Les nouveautés films et séries à voir sur Netflix ce week-end

La Rédaction | 21 février 2020 - MAJ : 21/02/2020 18:23
La Rédaction | 21 février 2020 - MAJ : 21/02/2020 18:23

Netflix balance à tout va nombre de films et séries dans son catalogue chaque semaine, sans qu'on les remarque ou que la plateforme ne l'annonce officiellement. Chaque fin de semaine, Ecran Large reviendra donc sur quelques nouveautés ajoutées par Netflix dans son catalogue, films et séries confondus, originaux ou pas, dans une liste non exhaustive.

Alors, quels sont les films et les séries à ne pas manquer ce week-end sur la plateforme de streaming ?

 

Logo Netflix

 

UNDERWORLD : BLOOD WARS

Ça parle de quoi ? S'efforçant de protéger sa fille, Selen, vampire et "Serviteur de la Mort", combat Marius, un terrifiant Lycan, et affronte l'ignoble vampire Semira.

Pourquoi il faut le regarder ? Parce qu'il faut toujours regarder un épisode d'Underworld. En effet, malgré leurs piètres réputations, les différents chapitres de la saga ont toujours su tirer leur épingle du jeu, qu'ils penchent du côté du film de monstre à l'ancienne, ou s'aventurent du côté du bis décérébré. Et avec le dernier opus à date, on a droit à une sorte de giga-best-of-salade-tomates-oignons de la saga, qui a le mérite de s'avérer gentiment divertissant.

Curieusement moins populaire que sa cousine Resident Evil, la franchise s'est pourtant toujours fait une joie de proposer des effets spéciaux amusants, des décors un peu barrés, des acteurs en surjeu, tout en veillant à sauvegarder la carrière de l'excellente, mais sous-employée, Kate Beckinsale. Pour tout cela, Underworld : Blood Wars, s'il n'est pas le meilleur film de cette belle épopée, fait bien plaisir.

 

Photo Kate BeckinsaleLa fashion week commence en avance sur Netflix 

 

SA DERNIÈRE VOLONTÉ

Ça parle de quoi ? Une journaliste se retrouve empêtrée dans l'affaire qu'elle essaie de révéler alors qu'elle aide son père souffrant à négocier une vente d'armes en Amérique centrale.

Pourquoi il faut le regarder ? Sa dernière volonté est l'adaptation du livre The Last Thing He Wanted de Joan Didion, soit l'une des essayistes contemporaines les plus reconnues aux États-Unis (primée à de nombreuses reprises) et également une scénariste à qui l'on doit, par exemple, Une étoile est née version 1976 ou encore Panique à Needle Park avec Al Pacino et Kitty Winn. Son roman ayant été salué par la critique, son adaptation en film par Dee Rees et un trio impressionnant composé par Anne HathawayBen Affleck et Willem Dafoe sur Netflix était très alléchant.

Passé par le dernier festival de Sundance, le film s'est malheureusement fait détruire par la critique (réussissant notamment à stagner à 0% sur Rotten Tomatoes pendant plusieurs jours). Ce n'est pas ce qui va nous empêcher de mater ça tant l'histoire racontée est rocambolesque et que les thrillers d'investigation regorgent parfois de quelques très belles idées. 

 

Photo Anne HathawayAnne Hathaway en pleine galère

 

SPECTROS

Ça parle de quoi ? Un groupe d'ados se retrouve aux prises avec le surnaturel lorsque des esprits vengeurs du passé se réveillent dans le quartier japonais de São Paulo.

Pourquoi il faut la regarder ? Spectros s'annonce très loin des super-productions Netflix ou des grosses séries young adult que la plateforme nous balance chaque semaine au visage. En mêlant à la fois le shinto japonais et la culture brésilienne, la série se présente comme une création assez étonnante ou au moins inédite, et son amour du genre horrifique, fantastique et des fantômes se ressent pleinement dans les premières images qu'il a dévoilées dans sa bande-annonce.

Alors quand on sait en plus que le cinéma de genre brésilien est un des plus stimulants à l'international notamment grâce à Kleber Mendonça Filho derrière les récents Bacurau et Aquarius, ou encore Les Bonnes manières de Marco Dutra et Juliana Rojas, difficile de ne pas être intrigué par cette série. Malgré son budget restreint, on se dit qu'une bonne surprise pourrait se cacher derrière.

 

photoSi vous ne regardez pas Spectros, vous finirez peut-être comme ça

 

SULLY

Ça parle de quoi ? Juste après le décollage, un Airbus 320 amerrit en urgence dans le fleuve Hudson. Malgré l'absence de blessés, le commandant est convoqué devant une commission d'enquête.

Pourquoi il faut le regarder ? Parce qu'en dépit d'une presse tiède, et d'un accueil public timide, Sully est un film de Clint Eastwood aux qualités indiscutables. Tout d'abord, il vient poursuivre la réflexion de l'auteur sur la nature de l'héroïsme et sa perception. En suivant un honnête homme, qui sauve ses contemporains quasiment par réflexe pour mieux se voir accusé de négligence, le réalisateur questionne de nombreux mythes américains, avec une mélancolie et une précision passionnantes.

Enfin, la mise en scène de Sully a beau être très discrète, son découpage d'une étonnante humilité, il s'agit d'un tableau d'une rare épure, qui vise toujours à l'essentiel, et parvient à être formidablement évocateur en usant d'une simplicité impressionnante. Un petit film accompli de main de maître.


