Films

Couvre-feu : Kaamelott, Adieu les cons, Peninsula… le coup fatal de 2020 ?

Par Geoffrey Crété
15 octobre 2020
MAJ : 16 octobre 2020
25 commentaires
photo, Albert Dupontel, Virginie Efira

Le couvre-feu imposé par le gouvernement pose de sacrés problèmes au cinéma. Adieu les cons, Kaamelott, Peninsula ou encore Aline vont-ils être repoussés ?

Comme un arrière-goût familier en bouche suite à l’annonce d’un couvre-feu, qui renvoie à la fermeture des cinémas en mars dernier, et remet en question les sorties des quatre prochaines semaines au moins – et peut-être six au final. Car à partir de samedi minuit, ce couvre-feu appliqué entre 21h et 6h du matin dans plusieurs zones (Ile-de-France, Grenoble, Lille, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Saint-Etienne, Toulouse) annule toute perspective de soirée cinéma, parmi d’autres options.

Autant dire que c’est le début d’une nouvelle période sèche pour les cinémas, même si le président Emmanuel Macron a tenté de rassurer :

« On va essayer d’aider au maximum les théâtres, les cinémas, à avoir des reprogrammations. Organiser les choses pour pouvoir y aller un peu plus tôt. Dans beaucoup d’établissements, les restaurants, les théâtres, les cinémas, on a conçu collectivement des règles qui font qu’on est très bien protégé. »

 

photoPrière pour tous

 

De bien jolis mots, qui soulèvent plus de questions qu’autre chose. Que va-t-il se passer pour les sorties du mercredi 21 octobre, comme Adieu les cons d’Albert Dupontel, Last Words de Jonathan Nossiter, ou encore Petit vampire de Joann Sfar ? ADN de Maïwenn, Garçon chiffon de Nicolas Maury, The Craft : Les nouvelles sorcières, L’origine du monde, La Nuée, Aline, vont-ils sortir comme prévu en octobre et novembre ?

Les zombies de Peninsula n’ont pas tardé à être calmés. La suite de Dernier train pour Busan devait sortir le 21 octobre, mais a été repoussée au 16 décembre. La raison est assumée : impossible de le sortir s’il n’y a plus de séances après 16h45.

Mise à jour : Peninsula sortira finalement comme prévu le 21 octobre, comme annoncé depuis.

 

photoQuand tu dois choper la séance de 18h comme celle de 22h

 

Un couvre-feu, et donc une fermeture des salles à 21h dans ces grandes villes équivaut à tuer une grosse partie de la carrière d’un film. Les séances du soir sont les plus importantes et ramènent un maximum de spectateurs, en semaine et en week-end, et les métropoles sont des zones majeures dans la carrière d’un film. C’est encore plus frappant pour les films de genre, type les zombies de Peninsula, les sorcières de The Craft ou les insectes cauchemardesques de La Nuée.

Pensée également pour les longs films qui dans ce contexte, vont perdre des séances. Avec ses 4h32, le documentaire City Hall de Frederick Wiseman (un habitué des longs formats), va clairement être un problème s’il sort le 21 octobre comme prévu.

Se posent alors deux questions : des films vont-ils encore être décalés, et des salles vont-elles encore fermer ?

Nul doute que beaucoup de distributeurs sont en état d’alerte ce matin, pour décider du sort des prochains films prévus en salles. Pour les sorties de la semaine prochaine, le 21 octobre, c’est un mur : difficile d’annuler les sorties si tard, alors que la promo est sur la dernière ligne droite, et que tout est en place.

Est-il préférable de maintenir les sorties d’Adieu les cons, Michel-Ange, Last Words, Petit vampire ou encore Poly, quitte à faire une croix sur une grosse partie des recettes, ou vaut-il mieux les repousser à une date indéterminée, en prenant le risque d’un futur encore flou, d’un possible embouteillage et en perdant de l’argent côté marketing ? Entre la peste et le choléra…

 

photoVampire + couvre-feu = lose

 

Un couvre-feu de quatre semaines minimum, et potentiellement six, met en péril toutes les sorties du mois de novembre. La semaine du 18 novembre : Mandibules, Sacrées sorcières, Gagarine, The Nest… La semaine du 25 novembre : Kaamelott – Premier Volet, Saint Maud, Les cobayes

La question se posera d’autant plus pour les films avec de lourds enjeux financiers. Aline, le vrai-faux biopic sur Céline Dion par Valérie Lemercier, avait avancé sa sortie au 11 novembre, suite au report de Mourir peut attendre. Une aubaine devenue un piège pour ce film au gros budget (environ 22 millions d’euros), qui ne peut décemment pas se priver des séances du soir.

Même chose pour Kaamelott. Prévu à l’origine en juillet, le film d’Alexandre Astier est un gros point d’interrogation, vu ses ambitions de trilogie, son budget (environ 15 millions d’euros), et la popularité de la série. Le risque étant déjà réel pour ce film d’aventure, difficile d’imaginer que quelqu’un voudra en rajouter une couche avec une sortie dans ces conditions.

 

 

A priori, tout rentrera dans l’ordre début décembre. Sauf que personne ne peut affirmer que le couvre-feu ne sera pas prolongé, ou même durci. 2020 ayant déjà prouvé qu’une surprise pouvait en cacher un autre, la prudence est de mise. Et c’est là que la situation se corse : comment les salles, les exploitants, les distributeurs et différents acteurs du milieu peuvent se préparer et éviter au maximum la casse ? Surcharger le mois de décembre serait absurde, sachant que les poids lourds Les Tuche 4 (9 décembre), Mort sur le Nil (16 décembre) et Wonder Woman 1984 (30 décembre) sont prévus.

Une réponse possible : annuler la sortie et basculer sur de la SVOD. En France (comme aux États-Unis), cette option a permis à plusieurs films de minimiser les risques. Amazon Prime avait ainsi récupéré les comédies Forte et Brutus Vs César, et Pinocchio. Netflix a de son côté racheté Bronx d’Olivier Marchal qui sortira donc le 30 octobre sur la plateforme.

Bref, la page Wikipedia de 2020 continue de s’allonger, et l’industrie du cinéma se prend un nouveau coup dans les dents. Si nos salles se portent mieux que dans d’autres pays, la fréquentation était tout de même moitié moins importante en septembre 2020 qu’en septembre 2019 – ce qui était un signal positif, après des mois de juin et juillet à -90% et – 70% environ.

 

Rédacteurs :
Tout savoir sur Kaamelott : Premier volet
Abonnez-vous à notre youtube
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
25 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Ozymandias

Nonnnnnnnnnnnnnnnn
Heureusement, j’habite en Suisse ^^

Kyle Reese

Adieu les c*ns … hâte.
Mais Adieu le Covid bien plus hâte encore …

Je sais, on fait se qu’on peut là …

fuck

Les cinémas sont ouverts dans toute la France. Bordeaux, Strasbourg, Le Havre, Nice et plein de villes et de régions ne sont pas concernées par ce couvre-feu. 80 % du territoire n’est pas touché. Faut arrêter le délire.

Simon Riaux

@f**k

Rien à voir avec du délire. Ce n’est pas une question ni de proportion géographique ni de nombre d’écrans, mais bien de vitalité des marchés et de plateau minimum pour espérer être rentable.

Avec une fréquentation qui a baissé de moitié, des salles qui n’ont pas le droit d’être remplies, et qui ne font plus de séances le matin pour une large partie d’entre elles, sortir un film avec un budget conséquent sur un territoire dont les zones les plus dynamiques et densément peuplées (pour ce secteur économique spécifique hein) sont exclues, ça s’appelle un suicide.

Sortir des films comme Peninsula, Kaamelott ou Aline alors qu’ils ne peuvent mécaniquement pas rencontrer le public, ça n’a aucun sens pour les distributeurs.

jozezette

Tout ce joli petit monde va venir manger dans la main de la SVOD, c’est inéluctable et les tarifs devraient alors augmenter, à tous les coups…