Le mal-aimé : Les Chroniques de Riddick avec Vin Diesel, grand space opéra halluciné

Geoffrey Crété | 8 juin 2018 - MAJ : 15/01/2019 10:44
Geoffrey Crété | 8 juin 2018 - MAJ : 15/01/2019 10:44

Parce que le cinéma est un univers à géométrie variable, soumis aux modes et à la mauvaise foi, Ecran Large, pourfendeur de l'injustice, donne un nouveau rendez-vous. Le but : sauver des abîmes un film oublié, mésestimé, amoché par la critique, le public, ou les deux à sa sortie.

 

Image 92232

  

"Le réalisateur semble s'être perdu dans une histoire gothico-romaine farfelue digne d'un épisode de la série Stargate ou Star Trek" (L'Ecran Fantastique)

"Une épopée intergalactique aux décors aussi pompeux que hideux, peuplés par des personnages caricaturaux" (Première)

"Un vulgaire péplum fantastique pour ados" (àvoir-àlire)

"La mise en scène n'est guère pensée, et relève plutôt d'un usinage industriel travaillé à la chaîne par une musique sous-wagnérienne, sans la compensation d'un travail scénaristique un peu élaboré" (Positif)

"C'est pas Battlefield Earth, mais ce n'est pas Dune non plus. Et non, ce ne sera pas un film culte" (Empire)

"Si Terminator revenait pour gagner une partie de Donjons et Dragons, ce serait Les Chroniques de Riddick" (Jam Movies)

 


  

PRECEDEMMENT

Dans Pitch Black, un vaisseau se crashe sur une planète désertique. Parmi les passagers : Riddick, un dangereux criminel avec des yeux capables de voir dans l'obscurité, qui a été capturé par un mercenaire. Après avoir affronté une armée d'horribles créatures noctambules qui fêtent une éclipse, Riddick quitte la planète avec Imam et Jack, une jeune fille.

Dans le film d'animation Dark Fury, le trio est capturé par des mercenaires, qui veulent livrer Riddick à une sinistre collectionneuse de criminels. Lors de leur fuite, Jack révèle sa face obscure en tuant la collectionneuse. Parce qu'il refuse de la voir devenir une tueuse comme lui, Riddick décide de les ramener à la Nouvelle Mecque, la destination d'origine d'Imam, avant de repartir en solo.

 

photo, Vin Diesel  Le meilleur rôle de Vin Diesel ?

 

L'HISTOIRE

Riddick se cache depuis cinq ans sur différentes planètes pour échapper aux mercenaires. Débusqué par Toombs, il apprend qu'une grosse mise à prix a été lancée sur lui depuis la Nouvelle Mecque. Croyant qu'Imam l'a trahi, Riddick va le voir et apprend la vérité : son vieil ami lui demande de sauver sa planète de la menace des Nécromongers, qui envahissent chaque monde pour en convertir les habitants ou les détruire. 

Une Judi Dench à moitié présente (dans tous les sens du terme) explique à Riddick qu'il est le Furyan de la prophétie, qui rétablira la balance dans cette galaxie très, très lointaine. Le chauve en colère va à la rencontre du Lord Marshal, chef des Nécromongers, qui l'amène devant le conseil suprême des fantômes gluants, qui confirment qu'il est l'Elu de la prophétie, le Moïse de l'espace, qui pourra arrêter les Nécros. En coulisses, le commandant Vaako, manipulé par sa femme Lady MacBeth, songe à trahir et tuer son Lord pour s'emparer du pouvoir.

Sauvé in extremis par Toombs (et son équipe de mercenaires qui rappelle celle d'Alien 4) qui le poursuivaient encore, Riddick est emmené dans une prison sur la planète Crematoria. Il y retrouve Jack : devenue une guerrière, elle se fait appeler Kyra, et lui reproche de l'avoir abandonnée. Alors que les Nécros arrivent pour tuer Riddick, il profite d'une dispute explosive entre les mercenaires et les patrons de la prison (Alien 4 again) pour fuir avec Kyra et quelques prisonniers. Pour récupérer le dernier vaisseau, le groupe se lance dans une course contre le soleil, qui se lève dans leur dos et carbonise tout.

Après avoir affronté les Nécros, Riddick est laissé pour mort par Vaako et Kyra est capturée. Mais Riddick est sauvé par l'un des Nécros, Furyan de naissance et sosie de Roy Batty, qui se suicide après lui avoir conseillé d'aller affronter Lord Marshal.