Photo Tom Hanks"Ici le commandant de bord, préparez les maillots de bain, je vais amerrir, c'est plus stylé"

 

CONSTANTINE

Ça parle de quoi ? Dans cette adaptation de la série comics Hellblazer, un détective privé au goût prononcé pour le surnaturel enquête sur un soi-disant suicide.

Pourquoi il faut le regarder ? Plutôt rare comme traitement, le détective est ici doublé d'un exorciste anciennement suicidaire et en phase terminale d'un cancer du poumon. Ça fait beaucoup pour un seul homme, qui n'est pas au bout de ses peines et qui s'enfonce dans une noirceur toujours plus totale. 

Le film sorti en 2005 a bénéficié d'une jolie réception du public, qu'on peut attribuer au mélange d'horreur et de fantastique, et surtout, à l'interprétation de Keanu Reeves. L'acteur dirige un personnage capable de voir le monde caché, où se trame un foutu bordel contre le monde tout court. L'action se teinte d'une réflexion méta et extrapolée du catholicisme, où Dieu et diable pactisent pour s'emparer des âmes terriennes. Constantine flirte avec le genre spirituel de Matrix et les adeptes de l'apocalypse y trouveront un sel agréable qui leur rappellera leurs angoisses et leur goût pour elles.

 

Photo Keanu ReevesJohn Wet

  

LES CHRONIQUES DE RIDDICK

Ça parle de quoi ? Poussé hors de sa tanière à cause de mercenaires envoyés à sa poursuite, Riddick découvre qu'une race appelée Necromoner s'attaque aux planètes, pour convertir de forces les peuples afin d'étendre leur domination. Mais la prophétie parle d'un Furien, le dernier de son espèce, seul capable de les affronter et les stopper.

Pourquoi il faut le regarder ? Parce que c'est un passionnant film, fruit d'une ambition trop rare pour ne pas être précieuse, et qui a été injustement rejeté et à sa sortie. Après le succès surprise de Pitch Black en 2000, David Twohy et Vin Diesel ont imaginé une suite sous forme de gigantesque ouverture sur la mythologie. Plutôt que de bêtement recopier le premier (comme le fera Riddick en 2013), le réalisateur ouvre en grand les portes d'un univers baroque, étalé sur plusieurs planètes et autour du destin contrarié du anti-héros.

Avec un beau budget de plus de 100 millions, David Twohy est alors dans une position rare, qui lui permet de concrétiser bien des idées et visions fascinantes. Grand film d'aventure au doux parfum de série B, avec une direction artistique soignée et une ambiance riche, Les Chroniques de Riddick est une petite pépite dans son genre. Vin Diesel n'est jamais aussi à l'aise que dans ce rôle, Thandie Newton campe une Lady MacBeth aux écailles spatiales parfaitement délicieuse, Alexa Davalos s'impose en guerrière, Karl Urban et Colm Feore font d'excellents adversaires ; et le cinéaste, lui, rappelle son sens de la mise en scène avec un paquet de scènes marquantes (mention spéciale à la fuite sur Crematoria, boostée par la musique de Graeme Revell).

Avec un gros échec en salles (moins de 116 millions au box-office, un peu rattrapés par le succès en vidéo), Les Chroniques de Riddick reste en plus le vestige d'une ambition avortée : celle d'un anti-Star Wars, d'une saga spatiale qui aurait pu être fantastique et au-delà du réel.

Notre dossier complet sur Les Chroniques de Riddick est à retrouver par ici.

 

photo, Vin Diesel, , Alexa DavalosSe battre contre les actionnaires qui veulent t'abattre

 

COWBOYS & ENVAHISSEURS

Ça parle de quoi ? Jake Lonergan, fine gâchette amnésique, erre dans Absolution, une petite ville de l'Ouest où il découvre des pittoresques habitants et des envahisseurs extraterrestres.

Pourquoi il faut le regarder ? Parce qu'il y a des cowboys et des envahisseurs. On sait les gros studios hollywoodiens rarement prompts à financer un gros film sans franchise derrière. Et le long-métrage de Jon Favreau, dont l'attractivité repose entièrement sur un concept alléchant (la science-fiction rencontre le western, sah quel plaisir) constitue en ça une sorte d'anomalie, produite à hauteur de 163 millions de dollars. Malheureusement, l'expérience ne sera pas concluante puisque les 174,8 millions amassés en font un beau bide.

Pourtant, l'essai pouvait compter sur un casting impressionnant constitué notamment de Harrison FordDaniel CraigOlivia WildePaul Dano et Sam Rockwell. Il est encore temps de rattraper tout ça sans même décoller de son canapé. On vit dans une belle époque.

Notre indéfendable sur le film

 

photo, Daniel CraigEn avant pour l'aventure Netflix

 

ET AUSSI...

Dans le noir...

 

RETROUVEZ LE RECAP COMPLET DES NOUVEAUTÉS NETFLIX CHAQUE SEMAINE ICI.

 

Dans le noir / Lights out

commentaires

MystereK
23/02/2020 à 14:28

BOB c'est bien même en lisant des sous-titres. Et comme ça vous pouvez encore mieux apprécier le jeux des acteurs en écoutant leur voix.

Bob
22/02/2020 à 18:23

Il serait bien de préciser quand vous parler de film ou série non vf dans vos articles, genre spectros qui pourrait être bien effectivement si on passait pas son temps à devoir lire les sous titres.....

Jj
22/02/2020 à 16:44

Certains film regarde ça va passé ciao peace goodbye bonne soirée mr et mrs ciao bonne film

MystereK
22/02/2020 à 14:48

STIVOSTINE : Hunters, c'est pas du Netflix

Stivostine
22/02/2020 à 01:51

+ hunters avec pacino, sympa

votre commentaire