DoggyBags 15 : un tome qui mad un max

La Rédaction | 29 mai 2020 - MAJ : 29/05/2020 14:14
La Rédaction | 29 mai 2020 - MAJ : 29/05/2020 14:14

Avec son 15e tome, la série DoggyBags explore les violences raciales et le complotisme américain, avec une hargne et un amour du cinéma d’horreur communicatifs. 

Proposer une anthologie violente et stimulante, capable d’explorer quantité de thématiques, tout en les amenant sous la bannière d’une créativité remuante, sous influence et baignée dans les litres d’hémoglobines d’une certaine cinéphilie, voilà le projet du Label 619. Un projet inspiré, qui a réjoui pas mal de lecteurs en quête de sensations fortes, lesquelles vont atteindre leur paroxysme avec le 15e tome, dans les kiosques le 29 mai 2020, et directement dans la boutique en ligne de l'éditeur Ankama. 

Intitulé Mad in America, ce nouvel opus qui recueille 3 récits énervés porte bien son nom, tant on sent l’inspiration venue des EC Comics, et peut-être du plus glorieux d’entre eux, à savoir Mad Magazine. Publication matricielle, spécialisée dans le graphisme outrancier et les caricatures s’attaquant directement aux thèmes politico-sociaux de leur époque, tant la publication aura fait grincer des dents outre-Atlantique. 

 

photoC'est ça de trop tirer sur la corde - The Invisible Empire, par Run et Jérémie Gasparutto

 

À travers 3 récits, Manhunt, Conspiracism et Heritage, les auteurs et dessinateurs (Run, Peter Klobcar, Ludovic Chesnot et Jérémie Gasparutto) rassemblés par Run (père de cette anthologie et de Mutafukaz) nous offrent un trio de contes méchamment brutaux, et toujours en prise avec une certaine réalité américaine. Soit les mésaventures gores et romantiques d'un jeune noir revisitant le Strange Fruit de Billie Holiday accompagné d'un fauve affamé, le sort ironique réservé à un marchand de peur largement inspiré du funeste Alex Jones, et l'avènement d'un anti-KKK à la violence endémique. Trois idées, trois cauchemars aussi vifs que des upercuts.

Comme l’explique Run dans les à propos accompagnant l’ouvrage, l’idée n’est pas tant de livrer un tract ou commentaire politique, mais plutôt de s’emparer des problématiques crevant la surface d’une réalité de plus en plus complexe à décoder, pour la passer à la moulinette de références bienvenues. 

 

photoUn chapitre consacré aux tueries de masse et leur traitement médiatique - Conspiracism par RUN et Ludovic Chesnot

 

On navigue ainsi entre l’horreur grandiloquente venue des EC Comics, la description de bayous hostiles venues de Southern comforts, une cruauté que ne renierait pas le Stephen King de Creepshow, avant de conclure avec une envolée d’une violence extrême, qui navigue elle aussi entre la rage d’un Walter Hill, la relecture historique chère à Quentin Tarantino et la profusion de colère de tout un pan de la blaxploitation. 

Allant droit au but, sans jamais verser dans le simplisme, porté par des dessins et un encrage toujours soignés, même dans leur dimension la plus référentielle, ce 15e tome de DoggyBags a tout du fantasme de l’amateur de cinéma de genre et de péloche horrifiques. 

 

photoCeci est un article publié dans le cadre d'un partenariat. Mais c'est quoi un partenariat Ecran Large ?

commentaires

La Rédaction - Rédaction
01/06/2020 à 14:44

@Deny
Nous sommes bien d'accord mais il n'est pas évident de trouver du temps et des gens pour en parler. Nous avons fait des progrès depuis un an mais c'est loin d'être satisfaisant et la crise actuelle ne vas pas aider....

Deny
01/06/2020 à 02:45

Enfin des news BD, tellement pauvre sur ce site pourtant toutes ses séries et films basés sur des BD/comics il y aurait de quoi faire. Et les comics aux potentiels énormes pas encore achetés pour les écrans aussi.(ex:SAGA) Et les chefs d’œuvres de comics super héros comme l'incroyable Secret war. C'est presque du gâchis de laisser en friche ce secteur sur votre passionnant site Quel dommage...

The Moon
30/05/2020 à 21:59

L'Histoire to protec and to serve du volume 8 m'a achevé...

Nico1
30/05/2020 à 10:48

Je suis un très grand fan de cette publication, merci pour l'article!

votre commentaire