Christopher Nolan voulait tourner son Dunkerque sans aucun scénario

Christophe Foltzer | 5 août 2017
Christophe Foltzer | 5 août 2017

Ceux qui reprochaient à Christopher Nolan de s'enfermer dans une formule pré-établie sont bien embêtés avec son Dunkerque, puisque le film représente une sacrée prise de risque pour son metteur en scène. Et encore, au départ, ce devait être pire.

Quand on jette un oeil à la filmographie de Christopher Nolan, un pattern se dessine rapidement : une approche faussement intellectuelle de ses histoires, beaucoup de blabla, une durée excessive, une bonne couche de moralisation et généralement quelques petits éléments qui donnent l'illusion d'être face à quelque chose de complexe et très intelligent alors qu'au fond, pas tant que ça. On ne dit pas que c'est pas bien, chacun ses goûts évidemment, on dit juste que ça commence à se voir.

 

Photo Christopher Nolan

Christopher Nolan sur le tournage

 

Alors, imaginez notre surprise quand on se retrouve face à un film comme Dunkerque, qui explose tous ses codes habituels, plonge dans le viscéral, laisse tomber la complexité de façade au profit d'une vraie expérience de cinéma. On ne va pas s'en plaindre au contraire. Avec Dunkerque, Nolan a pris un risque énorme, preuve qu'il a la confiance absolue de Warner, et cela s'est avéré payant.

Au-delà de la fabrication méticuleuse que demande un tel film, Dunkerque a surtout été l'occasion pour lui de sortir de sa zone de confort, de laisser les dialogues en arrière-plan et de se concentrer essentiellement sur l'image. Et cela a forcément eu des répercussions sur l'écriture du scénario dont on dit qu'au final il ne faisait que 76 pages, ce qui est très court. Mais voilà que lors d'une interview accordée au site Heat Vision, le réalisateur a confessé qu'à un moment donné, il voulait carrément se passer de scénario :

 

Photo Kenneth Branagh

 

"J'étais arrivé à un point où je comprenais parfaitement ce que je voulais montrer, son histoire et son mouvement et je voulais simplement le filmer, parce que cela répond à une géographie assez simple. J'ai dit que je n'avais pas besoin de scénario parce que je voulais seulement montrer ce qui se passe. C'était presque comme si je voulais juste monter l'événement et le filmer."

On imagine évidemment qu'une telle décision avec un budget aussi conséquent et une ambition de cette ampleur a dû occasionner pas mal de crises cardiaques dans les bureaux de Warner et ils peuvent sans doute remercier Emma Nolan, sa femme et également productrice, qui l'a un peu fait revenir sur le plancher des vaches.

 

Photo

 

"Emma m'a regardé comme si j'étais fou et m'a dit que bon, ça n'allait pas vraiment marcher."

Du coup, Nolan a suivi son conseil et s'est mis à l'écriture, créant ainsi le principe des trois timelines comme autant de points de vue qui s'entremêlent. Et on peut dire qu'il a eu chaud le pépère et qu'il a bien fait d'écouter sa femme. D'ailleurs, c'est bien connu, il faut toujours écouter sa femme car, même quand elle a tort, en fait, elle a raison.

 

Affiche

Tout savoir sur Dunkerque

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

MystereK
08/08/2017 à 21:12

Et d'ailleurs, on n'a pas vu un anglais s'offusquer de ce que l'opération Dynamo ne soit pas évoquée dans les manuels scolaires français. Pourquoi un réalisateur britannique devrait faire ce que même les français ne font pas.

MystereK
08/08/2017 à 20:59

1) Un film est un film, une fiction, même s'il est historique. Il n'y a aucun film historique qui reflète 100% de la réalité et ce n'est pas parce qu'on fait un film de guerre que l'on ne peut pas donner son point de vue. Par ailleurs, même un livre ou un documentaire sur le guerre sera TOUJOURS le point de vue de celui qui en parle
2) Les français ne sont pas malmené dans le film. AU début, ils permettent à des anglais à rejoindre leur ligne et en cour de film, ce sont eux qui retiennent les allemands hors de la plage. Même s'ils sont invisibles, ils sont cités régulièrement
3) Le français qui essaie de sauver sa vie ne fait rien d'autre que ce que font soldats anglais : essayer de survivre. Il n'est ni plus, ni moins lâche que les soldats anglais
4) On voit plutôt des anglais en train de malmener des français plutôt que des français lâches, tous les anglais ne sont pas montré sur un bon jour, le meilleur exemple étant Crispin Glover

Le film est tout simplement excellent, une belle leçon de cinéma et ceux qui n'iront pas le voir pour une pseudo raison idéologique complètement montée par des nationalistes qui n'ont certainement pas vu le film, ont tort !

Totempkof
07/08/2017 à 15:50

@Towerose

C'est quoi le rapport avec vendre son âme aux publicistes ? S'ils étaient payés par la Warner, ils diraient justement que c'est super, que c'est du grand cinéma, et tout ce qu'on peut lire un peu partout à chaque Nolan.

Et c'est quoi le problème avec l'idée de nuance entre "Nolan génie" et "Nolan arnaque totale" ? Je trouve que Nolan est surestimé côté grand auteur hollywoodien, qu'il écrit des dialogues souvent affreux, qu'il filme parfois n'importe comment certaines choses, que ses films ont des problèmes de rythme, d'équilibre. Pour autant, je vois des qualités, j'aime certains aspects de son cinéma. Donc je peux lister tout ce que j'aime pas... sans pour autant dire "j'aime pas, point".

Sinon ils ont fait un article sur le sujet, afin de peser le pour et le contre
https://www.ecranlarge.com/films/dossier/993752-de-memento-a-dunkerque-forces-et-faiblesses-de-christopher-nolan-titan-du-blockbuster-contemporain

corleone
06/08/2017 à 23:36

Syarus, un film historique qui plus est un film de guerre n'est pas une affaire de "point de vue" mais de reportage réel et fidel autant que possible des évènements. Quitte à Nolan d'être patriote mais faut pas non plus qu'il deforme la realité historique en faisant passer les Français pour des laches, juste pour faire l'apologie du Brexit. Libre à toi de baisser ton froc comme tout le reste mais ne pas dire non plus des absurdités qui me font douter de ta santé mentale.

Yiyi
06/08/2017 à 20:15

Yiyi film fait pour les anglais j ai 87 ans j etais sur la plage de malo et j en vue ces anglais empecher les francais de monter ce sont les pecheurs qui ont fait ce qu ils pouvaient pendant que les francais resistaient l aviation allemande bombardee la ville de dunkerque on s est sauves comme on a pu je n irais pas voir j le film

Oliviee
06/08/2017 à 19:02

@ABC

D'accord avec toi.

Marty
06/08/2017 à 19:02

"C'était presque comme si je voulais juste monter l'événement et le filmer."

Comme d'hab quoi . Au moins c'est assumé ...

Syarus
06/08/2017 à 12:14

@Corleone :
Toi comme troll tu te pose là ! Nolan fait le film de guerre qu'il veut, en montrant le point de vue qui l’intéresse où il se sent le plus à l'aise ! Si toi Français tu te sens l'aisée, ba sors toi les doigts du cul et filme l’événement du point de vue français. Je trouve abusé de critiquer un cinéaste anglais sur ce point là, alors qu'en France on est largement capable de faire aussi notre film de guerre

corleone
06/08/2017 à 10:18

Dunkirk, Film incroyablement surestimé. Nolan se fout royalement de la gueule de la France, et vous, comme de braves matous, vous applaudissez. Je suis juste sideré devant autant de bassesse morale, décidément quelle génération de mauviettes. Non mais un peu de fierté.

ABC
06/08/2017 à 02:56

Quand on jette un oeil aux commentaires sur ecran large un pattern se dessine rapidement : des réactions faussement intellectuelles concentrées sur les mêmes sujets d'article, beaucoup de clichés et de rapport d'amour/haine à la critique, le choix de cliquer/commenter/re-commenter sur des articles jugés bêtes ou toujours sur les mêmes films mais bien peu de présence sur tous les autres papiers (ceux que pourtant beaucoup regrettent de ne pas trouver quand ils postent le 65ème commentaire sur Wonder Woman), et généralement une capacité à tirer des grandes vérités basées sur une vision partielle (une critique négative de Marvel = "vous aimez que Marvel", une critique négative de Marvel = "vous aimez pas les super-héros !", une critique positive de ciné d'auteur = "bande de clichés de critiques fans de Haneke !", une critique négative de Haneke = "vous êtes juste dans une posture pour créer le buzz !', une critique qui s'accorde à l'avis général de la presse = "vous vous alignez sur la presse !"). Preuve qu'au fond, certains n'aiment peut-être pas trop le principe même des critiques mais continuent à les lire, et s'offusquent dès qu'ils rencontrent un avis trop différent, prenant cela comme une sorte d'agression personnelle. Et trouvent alors des raisons plus ou moins absurdes pour le digérer - untel serait un vendu, un hater, un pisse-froid, ne serait pas objectif, serait méchant, serait trop gentil etc. Je dis pas que c'est bien ou pas bien, chacun ses problèmes et sa manière de dépenser son énergie au quotidien, mais juste ça commence à devenir plus que visible et ridicule.

Plus

votre commentaire