Marvel : Spider-Verse, dernier grand crossover Spider-Man, avant le déclin

Elliot Amor | 18 avril 2021 - MAJ : 18/04/2021 14:27
Elliot Amor | 18 avril 2021 - MAJ : 18/04/2021 14:27

Ça commence à faire un moment qu'on nous promet l'arrivée du multivers dans le Marvel Cinematic Universe. Ce concept qui fait rêver a été brièvement abordé dans Spider-Man: Far from Home, un peu développé dans Agents of S.H.I.E.L.D. (hors MCU) et plus au coeur de Spider-Man : New Generation, mais il a une place très importante dans les comics depuis... toujours. Nous allons donc vous parler d'un arc majeur parmi les comics Marvel des années 2010 : Spider-Verse.

 

photoPeter Partout

 

Prélude

Tout commence en 2002 avec la publication du chapitre Changements sur toute la ligne dans la série de comics Amazing Spider-Man. On y découvre le mystérieux super-vilain Morlun, auquel son co-créateur John Romita Jr. a donné une allure de vampire charismatique. On sait peu de choses sur lui, à part qu'il vient d'un autre monde, qu'il fait partie d'une grande lignée de « chasseurs » et qu'il peut absorber l'énergie vitale de ses proies. Morlun s'avère être en tout point conçu pour vaincre et tuer Spider-Man.

Le même chapitre introduit le personnage d'Ezekiel Sims, un homme d'affaires qui possède les mêmes pouvoirs que Peter Parker et qui a l'air de savoir beaucoup de choses sur la menace que représente Morlun. Il a même fait construire un bunker en adamantium spécialement pour Peter afin de le protéger du super-vilain capable de sentir sa présence. L'homme-araignée refuse de se cacher et tient à affronter ce nouvel ennemi.

À la fin de l'arc, les gentils gagnent. Morlun refait surface lors de rares occasions, principalement lors de flashbacks, de rêves ou de visions. Ezekiel, quant à lui, s'est encore moins montré. Mais quelques années plus tard, dans un chapitre de 2004, il révèle à Peter et Mary Jane que le sens d'araignée du héros a des propriétés surnaturelles, voire mystiques. Il prétend même que l'araignée « radioactive » a été envoyée dans l'univers régulier précisément pour mordre Peter. Morlun comme Ezekiel regagneront de l'importance une décennie plus tard dans Spider-Verse.

ImageMorlun > les Sinister Six

 

Lorsque Disney mange Marvel en 2009, ce n'est pas uniquement le secteur du cinéma qui est concerné, mais l'intégralité de Marvel Entertainment. Les comics ont donc rapidement commencé à ressembler visuellement aux films du MCU, mais ce n'était rien à côté de ce qui se préparait. De nombreux récits ont effectivement commencé à annoncer l'inévitable destruction du multivers Marvel, mis en scène dans la série Secret Wars publiée en 2015. Le scénariste Dan Slott et les dessinateurs Olivier Coipel et Giuseppe Camuncoli entreprennent donc de faire honneur aux spider-men et spider-women de (presque) tous les univers avant le grand reboot.

L'objectif de Spider-Verse est donc de rassembler le plus de personnages possible dans une histoire qui tient la route. Il s'agit évidemment d'un récit choral dont toutes les intrigues vont finir par se rejoindre, on découvre (ou redécouvre) de nombreux univers tous très différents. Mais surtout, les auteurs se doivent d'être fidèles à un aspect historique des comics du tisseur : l'humour. Spider-Verse est en effet extrêmement drôle malgré les nombreuses pages à la fois tristes, drôles et choquantes.

 

Peter, Peter, MilesPetite référence à la scène qui nous a donné un meme légendaire

 

Dans la toile du multivers

Avant de se lancer dans la lecture de Spider-Verse, il est important de se rappeler que Peter est à peine remis d'une expérience assez difficile, les événements de The Superior Spider-Man, durant lesquels la conscience du Docteur Octopus contrôlait le corps de Spider-Man. Cette version du tisseur aura d'ailleurs son importance ici, car il va s'envoyer malgré lui dans plusieurs univers parallèles et quelques mois dans le futur pour prendre part au combat (du côté des araignées, bien sûr).

À mesure qu'on tourne les pages, on en apprend un peu plus sur Morlun. Il fait partie des Héritiers, une lignée extrêmement puissante régnant en maîtres sur la Terre-001, l'univers au centre de la toile du multivers. Car oui, il est établi dans le jeu vidéo Spider-Man: Shattered Dimensions que le multivers est formé par la Toile de la vie et du destin. Bref, on trouvait que Morlun était déjà très puissant, il se trouve qu'il a six frères et sœurs aussi terrifiants que lui. Et on ne vous parle même pas de leur père, Solus, un des êtres les plus puissants de l'histoire de Marvel. Et si, par miracle, l'un d'entre eux est tué, sa conscience sera automatiquement téléportée dans un clone.

