Films

Pour Jerry Bruckheimer, Pirates des Caraibes 5 a été un énorme succès

Par Christophe Foltzer
5 septembre 2017
MAJ : 14 octobre 2018
8 commentaires
Affiche

Il se passe quelque chose de grave aux Etats-Unis actuellement et l’été nous l’a bien rappelé. Alors, on précise tout de go, qu’on ne parle que cinéma parce que sinon, on n’en aurait pas fini. Oui, les blockbusters marchent moyen en ce moment et ça risque de changer pas mal de choses.

Comme toutes les rentrées, c’est l’heure du bilan et on ne peut pas dire que celui du cinéma américain soit reluisant puisqu’il a vécu une de ses pires années depuis 15 ans. Trop de gros films, trop de produits, pas assez de cinéma et de talent, le public commencerait-il enfin à comprendre que les studios le considèrent comme une vulgaire vache à lait. Très honnêtement, on espère que c’est le cas parce que, pour tout vous dire, nous sommes assez pessimistes sur l’évolution récente de notre médium de prédilection. Entre les reboots, les remakes, les spin-offs, les suites tardives et les univers étendus, on aimerait juste avoir au moins une fois un gros film qui apporte au moins une idée originale. C’est pas la Lune qu’on demande quand même non ?

 

Photo Javier Bardem

  Pirates des Caraibes, La Vengeance de Salazar

 

Peu avant l’été était sorti le nouveau Pirates des Caraibes, La Vengeance de Salazar. Après un quatrième film sacrément mauvais, la franchise avait un besoin vital d’un succès pour se revigorer et se rappeler sa grandeur d’antan. Si sur le plan international, le film a été un gros succès avec pas moins de 790 millions de dollars de recettes, sur le sol américain, la musique est différente puisqu’il a été le volet de la saga qui a rapporté le moins d’argent. Ce qui n’empêche pas le producteur Jerry Bruckheimer de considérer le film comme un succès phénoménal, ainsi qu’il l’a expliqué au micro de Yahoo ! il y a très peu de temps :

 

Photo Johnny Depp

 

« Je pense que ça a été un énorme succès. Je veux dire, on parle du cinquième film d’une saga dans un marché en crise et le dollar américain était si fort que nous perdions pas mal d’argent provenant du marché étranger. Ce film aurait fait des milliards si nous l’avions sorti au même moment que le précédent. Là, nous avons perdu 27% de nos recettes rien qu’en les convertissant en dollars… Mais, bon sang, on est à quoi ? 790 millions ? C’est incroyable. »

Alors oui, le chiffre est certes impressionnant et le marché a beaucoup changé depuis La Fontaine de Jouvence mais ce serait oublier que le film n’a même pas remboursé son budget sur l’exploitation américaine puisqu’il a coûté dans les 230 millions de dollars et n’en a rapporté « que » 172 millions, ce qui est très loin des 423 millions du second film de la saga. Donc oui, c’est un échec relatif, oui le marché chinois a probablement sauvé le film, mais de là à s’envoyer autant de fleurs, c’est un tantinet exagéré. On se demande même si ce n’est pas pour se rassurer parce que, comme on l’a dit, Hollywood change en ce moment et ça risque d’aller très vite. 

 

Photo Kaya Scodelario, Johnny Depp

Rédacteurs :
Tout savoir sur Pirates des Caraïbes 5 : La Vengeance de Salazar
Suivez-nous sur google news
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
8 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
LaTeub

C’est dire comme les budgets des blockbusters ont complètement enflés de manière déraisonnable! Le film fait 790 millions de dollars et c’est un succès tout relatif, c’est dingue! Il est temps de revenir à des films plus originaux et moins couteux, sans stars qui ne font plus recettes, avec des réalisateurs appuyés par les studios et non écrasés ou bridés… La vague de résultats en demi-teinte va peut-être accélérer le processus de re-descente sur terre…

corleone

Et pendant ce temps un auteur de génie comme Del Toro manque un petit 35 millions $ pour faire son Pinocchio. Effarant.

Zanta

Le souci avec ces suites, c’est qu’il n’y a JAMAIS de fin.
Si ce succès qui n’en est pas vraiment un leur permet de livrer un sixième film pensé comme une véritable conclusion, réunissant tous les acteurs – oui, même Penelope Cruz et sa frangine doublure -, ça pourrait permettre à la saga de se conclure avec deux trilogies et une histoire complète.

Fouloux

« Donc oui, c’est un échec relatif, oui le marché chinois a probablement sauvé le film, mais de là à s’envoyer autant de fleurs, c’est un tantinet exagéré. »

Haha le propre producteur qui parle de la rentrée de l’argent de son film qui se fait contredire par Ecranlarge. Sérieux… Bruckheimer est bien placé pour parler de la rentrée d’argent de ces films, surtout après les derniers fiascos commerciaux qu’il a produit (lone ranger). D’accord avec vous lorsque vous déviez sur la crise que traverse le cinema américain en ce moment, mais laissez ce pauvre (riche) Jerry savourer et penser qu’il s’est fait de la tune.

MaD_Artique

Pour moi le film et génial mais le seul soucis ses qui n’y a jamais de fin