Tenet : on décrypte en vidéo et avec spoilers le casse-tête de Nolan

Alexandre Janowiak | 11 septembre 2020 - MAJ : 11/09/2020 18:55
Alexandre Janowiak | 11 septembre 2020 - MAJ : 11/09/2020 18:55

Tenet est enfin sorti, et plus de deux semaines après sa sortie dans les salles françaises, c'est le moment parfait pour y revenir en profondeur.

Sans grosse surprise, le nouveau film de Christopher Nolan a rameuté les Français dans les salles de cinéma après plusieurs mois de confinement. Cependant, le blockbuster SF tant attendu est très loin de faire l'unanimité au sein du public et de la critique, largement divisés sur ses qualités et ses défauts.

Après une vidéo critique sans spoilers et une vidéo sur les débuts du film au box-office, nos rédacteurs Simon Riaux et Alexandre Janowiak reviennent donc sur Tenet dans les moindres détails, en vidéo encore, en pesant le pour, le contre et décrypter certaines théories, séquences et tentatives plus ou moins réussies du réalisateur de Interstellar dans son nouveau film. Faut-il le revoir ? Est-il nécessaire d'avoir un diplôme de physique avant de le lancer ? Est-il ambitieux ou prétentieux ? Est-ce un film majeur de Nolan ou un de ses pires ? Éléments de réponses.

 

 

Pour notre critique sans spoiler, c'est par ici.

Pour notre dossier avec spoilers, c'est par là.

Et puis pour en savoir plus sur la grosse théorie entourant le film, toutes les informations dans ce dossier.

 

Affiche française

commentaires

Eddie9Felson
13/09/2020 à 11:12

@DsLuc
Au contraire, déjà, TeneT ou pas, revoir un film en salle, et je l’ai fait très souvent par le passé, apporte toujours un plus! On ne le voit jamais tout à fait de la même manière, des éléments d’intrigue nous apparaissent tout court ou du moins plus évidents. Ce fut le cas lors de ma 2de séance de TeneT où de nombreux petits détails, que je n’avais pas vu la 1ère fois où dont le sens dans l’histoire du film m’avait échappé.
Connaissant l’hypothèse fort crédible de l’identité de Neil, de revoir le film, les réactions du personnage et surtout, certains de ses regards et non-dits, n’ont fait que renforcer le sentiment du bien fondé de cette hypothèse.
Quand à revoir et revoir la Trilogie mythique de Zemeckis, ce que j’ai du faire une bonne dizaine de fois, je suis toujours partant mes pas pour mieux la comprendre tant c’est simple et linéaire, mais pour le pur plaisir de cinéma qu’elle procure.

Dsluc
13/09/2020 à 01:13

Très franchement, le film se comprend dès le 1er visionnage. C'est juste le cerveau qui n'arrive pas à capter le côté inversé des scènes et qui nous perd. Je ne suis pas certain qu'une seconde séance apporte beaucoup de choses. A voir, mais je pense que me mater plusieurs fois la trilogie Retour vers le futur doit apporter plus de découverte de subtilités dissimulées dans les films que Tenet.

Eddie 9 Felson
12/09/2020 à 19:33

Sympa ce « duo sur canapé »!
Partant pour d’autres... @Simon Riaux, pour en revenir à votre compositeur « préféré », le roi de la « choucroute », Zimmer le grand, trouvez-vous, au regard de votre affirmation dans cette vidéo, que le score de « Gladiator » vieillisse mal... maintenant que le film a soufflé ses 20 bougies on peut en juger... où est-ce l’exception à la règle?

