Godzilla vs. Kong : le succès du film sur HBO Max et au cinéma pourrait révolutionner l’industrie

Antoine Desrues | 6 avril 2021 - MAJ : 06/04/2021 17:22
Antoine Desrues | 6 avril 2021 - MAJ : 06/04/2021 17:22

Avec son démarrage canon, Godzilla vs. Kong pourrait bien marquer le futur des salles de cinéma, surtout face au succès du film sur HBO Max.

Depuis le début de la crise sanitaire, l’industrie du cinéma a cherché un sauveur, un sauveur qui allait rendre le public impatient de retourner dans les salles obscures. Et visiblement, pour célébrer le grand écran, il aura fallu que deux colosses s’y inscrivent dans un combat titanesque.

En effet, Godzilla vs. Kong pourrait bien être la lumière au bout du tunnel pour un box-office en berne depuis plus d’un an. Après avoir réalisé un score très impressionnant à l’international depuis le 24 mars 2021, sa sortie le 31 mars sur le sol américain a été scrutée avec attention.

Suite à son démarrage record, le film d’Adam Wingard a récolté 48,5 millions de dollars en à peine cinq jours aux États-Unis. Il s’est d'ores et déjà imposé à la troisième place des plus gros succès au box-office depuis mars 2020, dépassant les 46 millions récoltés par Wonder Woman 1984 sur l’ensemble de son exploitation. Nul doute qu’il devrait aisément rattraper Les Croods 2 (56 millions) et surtout Tenet de Christopher Nolan, et ses 57 millions de dollars de recettes.

 

photoForce tranquille

 

Le match poids lourd entre le lézard de la Toho et le singe géant a ainsi prouvé qu’avec le début des vaccinations et la promesse d’un retour à la normale, les spectateurs ont choisi de se déplacer à nouveau vers les multiplexes. Cette révélation est d’autant plus rassurante que Godzilla vs. Kong est sorti, comme tous les blockbusters récents de Warner Bros., en simultané dans les salles et sur la plateforme de streaming HBO Max. Si cette prise de décision de la major a fait grincer des dents en décembre 2020, elle a surtout fait craindre que la Covid-19 n’ait accéléré une certaine hégémonie de la SVoD, devenue la priorité des studios face au succès de Netflix.

D’un côté, Warner a passé divers contrats avec des chaînes de cinéma pour pallier le potentiel manque à gagner de leurs entrées. De l’autre, le manque de transparence de la multinationale par rapport aux chiffres du streaming demeure problématique pour analyser le phénomène. Il est donc difficile de savoir à quel point cette double fenêtre de sortie peut impacter sur le long terme la vie d’un film.

Pour autant, dans le cas précis de Godzilla vs. Kong, le box-office et les scores sur HBO Max auraient été tous les deux encourageants. D’après la société Samba TV, 3,6 millions de foyers auraient lancé au moins les cinq premières minutes du long-métrage sur le service de streaming, entre le 31 mars et le 4 avril. Le pinacle du MonsterVerse aurait donc explosé les records de la plateforme, à savoir les 2,2 millions de visionnages de Wonder Woman 1984, et les 1,8 de Zack Snyder's Justice League.

 

photo, Alexander Skarsgård"The world needs Kong"

 

Ces scores tendraient donc à prouver que, derrière les craintes éveillées par cette mutation de l’industrie, une cohabitation serait possible entre la salle et le streaming, bien que cette assertion reste à nuancer dans une situation où les cinémas ne sont pas tous ouverts, et où une plateforme comme HBO Max ne s’est pas encore rendue disponible en dehors des États-Unis. Cependant, Variety n’a pas hésité à dire que Godzilla vs. Kong pourrait représenter le futur de la distribution, qui s'annoncerait toujours radieux pour le grand écran. Shawn Robbins, l’analyste en chef de la société Box Office Pro, a étayé cette pensée :

“Le fait que ce film ait suscité autant d’intérêt dans les cinémas, malgré une offre en streaming immédiate, souligne le pouvoir culturel et l’importance d’aller voir un film en tant qu’événement collectif. Les gens reconnaissent qu’ils ne peuvent pas avoir cela dans leur salon.”

Quelle que soit la diversité de l’offre, il semblerait donc que la salle obscure soit toujours le lieu privilégié pour la découverte des dernières grosses sorties, voire tout simplement l’un des loisirs les plus importants dans de nombreux territoires (à commencer par la France). Les studios ont bien pris conscience que le streaming n'a pas encore atteint cette force fédératrice, et c’est d’ailleurs pour cette raison que Jeff Goldstein, le président de la distribution US de Warner, a tenu à rappeler la prédominance de la salle :

 

photoImage d'un exploitant de salle américain ce week-end

 

“Nous apprenons en avançant. Les studios expérimentent et trouvent des solutions pour mieux atteindre les consommateurs durant la pandémie.” Et dans le contexte d’une stratégie post-Covid, Goldstein a sous-entendu que la salle obscure redeviendrait le lieu premier pour la distribution de nouveautés :

“Warner Bros. croit en une fenêtre de sortie définie au cinéma. [...] Les spectateurs ont attendu qu’un événement comme Godzilla vs. Kong arrive sur grand écran, et les chiffres ne mentent pas. Il est clair qu’au moment où le public est prêt à revenir prudemment au cinéma, il y va, et nous sommes ravis par ces résultats.”

