Netflix vs coronavirus : le géant du streaming récupère toujours plus de gros films

Mathias Penguilly | 16 juillet 2020
Mathias Penguilly | 16 juillet 2020

Tandis que la pandémie paralyse durablement l'industrie du cinéma, salles comprises, les plateformes de SVoD parviennent à tirer leur épingle du jeu.

Rarement une période a été aussi propice au développement des plateformes de streaming. Alors que de plus en plus de réalisateurs soutiennent la liberté de ton et les moyens que leur offrent Netflix et consorts (dernièrement, Charlie Kaufman en a pris la défense), le leader de la SVoD se place en position de béquille pour les sociétés de production. Ces dernières, effrayées de sacrifier leur rentabilité en décalant indéfiniment la sortie en salles de leurs longs-métrages, acceptent parfois de renoncer au box-office, au profit d'une sortie en VOD, voire carrément une revente des droits de diffusion via les sites de streaming.

Ces derniers jours, Netflix a encore fait une bonne récolte, en obtenant les droits de diffusion de plusieurs films dont la sortie était initialement prévue dans les salles obscures.

 

photo, Bob et PatrickTechnique d'Hypnotisme de la part de Netflix, qui se régale en période de pandémie.

 

D'abord, Bob l'éponge : Éponge en eaux troublesla troisième adaptation cinématographique des aventures de la fameuse Éponge carrée sera prochainement disponible sur Netflix en France. Le magazine Variety a ainsi rapporté que la plateforme a obtenu les droits de distribution du film d'animation à l'international - à l'exception de la Chine où la société n'est pas implantée. En Amérique du Nord, le distributeur Viacom a également annoncé que le film sortirait d'abord en VOD début 2021, avant de rejoindre le catalogue d'All Access, le site de streaming de la chaine américaine CBS.

Ce n'est pas le seul film à passer directement sur Netflix. Le film hong-kongais Double World va également être distribué immédiatement sur à l'international par le géant du streaming. Simultanément, le film sera accessible en République populaire de Chine via la plateforme chinoise iQiyi.

 

photoAutre ambiance, même plateforme

 

Avec ces deux nouveaux films dans l'escarcelle, Netflix continue donc à racheter Hollywood ici ou là. En effet, au printemps dernier, la société californienne avait aussi racheté The Lovebirds de Michael Showalter (The Big Sick) ou encore du Bad Trip de Kitao Sakurai. Avec en plus ses propres films, dont les futurs Project Power le 14 août, I'm Thinking of Ending Things le 4 septembre ou encore The Devil All the Time dès le 16 septembre, arrivant dans son catalogue, le N rouge ne subit pas vraiment les affres du Covid-19.

D'autres plateformes ont d'ailleurs profité également de cette débandade des salles obscures. La Paramount avait ainsi revendu les droits de son film de guerre très attendu USS Greyhound : la Bataille de l'Atlantique, écrit et joué par Tom Hanks, à Apple TV+ pour une somme assez impressionnante.

Cela dit, Netflix n'est pas encore la solution miracle au vide profond qui marquera cet été 2020. Certains cinéastes comme Christopher Nolan se refusent obstinément à soutenir ces méthodes et ces stratégies. Cela signifie qu'il faudra sûrement attendre encore un certain temps avant de pouvoir visionner Tenet, progressivement repoussé vers la fin de l'été, en notant que la plupart des salles de cinéma ont refermé leurs portes de l'autre côté de l'Atlantique.

 

photo, Kenneth Branagh, Elizabeth Debicki"Pas de sortie Netflix programmée pour Tenet. Jamais."

Tout savoir sur Netflix

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Atréides
17/07/2020 à 10:40

@Reallu

On a bien lu.
"y a juste les film a gros budget qui attirent et qui cartonne ou qui flop"
Cartonner = marcher financièrement, sauf si t'as inventé une définition nouvelle. Or, y'a pas que les gros budgets qui cartonnent, puisque ce qui cartonne le plus ça reste des budgets moyens ou réduits (voir la rentabilité). L'affirmation est donc fausse et simpliste.

Reallu
17/07/2020 à 10:33

C’est pour ça j’ai ecrit cartonne ou flop faut bien lire

RiffRaff
17/07/2020 à 08:26

@Atréides: tout à fait, et les chiffres de fréquentation des salles sont assez haut ces dernières années, comme la télévision en son temps, la SVOD est un complément au cinéma, pas un substitut.
Reste à voir comment reprendra l'industrie lorsque la crise sera passée.

beutenhemm
16/07/2020 à 21:01

Grosso modo, on est d'accord ! Et puis, ça fait des années qu'on nous vend le home cinéma de la mort qui tue ça mère!!! Alors , les Bolosses, faut bien le rentabiliser c'te home ultime de l'univers en 4 k, dolby thx et on ne sait plus quoi qu'ils vont encore nous inventer, mais qu'on kiffe déjà à seaux de baves qu'on salive d' avance!!! Home sweet home.

Atréides
16/07/2020 à 18:42

@Reallu

Tu ferais bien de regarder de plus près les chiffres derrière l'hystérie marketing. Les films les plus rentables sont rarement les blockbusters, vu les coûts de prod et de marketing. Les plus rentables sont le plus souvent des films aux budgets réduits, modestes, ou minuscules. Le calcul est simple et le résultat, chaque année, très intéressant.

Reallu
16/07/2020 à 18:30

La Svod ça cartonne surtout netflix . Les cinéma commencent a etre dépassé et démodé , y a juste les film a gros budget qui attirent et qui cartonne ou qui flop

votre commentaire