J.got
11/09/2020 à 22:12

Oui Nolan cache les faiblesses de son scénar derrière l'esbrouffe de la complexité

Comme les magiciens avec la fumée pour cacher ses tours

Birdy
11/09/2020 à 22:12

par contre effectivement, le résultat c'est ce que disent nos deux critiques dans la vidéo : trop d'explications fumeuses à la suite, perdues dans le rythme assez trépident de l'histoire qui n'attend pas qu'on ait compris pour enchainer. Mais c'est un défaut, pas une volonté de masquer la superficialité de l'histoire. Je pense que Nolan aime son histoire et l'assume.
Il ne se serait jamais lancé dans un tel projet à 200M s'il ne pensait pas son scénario au point. Hélas, se payer un (ou plusieurs) scénariste(s) pour alléger les dialogues et rendre le film plus accessible aurait fait du bien, là je suis bien d'accord avec toi.
Selon moi Nolan a plus un soucis de melon que d'arnaqueur.

Kyle Reese
11/09/2020 à 22:10

En phase avec vous, plutôt sympa la déco.

Les dialogues sont complexes, oui, on est perdu tout comme le protagoniste qui est autant paumé que nous. On est plongé dans le bain direct. Moi j’aime car c’est immersif, j’ai des infos, de l’action, ça avance vite et on doit s’accrocher tout comme le héros et ça c’est cool, on se débrouille avec le peu qu’on a, du coup je m’identifie. C’est interactif presque. L’action est vraiment largement au dessus de ses autres films. Le premier corps à corps est hyper original et vraiment bourrin et tendu.

Pour la complexité ou pas du film, c’est plus compliqué que ça.
L’histoire grosso Modo du film que l’on voit est simple, l’apprehension intellectuel et visuel de l’inversion et de ses conséquences est complexe et aussi ce qui est complexe ce sont les parcours temporels dans le film, hors champs, et hors films. C’est à dire tout ce qui s’est passé avant et tout ce qui s’est passé après (du point de vu du futur) ce que l’on voit. Quand on sort du film on pense immédiatement à avant et après. En fait ce film fait vraiment travailler le cerveau, pendant et après son visionnage. Le film continu encore et encore comme une boucle.
C’est assez dingue en effet. C’est bien comme exercice pour faire travailler ses neurones et garder un cerveau jeune.
G très hâte de le revoir.

« What’s happened, happened »

Birdy
11/09/2020 à 22:06

@Georges : tu sais aussi bien que moi que Nolan kiffe ces délires temporels, ça n'est ni gratuit ni un subterfuge pour masquer une histoire trop simple. Il est comme ça.

Georges
11/09/2020 à 21:58

@Birdy,
Tout d’abord je suis un grand fan de Nolan, depuis Memento que j’avais vu au cinéma à l’époque ! (je n’ai pas vu son premier film following), et je considère Interstellar comme un chef d’œuvre.
Mais là, désolé la complexité semble tellement superficielle (au contraire de Memento, pour laquelle elle était au service du récit).
Embrouiller le récit pour embrouiller le spectateur est une arnaque, un tour de passe passe vain. A se demander si il a puisé cette idée dans son film le Prestige : Nolan, un magicien arnaqueur?

Badazz
11/09/2020 à 21:18

Chouette vidéo

Birdy
11/09/2020 à 21:08

@ Georges : tu vois vraiment un réalisateur aussi prestigieux, maniaque, et attendu que Nolan emberlificoter son histoire parce qu'il la trouve stupide ? A partir de là, tu es déjà à côté de la plaque.
Nolan part de cette envie de faire un James Bond, en y associant son thème de prédilection : le temps et son impact sur l'histoire et les scènes d'action.
Ce n'est pas la complexité de son concept qui pose problème, mais l'histoire de base d'un simple JB associée. Elle reste aussi superficielle qu'un 007 : un méchant veut bousiller le monde parce qu'il est vraiment très méchant, et un gentil cool et cheaté va lui apprendre qu'à la fin c'est toujours lui qui gagne, si possible en se tapant sa femme.

Sans toutes les idées de Nolan pour débanaliser ce schéma, ce serait très pauvre.
Hélas, il manque une réelle implication émotionnelle aux personnages, qui n'arrive que tardivement, grâce à Neil.

Après c'est les gouts et les couleurs, et je respecte ton avis.

Plus

votre commentaire