Palmarès de Venise 2011

Simon Riaux | 10 septembre 2011
Simon Riaux | 10 septembre 2011

Voici donc venu le palmarès de la 68ème Mostra de Venise ! Si les artistes et films honorés ne sentent pas le copinage à plein nez comme l'an passé (remember Somewhere ?), difficile de ne pas noter combien certaines récompenses sont consensuelles, au détriment d'une sélection qui elle, n'avait rien de tiède.

Si Faust, plastiquement brillant, est un objet d'art inclassable et souvent fascinant, on se demande si les défauts du film (longueur excessive, expérimentations pas toujours réussies) ne le destinaient pas plus naturellement à une récompense technique (photographie, mise en scène). Au moins ce prix représente-t-il un parti pris, et des plus respectables (Geoffrey, en plein hara-kiri, acquiesce douloureusement).

 

 

 

 

Le prix de la mise en scène ( hué en salle de presse) a laissé beaucoup de monde perplexe. En effet, People Mountain people sea était le fameux film surprise qu'il nous a été impossible de voir pour cause d'annulation de séance. Projecteur défectueux pour la première, alarme incendie et évacuation pour la seconde, et d'autres projections plus importantes jouxtaient la troisième et dernière, nous forçant à faire un choix. À en juger par la mine ahurie de bon nombre de collègues au moment de l'annonce, le prix peut être perçu comme essentiellement politique. En effet, le film, interdit par la Chine, n'a pu être amené au festival que clandestinement, d'où son statut de "surprise." 

On est plus sceptiques devant le prix du jury. Terraferma n'avait rien de honteux, mais demeure un film tract trop simpliste, avec son message asséné avec un premier degré moralisateur et lourdingue, qui rappelle notre Guédiguian national. Une récompense politiquement correcte donc, pour une oeuvre dont le thème était infiniment mieux traité dans un film de la sélection Orrizonti : The Invader, dont nous vous reparlerons bientôt. 

 

 


 

 

Michael Fassbender est logiquement sacré meilleur acteur, bien qu'on eut préféré voir Shame plus amplement célébré dans ce palmarès. En revanche, donner le prix féminin à Deannie Yip relève d'un choix plus discutable. On attendait Kate Winslet (excellente dans Mildred Pierce, hilarante dans Carnage, excellente dans Contagion), ou Keira Knightley, très impressionnante chez Cronenberg. Pas cette partition, très bien exécutée certes, mais beaucoup plus classique, et chargée d'un pathos stoïciste, qui la rendait à nos yeux moins excitante que les performances citées plus haut.

 

 


 

 

Le prix reçu par les deux jeunes comédiens de Himizu n'est pas volé, et on se félicite  de voir leur ahurissante implication être mise en lumière, mais on regrette sincèrement que ce soit la seule récompense de ovni furibard.

Si Wuthering Heights ne nous a pas spécialement emballés, nous avions reconnu ses grandes qualités techniques, et le prix décerné à son chef opérateur est tout sauf immérité. 

On est beaucoup plus surpris par Alps, qui parvient à rafler le prix du scénario, ce qui nous déçoit beaucoup. En effet, Lanthimos se contente de tracer les contours flous d'un concept passionnant, avant d'enchaîner les saynètes sétriles et de recycler les archétypes d'un certain cinéma de festival, qui confond complexité et aridité, platitude et finesse, sobriété et néant. Mais que voulez-vous on ne vas pas demander aux grecs de nous divertir, c'est la crise...

 

 


 

 

Aronofsky et ses petits camarades ont fait des choix sans saveur, dont plusieurs prix sentent la communication et/ou le message politique simpliste : Terraferma, People mountain people sea, d'autres sans être tout à fait illégitimes, étonnent par leur académisme bon teint (A simple Life, Alps). Les meilleurs films sont bien présents, mais via des prix d'interprétation. Un palmarès sage et propre sur lui donc (à l'exception notable de Faust), quand on l'espérait audacieux et surprenant..

 

Lion d'or :

Faust d’Alexander Sokurov

 

Lion d'argent (prix de la mise en scène) :

People Mountain, People Sea de Cai Shangjun

 

Prix du jury :

Terraferma d’Emmanuele Crialese

 

Prix du meilleur acteur :

Michael Fassbender pour Shame de Steve McQueen

 

Prix de la meilleure actrice :

Deannie Yip pour A Simple Life d'Ann Hui

 

Prix du meilleur espoir :

Shôta Sometani et Fumi Nikaidô pour Himizu de Sono Sion

 

Prix de la meilleure photo :

Robbie Rayan pour Wuthering heights d'Andrea Arnold

 

Prix du meilleur scénario :

Yorgos Lanthimos pour Alps

 

Lion spécial

Marco Bellochio

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire