Nightmare Alley : Guillermo Del Toro balance 10 films à voir avant son thriller horrifique

Mathieu Victor-Pujebet | 3 décembre 2021
Mathieu Victor-Pujebet | 3 décembre 2021

Alors que la sortie de son Nightmare Alley se rapproche, Guillermo Del Toro a balancé sa liste des films noirs qui l’ont inspiré.

Après son Lion d’or à Venise pour La Forme de l'eau en 2018, et alors que l'on en sait un peu plus sur sa série Cabinet of Curiosities et que se prépare son Pinocchio qu’il co-réalise pour Netflix, Guillermo del Toro s’apprête à revenir dans les salles de cinéma avec un nouveau long-métrage : Nightmare Alley.

Adaptation de la nouvelle éponyme de William Lindsay Gresham qui date de 1946, dont les premiers avis sont tombés, l’histoire est celle d’un jeune forain ambitieux et manipulateur, interprété par Bradley Cooper, qui fait la rencontre d’une psychiatre encore plus dangereuse que lui, jouée par Cate Blanchett.

 

Nightmare Alley : photo, Cate Blanchett"Installez-vous confortablement et parlez-moi de votre mère."

 

Travaillant souvent autour de références précises - voire un peu trop précises pour certains - le réalisateur de L'Échine du diable (qui a été restauré il y a peu) et du labyrinthe de Pan s'est cette fois tourné vers le film noir pour puiser son inspiration pour ce nouveau film. Il en a d’ailleurs lui-même témoigné en confiant à Collider une liste de dix films qui l’ont inspiré pour réaliser Nightmare Alley et donc à voir (si le temps le permet) avant de découvrir son film :

Crime passionnel d’Otto Preminger, 1945
Niagara de Henry Hathaway, 1953
Les Bas-fonds new-yorkais de Samuel Fuller, 1961
L’Ultime razzia de Stanley Kubrick, 1956
Détour d’Edgar G. Ulmer, 1945
La Tigresse de Byron Haskin, 1949
Né pour tuer de Robert Wise, 1947
La Ronde du crime de Don Siegel, 1958
Trafic en haute mer de Michael Curtiz, 1950
Poursuites dans la nuit de Jacques Tourneur, 1956

 

Poursuites dans la nuit : Photo Anne Bancroft, Aldo RayAu moins Tourneur ne se plaindra pas de plagiat...

 

Le cinéaste a ainsi partagé dix longs-métrages, en les commentant, de façon à mettre en avant des films qui le touchent particulièrement et qui ont été des matrices pour la création de Nightmare Alley. On y trouve alors aussi bien des cinéastes bien connus tels qu’Otto Preminger, Stanley Kubrick ou Robert Wise, mais également des metteurs en scène plus confidentiels de nos jours tels qu’Edgar G. Ulmer et Byron Haskin.

Le réalisateur mexicain a également évoqué la façon avec laquelle ces films sont, selon lui, les plus pertinents et passionnants représentants de ce sous-genre du cinéma classique des années 40-50 qu'est le film noir. Que ce soit la limite ambigüe entre le bien et le mal, le rapport à la violence et à la sexualité, les personnages féminins forts ou encore le rapport défantasmé à l’argent : tous ces éléments qui irriguent les films cités, mais aussi, d’une certaine façon, les propres films du réalisateur, se retrouveront apparemment dans Nightmare Alley.

 

Nightmare Alley : photoJeux d'ombres et de lumières

 

De la même façon, certains de ces longs-métrages ont également servis de matériaux de travail scénaristique pour la fabrication même de du film. On ne sera alors pas surpris de retrouver des références aussi bien au Crime passionnel d’Otto Preminger qu’au Détour d’Edgar G. Ulmer. On peut également citer le Né pour tuer de Robert Wise qui a servi d’appui pour les acteurs Cate Blanchett et Bradley Cooper, dans leur travail avec le cinéaste, pour trouver la même couleur et présence de jeu que celle de Claire Trevor et Lawrence Tierney dans le film.

Ainsi, cette liste commentée par le cinéaste permet d’avoir une idée de la direction que celui-ci va emprunter dans ce nouveau film, qui est attendu de pied ferme pour le 19 janvier 2022 dans nos salles françaises.

Tout savoir sur Nightmare Alley

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Coucouhibou
03/12/2021 à 16:58

Malgré ma profonde admiration pour le travail de Guillermo, je ne suis pas extrêmement hype. Je dois être moins sensible à une proposition à ce point différente de son travail habituel. Mais j'irai sans doute le voir, ça serait bête de se priver d'une nouveau del Toro !

votre commentaire