J'accuse : rétropédalages et cafouillages, Roman Polanski trouble programmateurs et institutions

La Rédaction | 21 novembre 2019 - MAJ : 21/11/2019 14:00
La Rédaction | 21 novembre 2019 - MAJ : 21/11/2019 14:00

Les remous de l’affaire Polanski gagnent en intensité, alors qu’une collectivité de Seine Saint-Denis a pris la décision de retirer J’accuse de l’affiche... avant de rétropédaler.

On l’évoquait il y a quelques heures, entre le changement d’attitude à son égard et l’annulation de plusieurs projections suite à plusieurs manifestations de militantes féministes (à Rennes et Paris notamment), le vent semble tourner pour Roman Polanski. Sujet à polémique depuis sa condamnation pour atteinte sexuelle sur mineur en 1977 et sa fuite du système judiciaire américain, le réalisateur bénéficiait néanmoins d’un soutien à peu près sans faille de la part des médias, de la classe politique et des artistes français.

Une muraille protectrice qui se fendille, alors que son nouveau film, J’accuse est sorti en salles dans le sillage d’un nouveau témoignage accusant Roman Polanski de viol avec violence, au sein d’une enquête menée par Le Parisien. Dans ce contexte, alors que l’actualité établit un parallèle troublant avec le propos même du film, qui raconte comment la vérité de l’affaire Dreyfus ne put éclater que par l’entremise de la presse, face à une justice défaillante.

 

Photo Jean Dujardin Jean Dujardin

 

Aujourd’hui, c’est la collectivité territoriale « Est Ensemble » de Saint-Denis, qui a décidé de retirer de l’affiche le long-métrage et de cesser son exploitation. L’organisation gère entre autres choses six cinémas publics et a fait savoir via l’AFP que « la promotion d’un film dont le réalisateur est soupçonné de violences à caractère sexuel, ne fait que raviver pour les victimes les souffrances passées et doivent interroger notre société sur la place que l’on accorde à un tel artiste. »

Une décision qui a choqué plusieurs programmateurs et directeurs des salles concernées, les élus ne les ayant pas concertés avant de prendre cette décision, laquelle a donc été vécue comme unilatérale et illégitime. Gérard Cosme de la collectivité Est Ensemble de Seine Saint Denis a finalement tenu compte de la demande des salles, revenant sur sa décision initiale, mais appelant les exploitants à accompagner la diffusion de J’accuse de débats (ce qui pour mémoire, était la position récemment défendue par Adèle Haenel).

 

photo, Jean Dujardin Jean Dujardin avec une moustache

 

Plusieurs responsables ont pris la parole dans la foulée de ce rétropédalage, un peu confus il faut bien l'avouer. Prises de paroles qui ont engendré leurs lots d'imprécisions et de petits ratages, parfois tristement drôles. "J'estime qu'en programmant ce film, je ne cautionne pas tous les violeurs de France", a ainsi déclaré à l'AFP la directrice du cinéma le Trianon de Romainville. Il faut dire que soutenir tous les violeurs de France, c'est une lourde tâche.

 

photo

 

Parallèlement, si l'Association des Réalisateurs Producteurs (ARP a récemment fait savoir qu'elle comptait suspendre temporairement ses membres qui se verraient accusés de violences sexuelles, et radiés ceux qui seraient condamnés, les premières voix discordantes se font entendre, notamment celle du réalisateur Jean-Jacques Beineix.

Ah et sinon, la critique du film est ici.

 

Photo Jean DujardinUne longue-vue avec jean Dujardin avec une moustache

commentaires

Rebelle33
23/11/2019 à 15:28

@Cyprine3000
C'est précisément parce que je tiens compte de la complexité du réel; que j'évite de tomber dans une vision manichéenne et moralisatrice de l'existence...
J'aurais, à la limite , compris que l'on s'insurge contre la diffusion du film si son metteur en scène avait pris le parti pris d'une vision TRONQUEE et cynique de l'Histoire...Mais ce n'est pas le cas et j'estime que dans cette affaire DREYFUS, avoir pris l'angle de vue du Lieutenant-Colonel PICQUART es particulièrement intelligent et subtil...
Et, c'est précisémént parce qu'il s'agit d'un film PEDAGOGIQUE qu'il faut aller le voir!!!!

Cyprine3000
23/11/2019 à 13:05

@rebelle33

Alors vous savez, expliquer que les viols n'en sont pas et que leurs auteurs méritent les plus grands honneurs, c'est loin d'être une appréhension complexe du monde.

Quelque soit le vernis de sophistication que vous y aposez, c'est un raisonnement masculiniste d'une simplicité effarante.