Riddick s'infiltre dans le temple des Nécros, sous les yeux de Vaako qui compte profiter de la diversion pour frapper le Seigneur au bon moment. Après avoir vu que Kyra a été convertie, Riddick attaque et blesse Lord Marshal, néanmoins trop puissant pour lui. Lorsque Vaako profite de l'opportunité pour tenter d'achever son leader, il offre à Riddick la possibilité de le tuer. L'assemblée est effarée : car selon la doctrine Nécromonger ("You keep what you kill"), Riddick est désormais leur leader. Il s'assoit donc dans le Trône de fer.

 

photo, Vin Diesel, , Alexa Davalos Une scène mémorable

 

LES COULISSES

A l'origine, David Twohy, réalisateur et scénariste de Pitch Black, n'a pas prévu de faire de Riddick le coeur d'une franchise. Mais dès les premières projections, il sent l'intérêt des spectateurs. Et après le succès du film en DVD (qui en a fait un film culte), alors que Vin Diesel émerge comme une future star de film d'action avec Fast & Furious et xXx, Universal propose d'en faire une suite. 

Emballé, Twohy écrit trois films, en collaboration avec sa star. Et décide vite de ne pas répéter la formule du premier (une planète, des créatures sanguinaires), pour au contraire installer une mythologie dans un cadre proche du space opera. Plein d'espoir, le studio leur donne un budget d'une bonne centaine de millions d'euros, avec une volontée claire d'en faire un Star Wars en puissance, avec un côté Conan le Barbare.

 

Les Chroniques de Riddick David Twohy, le maître de la saga

 

Pour donner une touche sérieuse à l'entreprise, Vin Diesel se démène pour convaincre Judi Dench, qui finira par accepter. Dans son autobiographie, elle avouera ne pas avoir vraiment compris de quoi parlait ce film, tout en appréciant l'expérience et les décors.

Les Chroniques de Riddick sera au final un échec. Naturellement vaincu par Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban à sa sortie, le film de science-fiction est détruit par la critique, boudé par les fans, et globalement considéré comme une mauvaise plaisanterie qui abime le statut de Pitch Black. Retour de flamme pour David Twohy, qui a depuis réalisé le sympathique Escapade fatale avec Milla Jovovich (inédit dans nos salles), et semble déterminé à ne pas lâcher Riddick (il a réalisé le troisième épisode, et prépare Furya, le quatrième).

Le cinéaste n'a jamais caché que le non-succès du film a bouleversé ses plans : "Si Universal nous avait dit, 'Ok, on continue et on reprend directement à la fin du film', on aurait été dans l'Underverse des Nécromongers, et on aurait un gros film dans l'esprit du Seigneur des Anneaux. Mais ça n'est pas arrivé, donc Vin et moi avons habilement récupéré les droits pour produire une suite plus petite".

 

photo, Vin Diesel Vin Diesel sur le tournage

 

LE BOX-OFFICE

A première vue, échec. Le film a coûté plus de 100 millions de dollars, en a rapporté moins de 60 sur le territoire américain, et environ 115 dans le monde. Sauf que les ventes DVD ont été vraisemblablement énormes, au point de permettre à Vin Diesel et David Twohy de faire un troisième modeste film, dans une structure proche de Pitch Black pour limiter la casse.

 

photo, Thandie NewtonSuperbe Thandie Newton

 

LE MEILLEUR

Il y a un vrai appétit de science-fiction dans Les Chroniques de Riddick, sans demi-mesure et sans peur. Costumes, décors, créatures, planètes, religions : David Twohy construit une mythologie qui déborde de tous les côtés. Même les films Star Trek n'ont pas encore osé aller aussi loin et franchement dans l'espace, preuve que le terrain est relativement peu occupé.

Le film offre ainsi une foule d'images mémorables, et dès ses premiers instants (les colosses des Nécromongers, Riddick qui court au-dessus des crevasses sur une planète violette). Ce goût de la SF dure, devenue très rare dans le cinéma à gros budget, fait des Chroniques un objet éminemment attachant pour tout amateur du genre. Et parce qu'il prend soin de déployer un univers de space opéra aux dimensions pharaoniques, avec une volonté évidente de poser les bases d'une saga, il est particulièrement excitant.

Dans les détails, et au-delà des grandes et louables ambitions, Les Chroniques de Riddick a ses grands moments. Parfois de courts instants, comme l'arrivée des vaisseaux Nécromonger sur la Nouvelle Mecque, avec une musique qui ressemble au Requiem de György Ligeti utilisé par Stanley Kubrick dans 2001, l'Odyssée de l'espace (une scène à laquelle fera écho le Godzilla de Gareth Edwards). Et parfois des séquences entières, comme cette fantastique course contre le soleil avec la musique de Graeme Revell.

