Les nouveautés films et séries à voir sur Netflix ce week-end

La Rédaction | 24 septembre 2021 - MAJ : 24/09/2021 18:33
La Rédaction | 24 septembre 2021 - MAJ : 24/09/2021 18:33

Netflix balance à tout va nombre de films et séries dans son catalogue chaque semaine, sans qu'on les remarque ou que la plateforme ne l'annonce officiellement. Chaque fin de semaine, Ecran Large reviendra donc sur quelques nouveautés ajoutées par Netflix dans son catalogue, films et séries confondus, originaux ou pas, dans une liste non exhaustive.

Alors, quels sont les films et les séries à ne pas manquer ce week-end sur la plateforme de streaming ?

 

photo, Zach Gilford"Salut, c'est ici la Netflix Party ?"

 

Sermons de minuit

Ça parle de quoi ? Une communauté isolée sur une île accueille un nouveau curé. Des événements étranges commencent à se produire...

Pourquoi il faut la regarder ? Il n’est plus besoin de présenter le scénariste et réalisateur de The Haunting of Hill House puis sa continuation, Jessie ou Doctor Sleep, tant il s’est imposé avec évidence comme un des artisans du fantastique américain parmi les plus accomplis. Il est de retour avec une série originale, dans laquelle il ausculte les ténèbres qui s’abattent sur une petite communauté insulaire.

L’occasion pour Mike Flanagan de revisiter un des plus anciens mythes du genre, qu’il explore d’abord avec l’apparence du classicisme, avant de montrer une nouvelle fois sa grande maîtrise de la dramaturgie et des personnages. La mini-série s’avère, comme à son habitude, plus puissamment mélancolique qu’angoissante, et recèle des trésors d’émotion.

N’hésitant pas à tordre le cou à pas mal d’attentes du spectateur, Sermons de Minuit est une belle surprise, qui dévoile toute sa puissance dans son dernier tiers.

Notre critique de Sermons de minuit

 

 

LILY ET L'OISEAU

Ça parle de quoi ? Endeuillés, Lilly et Jack affrontent leur douleur de deux manières différentes. Pendant qu'il essaie de se reconstruire de son côté, elle continue à vivre dans leur maison. L'arrivée d'un simple étourneau, qui s'installe durablement dans le jardin, va créer une petite guerre dans le monde de Lily, et peut-être l'aider à avancer...

Pourquoi il faut le regarder ? Etonnante Melissa McCarthy. Nommée aux Oscars grâce à des burritos et du caca dans Mes meilleures amies, elle s'est depuis imposé comme une des actrices comiques les plus en vue, notamment avec son mari réalisateur Ben Falcone, avec lequel elle a créé une société de production (derrière Carnage chez les Puppets, The Boss, Superintelligence ou encore Life of the Party).

Après avoir joué aux super-héroïnes en carton cheap dans le navet Thunder Force, elle rappelle qu'elle peut faire autre chose que des blagues scato et de l'autodérision qui confine à l'auto-humiliation. Dans Lilly et l'oiseau, elle retrouve justement Theodore Melfi (réalisateur de St. Vincent, comédie dramatique où elle brillait face à Bill Murray), et l'acteur Chris O'Dowd (comme dans St. Vincent et Mes meilleures amies). Une petite pause mélo et paquet de mouchoirs pour des larmes faciles, à réserver aux amateurs de Melissa McCarthy et les bons vieux téléfilms poussiéreux du film.

 

photo, Melissa McCarthySinon, revoyez Le Roi et l'oiseau

 

Searching : Portée disparue

Ça parle de quoi ? Alors que Margot, 16 ans, a disparu, l’enquête ouverte ne donne rien et malgré les heures décisives qui s’écoulent, l’inspectrice chargée de l’affaire n’a pas le moindre indice. Le père, David, décide alors de mener ses propres recherches, en commençant par là où personne n’a encore regardé : l’ordinateur de sa fille.