Qu'il est triste qu'un individu éduqué, professeur de philosophie, soit à ce point incapable de comprendre en quoi chacun de ces messages est une insulte. Un crachat au visage des cinéphiles, qui aimeraient bien qu'on arrête de leur demander de blanchir les pedocriminels, aux victimes, à leurs proches et à tous ceux qui travaillent, dans la santé, dans la justice, à aider ceux et celles que ces gens de vos amis droguent et sodomisent avant d'aller récupérer une récompense, en rotant leur champagne.

Rebelle33
23/11/2019 à 12:54

@Cyprine3000
Décidément , vous ne voulez pas comprendre et de surcroît, vous me traitez" d'ignoble" alors que vous ne me connaissez absolument pas...
Il s'avère que durant plusieurs années, j'ai exercé la noble profession de professeur de philosophie...Et cette discipline m'a appris une chose essentielle : ne pas s'en tenir à la perception des chose mais accepter la complexité du réel..
C'est peut-être ce qui vous manque et qui vous autorise à m'insulter...
Quant à moi, je continuerai à vous respecter et à tout faire pour que vous puissiez exprimer vos opinions...

Cyprine3000
23/11/2019 à 11:39

@rebelle33
Au fil de cette discussion, vous serez passé de "c'est atroce mais je veux qu'on oublie pas ses films" à
(Raisonnement inepte puisqu'on les célèbre partout dans le monde)
"ce n'est pas un viol, ce n'est pas un violeur, la victime est d'accord, c'est un homme qui aborre la violence"

Vous êtes ignoble. Parfaitement ignoble.

Peu importe que Polanski soit autre chose qu'un pédocriminel récidiviste. Il peut aimer le jokari et être un papa formidable. On s'en balance.
La question est "faut-il montrer en exemple un violeur condamné ?" La seule réponse humainement tenable est "non".

Ce n'est pas le cinéma que vous défendez. C'est le viol. Et surtout son impunité.

Rebelle33
23/11/2019 à 08:42

@Cyprine3000
Je connais la procédure du plea bargain ainsi qu'un certain nombre de "méandres" propres à la Justice américaine;;;
Mais ce qui me gêne dans cette histoire, c'est que vous réduisez la personne de Roman POLANSKI à un "violeur condamné"...
Si j'en crois, en effet, les personnes qui le connaissent intimement, (et qui considèrent pour certains qu'il y a eu "faute" dans la relation avec Samantha G.) la personnalité très riche de POLANSKI ne peut se résumer à cela...
Par ailleurs, je vous prierais (c'est important) de reprendre les derniers propos de Samantha G.
qui recoupent en quelque sorte les miens....

Cyprine3000
22/11/2019 à 17:48

@Rebelle33

A nouveau.
Ce n'est pas le sujet.
Polanski est un violeur condamné. Faut-il le couvrir d'honneurs ?
C'est la question.

Le reste c'est de la littérature pour hommes fascinés par la violence sexuelle.
Ah et sinon.
Puisque vous connaissez le droit et parlez anglais, vous connaissez donc le sens du plea bargain et ce que cela implique quant à la culpabilité de Polanski ?

Rebelle33
22/11/2019 à 17:40

@Cyprine3000
Je regrette, mais c'est la principale intéressée dans la mesure où pour les autres on n'est qu'au stade de l'accusation...
Je le répète : je ne cautionne en rien la "culture du viol" et, pour tout dire , je n'ai jamais compris ce mode d'action en matière de relation sexuelle;;;;
Pour autant, je persiste à penser au regard de l'ensemble du dossier que j'ai SCRUPULEUSEMENT étudié(je maîtrise parfaitement la langue anglaise) qu'il ne s'agissait pas de cela concernant Roman POLANSKI;;;
J'ai la chance de connaitre plusieurs personnes qui le connaissent intimement et qui m'ont assuré qu'il a horreur de la violence!!!!Je ne mets pas en doute leurs propos!!!

Cyprine3000
22/11/2019 à 17:28

@Rebelle33

Ce sont pourtant des propos simples.

La question n'est pas Samantha Geimer, ou son rapport à Polanski.
La question est "est-il un fonctionnement sain, pour une société, que de vénérer des violeurs condamnés ?".

Je considère que non. Et ça ne semble pas vous déranger plus que ça. On se moque bien de ce que pense Samantha Geimer, elle n'a rien à voir avec le sujet.

Rebelle33
22/11/2019 à 17:24

@Cyprine3000
Excusez-moi, j'ai du mal à saisir la teneur de vos propos...Que voulez-vous dire?,,?

Cyprine3000
22/11/2019 à 17:09

@Rebelle33

Mais ça n'a absolument aucun rapport à la situation.
On peut aussi lire du Cervantes. C'est très beau. Mais ça n'a rien à voir.

Plus

votre commentaire