Enfin, malgré la surabondance de mâles, la gente féminine se défend bien. Thandie Newton prend un plaisir certain à camper cette Lady MacBeth reptilienne, avec sa garde-robe grandiloquente. Et Alexa Davalos (dont la courte filmo est très significative pour les amateurs : The Mist, Le Choc des Titans, The Man in the High Castle) se révèle parfaite face à Vin Diesel.

  

photo, Alexa DavalosAlexa Davalos, trop rare sur les écrans

 

LE PIRE

David Twohy a une tendance à flirter avec la mauvaise série B, comme la confirme la director's cut avec ces visions assez laides de Furya, où une pauvre actrice récite des dialogues ridicules. Les Chroniques de Riddick abuse donc des ralentis, jump cuts, plans décadrés et autres effets de style peu reluisants, utilisés pour signifier la puissance de Riddick le guerrier. Il y a aussi des cascades trop élevées sur le curseur du cheap (le sauvetage de Kyra dans la montagne rocheuse de Crematoria), qui dénotent avec le premier degré qui règne sinon en maître.

Peu aidé par le scénario, Karl Urban joue aussi sérieusement que Christian Bale dans Terminator Renaissance, et peine à donner un peu d'âme à ce Lord Vaako, censé être un personnage important de la saga (il réapparaît dans Riddick, et reviendra probablement dans le prochain film). Le contraire de Vin Diesel qui, malgré un Razzie du pire acteur à l'époque, possède l'écran par son physique et sa voix.

 

Photo Judi Dench, Vin DieselJudi Dench, la grande



LA SCENE CULTE

 



RETROUVEZ L'INTEGRALITE DES MAL-AIMES DANS NOTRE RAYON NOSTALGIE

 

 

commentaires

Abibak
18/05/2019 à 20:01

Une bonne SF décomplexé. marre de star wars, ça serait bien de voir d'autre space Opéra.

rork
15/01/2019 à 11:48

j'ai adoré les 3 premiers volets même si le meilleur des 3 est le 1er, sans doute du fait de la découverte du personnage de riddick, vivement le 4ème opus!!!

Clairette67
15/01/2019 à 10:33

Je suis fan de toute la saga, j’attends impatiemment la suite et je suis heureuse de lire enfin un article positif sur ce sujet.
Merci Geoffrey !

Hank Moody
08/10/2018 à 18:01

Un film tellement sous-côté : une direction artistique de qualité, un anti-héro crédible qui explose l'écran, une mythologie fascinante et une BO puissante. Un modèle de Space-Opéra qu'on ne retrouve plus depuis plusieurs années...

AnubiS57
11/08/2018 à 21:51

Je ne suis pas un fan du p'tit Vin, mais je dois dire que j'aime beaucoup Riddick, découvert d'ailleurs un peu par hasard, ayant même commencé la saga par Les Chroniques, j'attends donc aussi avec impatience ce 4ème opus. "une histoire gothico-romaine farfelue digne d'un épisode de la série Stargate ou Star Trek" dit L'Ecran Fantastique" , je crois qu'en voulant rabaisser la franchise, il lui a fait un compliment. Étant un trekkie, un grand fan de Star trek et de Stargate, et au vu de la résurrection de ces deux franchises, cela présage du bon, voire du long, pour Riddick ;-)

Sami_burciaga
19/06/2018 à 09:37

C'est pas avec vos commentaire qu'ils vont faire un quatrième films, les trois films sont bien. Et j'attend le quatrième "furia" avec impatience. Vin Diesel est un sacré acteur quoi qu'il face.

fredo
10/06/2018 à 16:26

MDR le meilleurs des trois pour moi, 1 super space opéra...

Chris
09/06/2018 à 17:07

Pitch black était excellent, une vraie bonne surprise à l'époque, mais les suite quelles catastrophe, plus rien à voir avec l'univers du premier film. J'ai trouvé Les chroniques de Riddick très mauvais mais que dire du troisième film Ridddick, là c'est un vrai navet, quand je lis qu'ils vont faire un 4ème, vu que c'est de plus en plus mauvais à chaque film, il ira peut-être directement sur SyFy.

lucious best
09/06/2018 à 00:47

ma saga de sf préférée jute après terminator !!!

colloc 2
08/06/2018 à 23:58

Un 4e volet aussi bon me comblerait ! Espoir donc pour un prochain Furya.

Plus

votre commentaire