il a été théorisé par un certain nombre de contestataires (Spiegelman compris) que cette décision ne serait pas tant une histoire de "mots ou d'images inappropriés", mais une manœuvre de politique, pour réévaluer l'Histoire et invisibiliser l'Holocauste. Pour appuyer ce constat, il a été mis en avant que le Tennessee est républicain depuis 2000, et qu'il s'y développerait une culture fortement conservatrice. Une accusation qui pourrait faire monter en flèche la débâcle de Maus, au plus grand dam de tous ceux qui connaissent la valeur de ce dernier.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
[)@r|{
31/01/2022 à 19:05

@le ptit train des Mitsouko | La liberté d'expression ne peut être utilisée pour promouvoir le non-respect des droits de l'homme. C'est le droit !

[loi 1881 : Art 23, 24 al. 1 et 5] Apologie de crime contre l'humanité. Emprisonnement de 5 ans, amende de 45 000 €.

Si des propos promeuvent ou justifient un crime de guerre ou un crime contre l'humanité, il s'agit d'un délit d'apologie de crimes de guerre, des crimes contre l'humanité ou des crimes et délits de collaboration avec l'ennemi.

Par principe, les propos tenus sur internet sont publics. Ce n'est pas le cas de courriels qui sont des correspondances privées. Sur un réseau social, un message est considéré comme public s'il est accessible à d'autres personnes que des "amis" de l'utilisateur ou l'utilisatrice ; sinon, il est considéré comme privé.


Ciao a tutti !

Nyl
31/01/2022 à 18:48

Donc la, on est d'accord. Pas la peine donc de commencer toute suite à prétendre ce que je n'ai pas dit.

D'ailleurs, ça serait bien que les autres génocides aient aussi autant d'attention que celle sur les juifs .

Car le petit moustachu n'a rien inventé

Francken
31/01/2022 à 15:30

@Nyl
_______'Juste me demander comment un livre comme Maus a pu tomber entre les mains de primaire.'

Il n’a jamais été écrit nulle part, à aucun moment, que c’était destiné à des enfants si jeunes.
Réagir en inventant les faits n’est pas vraiment ce que j’appelle prendre du recul non plus…


Aux dernières nouvelles, il était au programme de collégiens de 13 ans quand le conseil d’école a décidé de s’en débarrasser.

Les guignols de ce conseil sont visiblement bien malins.
Ils passent désormais pour des tarés dans le monde entier et les ventes de Maus ont explosé sur Amazon.
Tout ça pour soi-disant sauver la morale des jeunes de quelques jurons et des souris nues !

Eddie Felson
30/01/2022 à 20:58

@nyl
« Tu parles Chinois » là
! «  ça donne une sale impression de sjw »?!?!?

Nyl
30/01/2022 à 13:02

@Eddie Filson

Au lieu de monter sur tes grands chevaux à chaque commentaire, ça serait bien que tu prennes du recul?

Parce que supposer que je dis une, alors que je dis une autre, parce que tu as la flemme de réfléchir, ça donne une sale impression de sjw. Et le fait que tu n'arrives pas à voir de l'humour noir dans un autre, renforce cette impression.

Pour revenir à mon commentaire, si tu avais lu jusqu´au bout et ne pas retenir ce qui t´as marqué, tu aurais vu que j'indiquais que ce n'était pas un livre à transmettre à des jeunes enfants (Entre 5 et 10 ans ) car ils n´ont pas la maturité nécessaire pour ce type de sujet lourd.

Transmettre c'est bien, mais pas n´importe comment, non plus. En aucun cas , j'ai cautionné la censure. Juste me demander comment un livre comme Maus a pu tomber entre les mains de primaire.
Après si c'étaient des collégiens, la oui, ceux qui ont pris cette décision sont soient des negacionistes, soient des imbéciles.

Bref.

Eddie Felson
30/01/2022 à 12:05

@lepetittraindesmitsoukos
Ton commentaire est à double tranchant!
… avec un double niveau de lecture antisémite!?!!!?? J’espère que non…

le ptit train des Mitsouko
29/01/2022 à 17:33

il est bien connu que le Chat est le meilleur des predateurs pour eliminer les nuisibles comme les Souris, c'est ce que l'on peut conclure de la bd entre autre

Geoffrey Crété - Rédaction
29/01/2022 à 13:33

@Kyle Reese

Je vous assure qu'on fait au mieux, avec nos ressources et notre petite équipe. Mais étant donné qu'on a choisi de créer une espace de commentaires qui ne demande aucune inscription (chose de plus en plus rare sur le web il me semble, et on comprend pourquoi), on doit gérer chaque jour beaucoup de problèmes ; parfois des montagnes de spams qui font tout pour contourner notre filtre. Disons que ça fait partie du "jeu" : nous on doit gérer ça, et vous, lecteurs et lectrices, vous avez un message de temps en temps qui est visé sans raison (et vu la tonne de commentaires chaque jour, on peut vous assurer que c'est mineur).

Kyle Reese
29/01/2022 à 10:17

@redaction

Votre log anti spam fait par en vrille

Tiens tiens
28/01/2022 à 22:04

La droite qui censure comme je suis surpris.

Plus
votre commentaire