Mourir peut attendre : le film aurait pu être un gros délire hallucinogène complètement inattendu

Déborah Lechner | 21 avril 2020 - MAJ : 21/04/2020 09:15
Déborah Lechner | 21 avril 2020 - MAJ : 21/04/2020 09:15

Le réalisateur Cary Fukunaga a dévoilé une idée abandonnée et beaucoup plus psychédélique pour le dernier film de Daniel Craig dans la peau de James Bond.

Des premiers films très kitschs de Sean Connery aux sombres blockbusters d'action de Daniel Craig, le personnage de James Bond s'est considérablement métamorphosé et modernisé en 58 ans d'existence au cinéma. Le prochain Mourir peut attendre sera toutefois la dernière apparition de Craig dans la peau de l'agent 007, avant qu'un autre acteur ne prenne probablement le relai pour entamer une nouvelle ère.

Pour ce dernier tour de piste, le réalisateur Cary Fukunaga semble avoir placé la barre très haut avec des séquences d'action démentes et des cascades à couper le souffle comme on a pu le voir dans la bande-annonce et le making-of du film le plus long de toute la saga. En plus de présenter la première femme 00 sous les traits de Lashana Lynch, le cinéaste avait également une idée bien perchée pour se démarquer des 24 autres volets de la franchise, avec un scénario beaucoup plus chimérique qui a finalement été abandonné comme il l'a expliqué lors d'un entretien avec Interview Magazine :

 

photo, Daniel CraigBientôt la retraite pour James Bond

 

"Je jure devant Dieu que j'avais cette idée que le film pourrait se dérouler dans le repaire du méchant [ndlr : Franz Oberhauser alias Blofeld] du dernier film [ndlr : Spectre]. Il y a cette scène dans Spectre où une aiguille pénètre dans la tête de James Bond, qui est censée lui faire tout oublier, et où il s'échappe miraculeusement à l'aide d'une bombe placée dans sa montre. Lui et Léa [ndlr : Léa Seydoux dans le rôle de Madeleine] font sauter l'endroit et repartent pour régler la situation. Je me suis dit : "Et si tout ce qui se passe jusqu'à la fin du deuxième acte [ndlr : toujours dans Spectre] se déroulait dans sa tête ?"

Probablement inspiré par sa série Maniac (critique ici) qui sonde l'esprit de ses personnages, l'idée de Fukunaga était donc d'introduire un concept métaphysique inédit dans la franchise, qui lui aurait donné une nouvelle dimension. Mais les enjeux scénaristes de la seconde partie de Spectre se seraient finalement avérés nuls si Mourir peut attendre avait dévoilé au public que tout ce qu'il a vu depuis cette fameuse scène dans le repère de Blofeld (Christoph Waltz) n'était en réalité que le fruit de l'imagination de l'espion. La production n'a d'ailleurs pas voulu prendre le risque d'énerver les fans avec ce rétropédalage à double tranchant, préférant rester sur un schéma plus classique et terre-à-terre. 

 

Photo Christoph WaltzChristoph Waltz dans Spectre

 

Pour l'instant, on sait seulement du 25e opus qu'il fera sortir Bond de sa retraite anticipée en Jamaïque lorsque l'agent de la CIA Felix Leiter (Jeffrey Wright) lui demande son aide pour retrouver un scientifique kidnappé. L'agent 007 devra affronter un ultime et mystérieux antagoniste, Safin (Rami Malek), qui alimente déjà une folle théorie sur sa possible véritable identité, tandis que Madeleine Swann pourrait révéler quelques sombres secrets à son bien-aimé. 

Mourir peut attendre devait initialement sortir en salles le 8 avril dernier, mais au lieu de ça, les fans vont devoir patienter jusqu'au 11 novembre prochain pour découvrir comment se conclura l'arc narratif du James Bond de Daniel Craig. En attendant, pour se rafraîchir la mémoire, notre critique de Spectre de Sam Mendes est juste ici.

 

 

Affiche française

Tout savoir sur Mourir peut attendre

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Pseudo1
22/04/2020 à 14:25

L'idée aurait été excellente, mais davantage pour Spectre (en gros, découvrir à la fin du film que c'est un rêve, en forme de cliffhanger pessimiste, Bond demeurant aux mains de Blofeld) que pour ce nouveau film. Et ça aurait peut-être permis à Spectre d'éviter son semi-ratage et rester dans les mémoires.

Ratatak
22/04/2020 à 04:39

Compliqué de pitcher JB sur Dallas

Sanchez
22/04/2020 à 01:17

Mdr quelle idée de chiotte . Le mec s’est creusé les méninges. On peut faire ça aussi pour Star WArs: Luc se réveille , tout n’était qu’un rêve ...

Pseudo
22/04/2020 à 00:35

Ca aurait été couillu; mais les debilos préfèrent voir x fois le même film/concept en chaque fois moins bien..

Kay1
21/04/2020 à 19:58

Ça aurait pu être une bonne idée si la scène de torture n'était pas WTF !
Les producteurs ont dû vouloir empêcher un nouveau traumatisme pour les fans !

Jayjay
21/04/2020 à 14:09

"Tout ça n'était qu'un rêve", c'est tellement facile et désolant d'entendre ça encore aujourd'hui, heureusement que ça a été abandonné.
Est-ce que ça figure encore dans les manuels du parfait petit scénariste d'ailleurs ?

Léo89
21/04/2020 à 13:18

Et encore une fois on laisse tomber les (bonnes) idées de peur de froisser les "fans"....Voilà comment en 2020 on se retrouve avec des films générique qui se ressemblent tous.... Triste époque....

Olivier637
21/04/2020 à 12:42

Sacrée idée de ouf

votre commentaire