Berlin 2011 : Le Palmarès

Laurent Pécha | 19 février 2011
Laurent Pécha | 19 février 2011

A la Berlinale, le jury présidé par Isabella Rossellini a rendu son verdict. Sans surprise, au vu notamment de la faiblesse de la sélection, Jodaeiye Nader az Simin (Nader And Simin, A Separation) d'Asghar Farhadi a remporté, comme nous l'annoncions déjà hier en en faisant notre chouchou, l'Ours d'Or tout en récoltant également les très mérités prix d'interprétation pour l'ensemble de ses interprètes (féminins et masculins).

L'autre grand favori, Béla Tarr et son Turin horse, s'est vu adjugé le Grand prix. Le réalisateur hongrois a eu toutefois l'indélicatesse de refuser de s'exprimer au micro. 

Quant à l'Ours d'argent qui récompense le travail de mise en scène, il a été attribué de manière surprenante à  Ulrich Köhler pour Schlafkrankheit.

 

Our d'Or

Jodaeiye Nader az Simin (Nader And Simin, A Separation) d'Asghar Farhadi

 

 

 

 

Grand prix du jury

The Turin horse de Béla Tarr

 

Ours d'argent du meilleur réalisateur

Ulrich Köhler pour Schlafkrankheit (Sleeping Sickness)

 

Meilleure actrice

L'ensemble des actrices de Jodaeiye Nader az Simin (Nader And Simin, A Separation) d'Asghar Farhadi

 

Meilleur acteur

L'ensemble des acteurs de  Jodaeiye Nader az Simin (Nader And Simin, A Separation) d'Asghar Farhadi

 

Meilleur scénario

The Forgiveness of blood de Joshua Marston

 

Meilleure contribution artistique

Wojciech Staron (directeur de la photo) pour son travail sur El Premio 

Barbara Enriquez (production design) pour son  travail sur El Premio 

 

Prix de l'innovation (Prix Alfred Bauer)

Wer wenn nicht wir (If Not Us, Who) d'Andres Veiel

 

Et avant de vous quitter définitivement, une ultime vidéo du festival afin de vous permettre un petit tour au marché du film, et puis une séquence hommage. Parce qu'à EcranLarge, on aime Béla Tarr !

 

 

 

 

 

 

 

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire