Quentin Tarantino annonce sa retraite après 10 films

Simon Riaux | 11 novembre 2014
Simon Riaux | 11 novembre 2014

Les réalisateurs, surtout quand ils sont au sommet de leur gloire et au firmament de leur renommée, ont une grande propension à envisager la retraite, comme le prouve aujourd'hui Quentin Tarantino.

Le réalisateur a ainsi annoncé en pleine vente de The Hateful Eight à l'AFM (American Film Market), qu'il comptait se retirer prochainement.

« Je ne crois pas qu'il faille rester sur scène jusqu'à ce qu'on vous supplie de d'en descendre. J'aime l'idée que le public en veuille encore un peu.

Je crois que la réalisation est une affaire de jeune homme et j'apprécie le concept que mes films soient reliés comme par un cordon ombilical, du premier au dernier. Je ne veux pas me moquer de quiconque penserait différemment, mais je veux me retirer tant que j'en ai encore dans le pantalon... J'aime l'idée d'avoir une filmographie de 10 films et que donc il m'en reste encore deux à faire après celui-ci.

Ce n'est pas gravé dans le marbre, mais c'est le plan. Si j'arrive jusqu'au dixième, fait du bon boulot et ne salope pas tout et bien ce sera une bonne façon de terminer ma carrière. »

N'étant pas nés de la dernière pluie, on n'y croit absolument pas. Ou plus exactement, on croit à cette déclaration à peu près autant que son auteur. C'est une belle idée, mais on imagine assez mal Quentin Tarantino la respecter, tant il semble encore déborder d'idées.

Sans compter qu'annoncer sa prochaine retraite à un paquet d'acheteurs de l'AFM, c'est encore le meilleur moyen de vendre son dernier film très cher.

Tout savoir sur Les 8 Salopards

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
neo
11/11/2014 à 16:45

La position de Tarantino dans le paysage cinématographique est amusante. C'est un des rares réalisateurs qui peut se faire soit encenser, soit descendre, par le même type de spectateur. Celui qui veut paraitre intelligent avec des références, mais sans arguments.

Lolita
11/11/2014 à 14:36

Rodriguez au secours avec ses nanars aussi reluisants qu'un Sharknado de derrière les fagots.
QT essaie lui de proposer quelque chose d'ambitieux et travaillé.

La sortie c'est par là...
11/11/2014 à 13:35

Vas-y Quentin, tu peux y aller, sans regrets.
Il faut dire qu'après avoir (mal) pillé sans vergogne les films de gangsters, les films chinois (Bruce Lee en tête), la Blacksplotation, les western spaghettis, les séries Z avec un talent certain pour les apparences et le bling-bling, tout en misant sur l'ignorance cinématographique de ses contemporains et en faisant des films sans aucun fond, il ne lui reste plus grand chose à pomper.
Et puis ça commence sérieusement à se voir...
... contrairement à son pote Robert Rodriguez qui lui assume totalement et n'essaye pas de se faire passer pour un intello auprès de Telerama/Libé.
Son long mister tartignole...

bb
11/11/2014 à 13:03

Bonne idée, cela empêcherait de dépenser de l'argent pour aller voir des navets, dommage que ce n'est que pour faire parler de lui, faire un bon film serait mieux

Dirty Harry
11/11/2014 à 12:52

Dire qu'à l'age d'or d'hollywood, les réalisateurs qui empilaient moins de 75 films avant leurs 40 ans étaient des mauviettes...

lolilol
11/11/2014 à 11:01

Steven Soderberg en rit encore...

neo
11/11/2014 à 10:18

Mouais. En même temps, entre Django et Lucy, il y a tout un monde. Tarantino a encore de la marge.

ilédénotre
11/11/2014 à 09:47

Oui, oui, comme Luc Besson. Et on voit le résultat, quand on voit que l'autre continue à terroriser le cinéma mondial avec ses méfaits.

votre commentaire