Pourquoi il faut le regarder ? Pour la modernité de son concept. Cette histoire froide et palpitante n'est pas sans rappeler Gone Girl dans la façon dont le protagoniste perd un proche, qu'il va complètement redécouvrir par le biais de son enquête, et en jouant d'une nouvelle forme de cinéma avec le Screen Life. Searching - Portée disparue trouve sa puissance dramatique en noyant le spectateur dans la marée d'informations et d'interactions que proposent les réseaux sociaux, et démontre que même le plus superficiel des outils peut ébranler les acquis les plus profonds d'une relation humaine.

Notre critique de Searching : Portée Disparue

 photo, John ChoUn voyage dans les méandres du numérique

 

Braqueurs : la série

Ça parle de quoi ? Voulant protéger sa famille d’un baron de la drogue, un braqueur chevronné est happé dans une guerre de territoire sans merci, entraînant avec lui son équipe.

Pourquoi il faut la regarder ? Un peu perdue entre Expendables et La Casa de papel, il est amusant de voir les artistes français se donner dans Braqueurs : La série, récit de braquage testostéroné, le tout dans un climat de banlieue métropolitaine. Ce gloubi-boulga d'action, de comédie et de drame, sans aucun équilibre ni finesse, se donne à fond dans son délire (et c'est peut-être pour le mieux, vu la minceur du concept).

On peut donc faire l'effort de visionner l'œuvre de Julien Leclercq et Hamid Hlioua surtout si on a aimé son film Braqueurs dont est tirée la série. Une production Netflix qui ne vole pas forcément bien haut en tant que telle, mais qui pourrait, à l'instar d'un Balle perdue, amener de nouveaux talents français à aborder de façon plus blockbusteresque le cinéma.

 

photo, Sami BouajilaÇa va péter

 

MOTHER!

Ça parle de quoi ? Alors qu'ils mènent une existence tranquille et idyllique dans une magnifique maison isolée, un couple reçoit la visite d'invités imprévus. Et c'est le début du cauchemar.

Pourquoi il faut le regarder ? Parce que c'est l'un des films qui a le plus violemment divisé le monde ces dernières années, ce qui est forcément le symptôme d'une œuvre passionnante. Grand film instantané (et incompris) pour les uns, arnaque totale (et grotesque) pour les autres, Mother! est une grande page blanche, où chacun peut écrire sa propre version de ce cauchemar extrême.

Si la lecture religieuse est la plus évidente (surtout avec le réalisateur de Noé et The Fountain derrière), Mother! pourrait très bien parler d'écologie (la maison et l'héroïne comme mère Nature, assaillie et détruite par l'humain), de création (l'écrivain touché par la grâce, la grossesse spontanée, le bébé-création repris et déchiqueté par le public), ou de tout ça à la fois. Et dans tous les cas, c'est une expérience un peu folle, radicale et unique, orchestrée par un Darren Aronofsky particulièrement inspiré, et une Jennifer Lawrence stupéfiante.

Notre décryptage de Mother!
 

Photo Jennifer LawrenceLes vrais Hunger Games

 

MAIS AUSSI...

La NonneShéhérazadeLe Poulain...

Tout savoir sur Netflix

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Ankytos
25/09/2021 à 23:46

Mother ! Je suis de ceux qui ont été embarqués. Je n'ai pas décroché un seul instant de ce film assez unique en son genre.

Flash
25/09/2021 à 12:04

Mother? En effet c’est une expérience.
Pour ma part, j’ai pas été au bout du film, pas ma came.

Kyle Reese
24/09/2021 à 21:06

Ah oui Mother, vu à l'aveugle, aucune idée de quoi cela parlait, je croyais même au début à un film d'horreur et puis j'ai vu et pris une énorme claque. Moins on en sait mieux s'est Jennifer Lawrence y est stupéfiante.

Anto.
24/09/2021 à 19:45

Mother! Putain ce film! Incroyable comme expérience...

votre commentaire