Les Héritiers s'en prennent aux totems. Qu'est-ce qu'un totem selon eux ? Il s'agit d'une forme de vie qui possède les particularités d'une autre. Par exemple, Spider-Man est un humain qui a les capacités d'une araignée (et non, Batman de DC ne répond pas aux critères). Parmi ces totems, trois d'entre eux, « l'Autre », « l'Épouse » et « l'Enfant » vont permettre aux Héritiers d'accomplir un rituel qui empêchera l'existence des totems... et cette ambition est effectivement absurde. Il s'agit là du principal défaut de Spider-Verse, pourquoi les méchants voudraient-ils éradiquer leur nourriture ? La justification n'est pas claire. Ah là là, les comics.

 

photoMorlun aspirant la vie du Spider-Man de 1602 (créé par Neil Gaiman)

 

Leurs intentions douteuses mises à part, les Héritiers sont des adversaires de taille face à la spider-army qui se forme un peu tardivement. Ezekiel étant déjà mort lorsque la grande chasse commence, les héros de la plupart des univers n'ont aucune idée de ce qui se trame. Les premiers spider-men à se douter de quelque chose sont le Superior Spider-Man et le Spider-Man de 2099 (qu'on a d'ailleurs hâte de voir dans Spider-Man : New Generation 2). Le premier réunit des héros qui, pour la plupart, n'ont pas peur de tuer leurs ennemis, le second se donne pour objectif de prévenir Peter Parker, le nôtre, le vrai.

Et pendant tout ce temps, les Héritiers font un carnage à travers le multivers. Vous souvenez-vous de la série animée Spider-Man et ses amis extraordinaires ? Les trois protagonistes sont morts. C'est aussi le cas du Spider-Man de House of M, Iron Spider de Civil War, Spider-Cat, Fantastic Spider-Man et son équipe, Man-Spider, le père de Mayday Parker (une Spider-Woman célèbre)... Tous ces héros d'univers parallèles que les fans avaient déjà rencontrés sont morts et on ne peut rien y faire.

 

photoRight in the childhood

 

Après une (ou deux) centaine de pages d'inquiétude et de pur massacre, le Peter de l'univers régulier (la Terre-616) entre enfin en relation avec les autres alors qu'il passait du bon temps avec Cindy Moon, alias Silk, sa nouvelle copine. La spider-army trouve refuge sur Terre-13, l'univers dans lequel Peter Parker se fait appeler Captain Universe et possède des pouvoirs cosmiques qui font de lui un dieu.

Dans cet univers, on a droit à la confrontation tant attendue entre le « vrai » Spider-Man (que les autres ont désigné comme leader) et le Superior Spider-Man. Après cette escarmouche, la spider-army se prépare pour la bataille finale et c'est là que de nouvelles intrigues vont se mettre en place. Spider-Woman est infiltrée chez les Héritiers dans l'univers 001, elle nous plonge dans une aventure à la Mission : Impossible (en y ajoutant des pirates parce que c'est cool), Miles Morales fait équipe avec le Peter de la série animée Ultimate Spider-Man pour recruter le plus de tisseurs possible, leur périple est plutôt méta.

Mais ce n'est pas tout, Spidey 2099 est en compagnie de Lady Spider, une héroïne d'un univers Steampunk, le duo nous fait vivre un récit d'enquête scientifique avec un style bien SF ; ils s'occupent même de réparer le mécha du Super sentai japonais (oui, les versions japonaises de Spidey sont aux rendez-vous). Et une équipe intéressante exclusivement composée de clones se forme, on y retrouve notamment Scarlet Spider et beaucoup de références aux films de casse et à La Saga du Clone, le gigantesque crossover du milieu des années 1990. Et encore, on ne cite pas tout, il y en a pour tous les goûts dans Spider-Verse.

 

photoEt dire que c'est dessiné par un Français

 

Friendly neighborhood Spider-Gang

Du côté des méchants, le personnage le plus intéressant est Karn, le plus jeune de la fratrie des Héritiers. Certes, l'un de ses frères est un scientifique fou qui a breveté des méthodes de clonage étonnantes et une de ses sœurs se balade dans le multivers avec des totems (ou presque) qu'elle a domptés, mais Karn est le seul à avoir eu un parcours vraiment tragique. Après avoir « provoqué » la mort de sa mère lors d'un combat contre le Tisseur de la Toile de la vie et du destin (ce nom est très long), Solus l'a banni et condamné à tuer des totems pour regagner son honneur.

