Scarlett Johansson v. Disney : la Black Widow de l'univers Marvel obtient un soutien de poids

Mathias Penguilly | 7 août 2021
Mathias Penguilly | 7 août 2021

L'interprète de Black Widow a jeté un pavé dans la mare en attaquant le géant aux grandes oreilles. Elle peut compter sur le soutien de l'industrie.

C'est une bataille de gros (gros, gros) sous qui se joue autour de la sortie du dernier long-métrage de l'Univers Marvel. Quelques semaines après la sortie internationale de Black Widow, l'actrice Scarlett Johansson a déposé plainte contre le mastodonte du divertissement pour non-respect du contrat signé. 

En effet, en participant à cette ultime apparition de la Veuve Noire originelle, ScarJo devait obtenir un intéressement en fonction du résultat du film au box-office américain. Or, après maintes rebondissements Disney a opté pour une sortie mixte, à la fois dans les salles obscures et sur sa plateforme de streaming Disney+. En salles, les résultats du film s'en sont clairement fait ressentir et l'actrice s'estime lésée. Le chant du cygne de Natasha Romanoff devait être un au revoir heureux, une belle manière de mettre fin à la collaboration entre l'actrice et le MCU ; les coulisses montre une toute autre histoire. Une chose est certaine, Scarlett Johansson peut compter sur un soutien de poids à Hollywood.

 

photoScarJo devant les ruines du géant Disney

 

L'industrie du cinéma américain est régentée par de nombreuses guildes très puissantes. L'un d'eux, le SAG-AFTRA (qui défend principalement les acteurs du petit écran) a réagit à l'affaire, par le biais de sa présidente, l'actrice Gabrielle Carteris (Beverly Hills). Disney en a pris pour son grade :

"Les acteurs doivent être rémunérés en fonction de leur contrat. Scarlett Johansson a mis en lumière une évolution incorrecte de la manière dont les studios rémunèrent [leurs acteurs] en changeant les modèles de distribution. Personne, dans aucune industrie, ne devrait se trouver face à une réduction de salaire inattendue. C'est injuste et déraisonnable. Disney et les autres entreprises de divertissements vivent très bien et elles peuvent certainement honorer leurs obligations vis-à-vis de ceux qui leur ramènent des profits."

 

photo, Gabrielle Carteris30 ans après, Andrea est devenue syndicaliste

 

Ce n'est pas tout : l'actrice s'est aussi attaquée à la manière dont a répliqué Disney à cette plainte. Le studio a parlé de "mépris insensible" de la part de l'actrice, une expression que Gabrielle Carteris a pris... très personnellement :

"Par ailleurs, nous sommes profondément inquiets de la tonalité misogyne des critiques de Disney à l'égard de Mme Johansson. Les femmes ne sont pas 'insensibles' quand elles se battent pour une juste rémunération - elles sont les championnes de la justice économique. Les femmes subissent une iniquité salariale depuis des décennies et elles souffrent de commentaires comme ceux des communiqués de presse de Disney. Ces attaques n'ont pas leur place dans notre industrie et SAG-AFTRA continuera de défendre nos membres contre toutes les formes de préjugés."

 

photo, Scarlett Johansson"Moi, insensible ?"

 

 

Peut-on vraiment parler de commentaires misogynes de la part de Disney ou est-ce une extrapolation ? Il faut dire que la réaction du studio a été particulièrement ridicule : certes, Disney a certainement explosé le budget marketing à cause de la pandémie et des reculs successifs de la date de sortie du film. Pourtant, quand le studio pleurniche sur "l'impact de la pandémie sur ses finances" et dénonce le mépris de ScarJo pour la situation difficile qu'a apporté le Covid-19, cette défense fait rire jaune. Disney ne manque pas d'argent et cette affaire judiciaire ressemble à un vrai retour de bâton. Après tout, le studio a moins de remords quand il s'attaque directement au portefeuille des exploitants américains avec sa stratégie de sortie mixte...

 

Photo Laura Dern, Scarlett Johansson"Et si on allait toutes voir Netflix, hein ?"

