Cats : le syndicat des effets spéciaux n'a pas trop aimé les moqueries des Oscars

Mathieu Jaborska | 12 février 2020 - MAJ : 12/02/2020 17:02
Mathieu Jaborska | 12 février 2020 - MAJ : 12/02/2020 17:02

Si on interdisait les discours comiques gênants pendant la cérémonie des Oscars, on gagnerait un temps fou et on éviterait de tirer sur des ambulances.

Les malheureux qui ont souhaité être témoin de la consécration de Parasite en direct peuvent témoigner. Le programme a duré plus de trois heures et demie, comme souvent. Pour assister à la remise de quelques récompenses, il a fallu naviguer entre performances musicales interminables, discours de remerciement soporifiques et surtout blagues malaisantes à rallonge, le tout au prix de notre inestimable sommeil. Cette année, l'expérience a été particulièrement éprouvante. Heureusement que l'originalité du palmarès en valait le coup.

 

photoLe grand gagnant de cette édition

 

Juste avant d'annoncer le prix des meilleurs effets visuels, James Corden et Rebel Wilson sont apparus dans des costumes ridicules de chats. Un clin d'oeil évident à Cats, long-métrage sorti le 25 décembre dernier et moqué depuis des mois un peu partout pour ses CGI pour le moins hideux. Les deux acteurs étaient au casting de la chose et ils ont donc ironisé à ce propos, expliquant qu'ils connaissaient désormais très bien l'importance des effets spéciaux. L'audience s'est esclaffée, rappelant la capacité d'Hollywood de se retourner contre ses propres produits.

Mais certains ont ri jaune devant leur télévision. Les artistes à l'origine du carnage se sont retrouvés humiliés à la vue de tous pendant une des cérémonies les plus regardées au monde. Pourtant, la réalité est plus complexe que ça. Si les effets visuels en question sont effectivement très laids, c'est surtout parce qu'Universal aurait pressé à l'extrême la post-production afin de sortir le long-métrage à la période exigée. Bien sûr, ça n'a pas profité à un film carrément remplacé dans les salles après quelques jours par une nouvelle version.

 

photoLe grand perdant de cette édition

 

Les fautifs ne sont donc pas là où on pense et la Visual Effects Society (sorte de syndicats des effets spéciaux), a logiquement dénoncé dans un communiqué une blague un peu facile qui se moque des mauvaises personnes.

"La Visual Effects Society se consacre à la reconnaissance, l'avancement et le respect des effets visuels en tant que forme d'art - et s'assure que les hommes et les femmes qui travaillent aux VFX sont correctement mis en valeur.

Hier soir, en présentant l'Oscar des meilleurs effets visuels, les producteurs ont choisi de faire des effets visuels la chute de leur blague et ont suggéré que les mauvais VFX étaient la cause de la piètre qualité du film Cats. Les meilleurs effets visuels du monde ne compenseront pas une histoire mal racontée.

 

photoLe visage de la terreur

 

Pendant une soirée censée honorer le travail d'artistes talentueux, il est extrêmement décevant que l'académie ait fait des effets visuels le dindon de la farce. Ça rabaisse la communauté globale des professionnels des VFX faisant un travail spectaculaire, difficile et visuellement impressionnant pour concrétiser la vision des cinéastes.

Nos artistes, techniciens et innovateurs méritent du respect pour leurs contributions remarquables au divertissement cinématographique, et ne devraient pas être présentés comme des boucs émissaires bien pratiques au service d'un éclat de rire.

Après ça, on espère que l'académie va honorer correctement l'artisanat des effets visuels - et tous les artisanats, y compris la photographie et le montage - parce qu'on le mérite tous."

 

photoVraie image d'un chat-garou

 

Le syndicat n'a pas totalement tort, il faut le reconnaître. En effet, le réalisateur Tom Hooper et son équipe créative ont une énorme part de responsabilité dans cette mélasse numérique flirtant sans la moindre gêne avec la fameuse Uncanny Valley.

Pour autant, il ne faudrait pas prendre cette blague pour plus qu'elle n'est. Cats s'est suffisamment fait étriper par la critique à tous les niveaux (effets spéciaux, mais aussi scénario, mise en scène, acting...) pour que l'on comprenne bien qu'il ne s'agissait que d'une simple boutade. Même chose d'ailleurs pour celle de Will Ferrell et Julia Louis-Dreyfus, prétendant ne pas connaître le rôle exact d'un directeur de la photographie. Un peu de second degré ne ferait donc pas de mal.

Bref, à vous de vous faire une idée sur le film. Après tout, nous on l'a trouvé pas si mauvais que ça.

 

Affiche

commentaires

Pseudo
13/02/2020 à 08:16

Les gens ouvrent leur bouche, mais ils n'ont qu'à faire des articles (gratuits) sur le monde des effets speciaux pour considerer à sa juste valeur le boulot et le talent hors norme de ces mecs.

ced
13/02/2020 à 05:37

Je pense qu on leur a pas mis le couteau sur la gorge pour participer à ce four. Faudrait peut être assumé d'avoir participé à un navet. Certains artistes refusent de faire des compromis et d être aux générique de e ce genre de production. Si t'as signé un contrat tu acceptes les critiques et t arête de faire ton Calimero

Moro
12/02/2020 à 23:19

Qu’on se le dise, quand un artiste est engagé pour un contrat de 60h par semaine (sans compter le double d’heure suppl ça serait trop beau), pour devoir travailler sur des projets aussi nazes que celui-ci, et dans des délais impossible, une blague comme celle là est irrespectueuse, second degré ou pas. C’est toujours facile de cracher sur la gueule des vfx (les critiques en premier) sans remettre en question le fait que le studio est souvent seul responsable au vu des délais et des moyens alloués. On peut s’estimer heureux d’avoir ce niveau de laideur dans cats, car sans le dévouement de personnes passionnées par le métier mais au bord du burn out, on aurait pu avoir bien pire.

Maurice Escargot
12/02/2020 à 19:14

Encore une vanne pas drôle pour Rebel Wilson.
Jamais pigé qui elle faisait marrer, celle-là.

Xav
12/02/2020 à 17:24

Pour avoir travaillé sur ce film, je confirme en effet que les artistes ayant travaillé dessus se sont réellement défoncés pour sortir cette daube dans les temps tout en ayant parfaitement conscience de la laideur du sujet...
Nous sommes payés pour faire les images que le client et n'avons malheureusement pas toujours notre mot a dire sur la direction artistique.
En tout cas pour Cat plus de 2000 artistes ont travaillé dessus et tous riaient jaune en coulisse en voyant les images finales.

votre commentaire