Au début de la série, Karn semble donc être le principal problème de nos héros, c'est un peu comme avec le personnage de Zuko dans Avatar, le dernier maître de l'air, on n'en dit pas plus éviter de gâcher la surprise aux personnes n'ayant pas lu Spider-Verse (ou vu Avatar). Obligé de porter un masque, on ne découvre son visage que très tard dans le récit, cet accessoire lui confère une aura intimidante, en plus de sa double lance capable de tuer des personnages comme Wolverine. Karn est un personnage torturé qui bénéficie d'une belle évolution, dommage qu'il ne soit pas allé plus loin que l'arc Spider-Geddon, publié en 2018.

 

photoLe scaphandre de l'araignée

 

En lisant Spider-Verse, il faut aussi s'intéresser aux histoires annexes et suivre les quelques numéros de Spider-Verse Team-Up. Non seulement pour connaître l'histoire en détail, mais aussi pour en savoir plus sur les différents spider-men qui prennent part à l'aventure, notamment les désormais très populaires Spider-Gwen et Spider-Punk. Mais aussi Web-Slinger, Spider-UK, Steampunk Lady Spider, Spider-Cochon ou encore le célèbre Spider-Man Noir (sans la voix de Nicolas Cage).

Nous n'en dirons pas plus sur le scénario, à part que Peter et Gwen ont tous les deux droit à une conversation très touchante. Dommage qu'elle arrive comme un cheveu sur la soupe, mais passons. Dans Spider-Verse, les idées de Dan Slott sont très bien représentées par les différents artistes avec qui il travaille, on vous a parlé d'Olivier Coipel et Giuseppe Camuncoli, mais ce ne sont pas les seuls. Qu'on soit chez DC ou chez Marvel, un comics d'une telle ampleur implique de grandes respons un certain nombre de dessinateurs et scénaristes pour s'attaquer aux séries annexes. Admirez par exemple le style de Sheldon Vella ci-dessous.

 

photoSpider-Punk, Captain Anarchy et leurs amis renversent le pouvoir

 

Le style visuel change d'un chapitre à l'autre. Quand on y pense, c'est assez logique, car les personnages voyagent entre plusieurs univers extrêmement différents, certains n'ont pas de couleur, d'autres ont un style cartoonesque. Le Spidey du dessin animé des années 1960 est, par exemple, dépourvu d'ombre sur son corps, car la série était... économe.

On a tendance à penser que le chef-d'œuvre d'animation Spider-Man: Into the Spider-Verse n'aurait pas vu le jour sans la série de comics Spider-Verse. Et honnêtement, le film aurait tout à fait pu exister, car Spidey a toujours été confronté à différentes versions de lui-même. Rappelons que le jeu Spider-Man: Shattered Dimensions, qui repose sur le même concept, est arrivé en 2010. Peter et Miles se sont régulièrement rencontrés et sont même très proches. Le film d'animation serait arrivé tôt ou tard, mais rien ne nous empêche de nous réjouir de l'existence des deux œuvres.

On en parlait plus tôt, Spider-Verse a laissé l'héritage de Spider-Geddon, une série qui arrive après le reboot de l'univers Marvel, après la fusion entre les univers réguliers et Ultimate. Les Héritiers reviennent pour faire un carnage, on peut remercier Doc Ock qui a encore fait des bêtises avec le clonage. Spider-Geddon ne propose pas de grandes nouveautés par rapport à son prédécesseur, c'est un peu dommage, mais la plupart des comics post-reboot ont encore du mal à capter notre attention, ça viendra.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Brpxl
20/04/2021 à 01:57

Euh non il y a pas eu de reboot c'est plus complexe que ca et ça n'est absolument pas juste " l'univers 616 qui a fusionné avec l'Ultimate". Par exemple la continuité des héros originaire de 616 n'est pas annulé et idem pour celle des ultimates ils se souviennent de leur précédent univers . Et ça concerne plusieurs autres univers dans le crossover Secret Wars.

Steph2bordeaux
18/04/2021 à 12:20

Cet arc est un peu croquignolesque, très loin d'être réellement qualitatif et bien trop fantaisiste. Pire, il vient gâcher l'un des meilleurs arcs de Spidey. La première rencontre avec Morlun, ce combat désespéré, est ruiné par un retour hasardeux et une extension du personnage (sa famille, etc) qui vient détruire le mystère autour du personnage. C'était très bien de ne pas en savoir davantage et tout ce qu'on apprend de plus est particulièrement ridicule.

De plus, l'arc s'inscrit dans l'une des plus mauvaise idée, le fameux Superior Spider-man avec un Doc Oc dans le corps de Spidey.

Non franchement, pas grand chose à garder de ce gros n'importe quoi foutraque et fourre-tout ...

votre commentaire