 

Une chose est certaine : le géant hollywoodien doit être en train de renforcer son équipe d'avocats parce que Scarlett Johansson n'est pas la seule à se battre pour son intéressement. L'ancienne potiche d'Hollywood est en train de devenir une redoutable femme d'affaires. Espérons pour elle que ses nouveaux amis de la guilde du petit écran trouveront des moyens de la coopter : pas évident de poursuivre une carrière dans le monde des blockbusters quand on chatouille Disney.

Tout savoir sur Black Widow

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Miglou Finance
08/08/2021 à 14:03

Et pourtant c’est l’épargne et la retraite de tout le monde qui est collectée par les fonds , la hausse des cours comme le dividende sont cruciaux
Sinon il vaut mieux investir en obligation à coupon constant c’est à dire sans risque

Arielle
08/08/2021 à 13:49

L'article était très intéressant jusqu' à ce que je lise quelques lignes après avoir mentionné la mauvaise foi et mysoginie de Disney, vos termes qualifiant Scarlett Johansson, "ancienne potiche d'hollywood" avec un lien qui renvoit à sa filmographie. Et donc si je comprends bien elle n'aurait eut que des rôles de postiches !
Et donc, vous disiez sur la mysoginie de Disney ?

Uleertel
08/08/2021 à 13:00

@Miglou ça ne change pas le fond, à la bourse on gagne on perd. Et pas une minute Disney ne pense aux retraites des gens, juste à leur actionnaires qui effectivement peuvent être des fonds de pension. Après les dividendes 'e sont qu'une partie relativement marginale du revenu de ces fonds qui parient plus sur la hausse des cours. Par exemple Amazon ou Apple pendant très longtemps ke versaient absolument aucun dividendes maus avaient des hausses de court record.

Miglou compte les sous
08/08/2021 à 09:36

@Uleertel
Aux US la retraite de chacun dépend de fonds de pensions investis en actions
Le non paiement de dividendes impact donc les retraites

Pseudou
08/08/2021 à 02:40

Crache la thune Disney! La petite souris est devenue radine

Spainkiller
08/08/2021 à 01:44

Baaah c'est fou ...le streaming ,la VOD après avoir abîmé fortement la vidéo physique, Bluray, UHD ,DVD menace aussi le cinéma lui même . Bein oui ,la covid qui dure , et mute ce n'est pas un super-vilain Marvel c'est ce virus qui a modifié nos vies , a ruiné nos économies pour des décennies ...si on a plus le droit de sortir au cinéma à cause de reconfinement et bien vous pourrez faire que ça, d'aller regarder votre Netflix ! Y'en a marre m'dame ScarJo , c'est vrai !!!

Fraise
07/08/2021 à 23:40

Un soutien de poids… une actrice pas vraiment juste qui n’a pas tourné depuis 30 ans… on est chez allo ciné ?

Uleertel
07/08/2021 à 23:13

@Miglou a Wall St merci pour les chiffres, donc perte ou pas on voit qu'avec leurs grosses reserves de cash ils ont tout de même rémunéré les actionnaires avec des dividendes. N'oublions pas que les dividendes ne sont pas obligatoire et qu'en temps de crise ils auraient ou les geler au lieu de donner des milliards aux actionnaires et de virer des milliers d'employés. Donc Disney est très très loin d'être dans le besoin.

Miglou a Wall St
07/08/2021 à 22:42

@Dehem
Walt Disney étant une société cotée ses comptes sont publiés et disponibles dans la rubrique Investors relations du site
Dans l’attente de la publication des résultats estimés du 3ème trimestre vous pouvez voir que pour l’exercice 2020 Disney a fait une perte de plus de 2,8 milliards de dollars en partie attribuables à des coûts de restructuration supérieurs à 5 milliards
En toute logique le dividende a fortement baissé 0,88 usd par action contre un dividende supérieur à 1,5 dollar par action en 2019

Morcar
07/08/2021 à 20:43

RobinDesBois, c'est malheureusement le même problème que les accusations de racismes faites à tout bout de champ, même quand ça n'a rien à voir. Ces gens finissent par causer du tort aux sujets qu'ils défendent.

Plus
votre commentaire