Pour ce qui est de la France, Godzilla vs. Kong doit encore attendre la réouverture des salles hexagonales. Pour le moment, Warner a planifié le film pour le 19 mai 2021. Et si vous vous demandez pourquoi notre critique du film n’est pas encore disponible, nous avons fait une vidéo détaillée et en toute transparence à ce sujet.

Tout savoir sur Godzilla vs. Kong

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
GTB
06/04/2021 à 21:22

En même temps, était-il réellement pertinent de douter du retour du public en salles? M'est avis depuis longtemps que les deux peuvent et doivent coexister. Aussi étendue soit la Svod, les gens aiment la salle. Même si la svod peut impacter dans une certaine mesure la fréquentation des salles, il y aura toujours un public pour y aller.

Ethan
06/04/2021 à 20:33

@DjFab
Effectivement les films d'animation 3D ce n'est plus vraiment du cinéma. Et c'est dommage car on a moins de films en 2D. Le cinéma est un art qui ne doit pas être confondu avec l'univers des jeux vidéos. Les jeux vidéos c'est un autre art. Les techniques utilisées dans ce film et dans les films d'animations 3D appartiennent avant tout à l'univers des jeux vidéos.

Je pense qu'il faut réfléchir à protéger davantage le Cinéma car si on ne fait rien le cinéma qu'on aime tant disparaîtra.

En ce qui me concerne je suis contre en effet la présence de ces films dans les salles. Car le cinéma c'est aussi un lieu.

@Cassian00
Le scénario en lui même est très spécial, tu me l'accorderas :)
Après tout est une question de dose. Les effets spéciaux numériques ne doivent pas constituer l'essentiel.

Et le cinéma au regard de son histoire a plutôt bien évolué. C'est pour ça que t'ai cité le seigneur des anneaux

Oui bon
06/04/2021 à 20:02

Arrêtez avec votre succès.Certaines séries sur netflix sont vue plus de 85 millions fois la première semaine. Donc svp lâché nous avec votre succès.

Moi
06/04/2021 à 19:28

Je suis ravi de voir que 2 millions de "vues" (5 minutes sans zapper, perso un mauvais film en streaming/P2P je lui laisse au moins 15 min) sont considérées comme des succès.
En misant sur une fourchette haute 1 stream = 4 spectateurs et un tarif spectateur à 15$/tête, ça fait un "équivalent" 120M$ de recettes (ou 70M$ dans la poche du studio en sortie ciné). Sans oublier que ce "1er weekend US" est synonyme de 10 ou 15 jours d'exploitation en Chine, et que c'est peut-être pareil sur les autres territoires ...
Il faut voir l'évolution (stream et salle), mais prétendre à des succès "qui révolutionnent l'industrie pour la 3e fois en 6 mois" avec des audiences aussi limitées, c'est de la mauvaise fois. Il semble évident que la seule plateforme qui peut se permettre du blockbuster supérieur à 100M$ (de coût de prod) en streaming c'est Netflix, et que tous les autres acteurs attendent la réouverture des salles. C'est pas parce que des dirigeants affirmaient le contraire (ou que le stream était la priorité absolue) il y a 6 mois que c'était vrai

Cassian00
06/04/2021 à 18:54

@Ethan, bonne chance pour réaliser GODZILLA V KONG seulement avec des animatroniques et aucun effet numérique sans que le film soit mémorablement ridicule à notre époque.
La quantité d'effets numériques n'est pas un facteur pour déterminer si un film est un objet de cinéma ou non... Si on suit ton raisonnement, AVATAR de Cameron ne s'apparente pas à du cinéma parce qu'il déborderait d'effets numériques.. Ca n'a pas grand sens

Excellente nouvelle pour le Box office, elle devrait encourager la Warner à raccourcir sa stratégie temporaire mais ignoble de concurrencer la salle de cinéma avec sa plateforme HBO MAX.
La preuve d'un possible retour à la normale, dans notre monde d'avant où la salle doit être le lieu de découverte des films.

DjFab
06/04/2021 à 18:28

@Ethan : je ne vois pas pourquoi un film avec beaucoup d'effets spéciaux ne serait pas du cinéma, c'est n'importe quoi... A ce moment les films d'animation en image de synthèse c'est pas du cinéma...

Ethan
06/04/2021 à 18:21

Est ce vraiment du cinéma?
Je ne crois pas, les effets spéciaux dans un film c'est utile mais là il s'agit avant tout d'effets numériques et très peu finalement de réel

Un film comme le Seigneur des anneaux là c'est du cinéma mais sur ce film c'est pas vraiment du cinéma

storm
06/04/2021 à 16:27

Godzilla Vs Kong est le film a voir sur grand écran, je lai déjà vu des dizaines de fois mais je seraits au cinéma pour le (re) découvrir avec l’expérience du cinéma.

Shag on !
06/04/2021 à 16:20

Pas certain qu'un film sur un couple qui se sépare vérifie lengouement dans les salles.

Ce qu'on observe, c'est l'envie de voir du Maousse-costaud, donc du spectacle dans les super conditions des salles. (Davantage qu'un scenario malin à la Tenet apparement)
Comme le prévoyait tonton Spielberg...

Jaroh
06/04/2021 à 15:40

Alors honnêtement, si on laisse les films gros budgets plus minables les uns que les autres à la VOD et que le cinéma se réserve la part des films d'envergure et qualitatifs je dis pourquoi pas.

Mais je rêve un peu ça incitera surtout les industriels à déverser leur m**** sur un média plus accessible.

votre commentaire