Jolies pépées et psychopathes pour Marcus Nispel

Simon Riaux | 16 janvier 2012
Simon Riaux | 16 janvier 2012
Marcus Nispel est un saint homme. Épris de grand cinéma, décidé à sauver les classiques, le réalisateur a pris la décision de mettre un terme à la vague de remakes qui sévit actuellement en mettant en scène les plus mauvais, histoire que les moguls Hollywoodiens laissent en paix les plus cultes sagas. Voilà qui explique la déconfiture de Conan, et l'adoration de Tonton pour la chose. Blague à part, Marcus s'apprête à réaliser une œuvre originale, une adaptation certes, mais ni prequel, ni reboot, ni relecture, ce dont on se félicite. Il devrait s'agir d'un projet qui prend la poussière depuis 2009. Le très alléchant Hack/Slash.

Pourquoi alléchant ? Parce qu'il y est question d'une jeune femme bien décidée à massacrer les vils assassins qui faillirent la réduire en charpie, soit un synopsis sympathique et annonciateur de salutaires accès de violence. Ajoutez à cela une plastique remarquable et un certain goût pour le fétichisme, et vous tenez un projet des plus excitants.

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire