Fincher : les projets

Thomas Messias | 10 janvier 2008
Thomas Messias | 10 janvier 2008

Actuellement en pleine post-production de The curious case of Benjamin Button (cette seule phase lui aura pris environ 9 mois), David Fincher a déjà la tête ailleurs, multipliant les projets et les fantasmes. Dans une interview accordée à un site américain, il donne quelques pistes indiquant de quoi son futur pourrait être fait. Voyons voir :

 

- le rêve numéro 1 du metteur en scène est Heavy metal, une trilogie de films d'animation utilisant peu ou prou le même procédé que les derniers Zemeckis, projet lourd et onéreux dans lequel les maisons de productions hésitent à se lancer ;

 

- pourquoi pas une comédie satirique autour des développeurs de jeux vidéo, le personnage principal pouvant être interprété par Sacha Baron Cohen ;

 

- ou bien une adaptation de The killer, roman graphique de Jacamon & Matz pour lequel il a déjà trouvé un scénariste ;

 


 

 

-  ou alors une adaptation du best-seller The devil in the white city d'Erik Larson, autour d'un tueur en série déambulant lors de la Foire Internationale de Chicago en 1933 ;

 

 

 

 

 

- à moins qu'il ne débute par une adaptation de Torso, roman graphique qui, selon lui, « démonte le mythe Elliot Ness dans un genre proche de Citizen Kane ». Le scénario d'Ehren Kruger est prêt, et Fincher espère Matt Damon dans le rôle principal ;

 

 

 

 

 - parmi les envies évoquées par Fincher, celle d'adapter à nouveau Chuck Palahniuk (Fight club), en particulier Berceuse ;

  

 


 

 

- mais s'il est bien un projet qui le hante, c'est l'arlésienne Rendez-vous avec Rama, roman de science-fiction d'Arthur C. Clarke dont l'adaptation est toujours évoquée mais jamais effective. Le script est en cours d'écriture, avec un sérieux travail d'adaptation : « certains éléments ne fonctionneraient pas à l'écran, d'autres sentiraient le déjà-vu puisque beaucoup de films de SF se sont inspirés de ce roman... il faut réinventer tout un univers ». Fincher compte tourner ce film en utilisant la technique du motion capture, estimant que construire les décors nécessaires serait un travail gigantesque et dispensable.

 

 

 

 

 

Bref, du travail en perspective pour le maître du Zodiac, qui a là de quoi s'occuper durant les vingt années à venir.

 

Source : Dark horizons.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire