Star Wars : L'Ascension de Skywalker - Rian Johnson a convaincu J.J. Abrams de prendre autant de risques que lui

Mathieu Jaborska | 13 novembre 2019
Mathieu Jaborska | 13 novembre 2019

S'il y a bien quelque chose qu'on ne peut pas reprocher à J.J. Abrams sur l'épisode 7, c'est bien de coller à l'univers. Logique, pour un remake à peine camouflé.

Rian Johnson, lui, a le mérite de ne pas avoir cédé à cette facilité. On dira ce qu'on veut des Derniers Jedi, mais ce deuxième film avait pour lui de prendre pas mal de risque, ce qui a eu deux conséquences directes. Premièrement, le résultat est un énorme succès économique (1,3 milliard de recette. Simple. Efficace.) et critique (le meilleur score Metacritic des nouveaux films). Deuxièmement, ses partis pris ont provoqué la colère des fans, pas franchement contents qu'on s'amuse sur le dos de leur univers favori.

 

porgsLes produits dérivés vivants des Derniers Jedi, pour le coup dans la plus pure tradition de la saga

 

La question est donc épineuse et nul doute que les débats enflammés qui naîtront en dessous de cet article le prouveront. Reste à savoir comment se positionnent les têtes pensantes de l'univers de George Lucas vis-à-vis de ça. Certains acteurs ont tendance à rejoindre les fans, mais pour l'instant, personne ne s'est vraiment mouillé. Pourtant, le ton de Star Wars : L'Ascension de Skywalker en dépend.

Et le premier à vraiment crever l'abcès n'est nul autre que l'homme qui se chargera de la réalisation de cette conclusion, J.J. Abrams. Dans un entretien accordé à Total Film, il a remis en question son approche sur Star Wars : Le Réveil de la Force et l'a comparée avec la direction prise sur le dernier film. Et il apparait que nos craintes d'un remake du Retour du Jedi ne sont pas vraiment fondées.

"Sur celui-là, je me suis laissé aller, dans le sens où j'avais une approche plus libre. Sur l'épisode 7, j'ai adhéré à une approche qui semblait juste pour Star Wars dans ma tête. Il s'agissait de trouver un langage visuel, comme tourner en décors réels et faire le plus possible d'effets spéciaux pratiques. Et on continue ça dans l'épisode 9, mais je me suis aussi retrouvé à faire des choses bien plus osées que ce que j'ai fait sur l'épisode 7."

 

photo, Daisy RidleyOn prie tous pour que ce ne soit pas encore une descendante de Skywalker

 

Et s'il y a bien une personne qui l'a conforté dans cette idée, c'est Rian Johnson, le cinéaste dont le visage orne les cibles de fléchettes chez les fans les plus impliqués. Son approche de la saga a, semble-t-il, pas mal influencé le réalisateur de Star TrekStar Wars : L'Ascension de Skywalker comportera donc lui aussi des idées qui chamboulent un peu la franchise.

Rian m'a aidé à me rappeler que c'est la raison pour laquelle on fait ces films - pour ne pas faire quelque chose que vous avez déjà vu. Je ne dirais pas que je me suis senti limité ou restreint sur le 7, mais je me suis vu faire quelque chose de plus attaché à la trilogie originale, plutôt que l'inverse. Et sur le 9, je me suis retrouvé à y aller un peu plus."

 

photo, Daisy Ridley, Adam DriverLe fan-service n'en sera pas absent pour autant

 

Aussi étonnant que soit le mea culpa du metteur en scène, difficile de ne pas faire le lien avec les images récentes de ce nouveau (très) long-métrage. Comment prendre plus de risques et faire revenir un personnage aussi tarte à la crème que l'Empereur ? On est vraiment curieux de voir le produit fini. Détracteurs et défenseurs des Derniers Jedi se retrouveront donc pour cette grande communion enragée que sera la sortie de Star Wars : L'Ascension de Skywalker, le 18 décembre 2019. À vos tomates !

 

Affiche françaiseUne affiche pas beaucoup plus disruptive

commentaires

Maître Pan
14/11/2019 à 23:53

Je pense que pour une saga et un phénomène comme l'est Star Wars, on peut largement se passer de l'avis des critiques, des professionnels et autres gens du métier. C'est une saga qui appartient désormais à l'histoire et aux fans. En cela JJ Abrams n'a certes pas pris de risques sur TFA, mais il a au moins respecté l'essence de Star Wars. Johnson lui a chié sur la saga, sur l'univers et sur les fans avec TLJ. S'il il voulait tant innover il n'avait qu'à faire autre chose que de gérer un film SW. J'ai foi en JJ pour ne pas suivre les traces de RJ.

Teeboo
14/11/2019 à 21:50

Prises de risques et rien à raconter ? On peut donc faire pire que Le seigneur des anneaux

Tijk
14/11/2019 à 10:16

Donc en fait, le 8eme film s’est concentré sur l’évolution des personnages plutôt que sur le lore et sur une histoire a raconter.....

C’est « ça » la fameuse « évolution des perso » qu’on nous sort? Les scénaristes sont pas plus inspirés avec cette univers aussi riche? C’est quoi la prochaine « évolution de personnage » ? « Rey deviendra myope »? « Kylo Ren saura se battre au sabre »? Franchement c’est pathétique.

Finnois
14/11/2019 à 10:04

@LeManch: tes sempiternelles prises de paroles pour défendre l’indéfendable ont le même effet sur moi :)
Il ne se passe absolument rien dans ce film, alors on peut toujours couper des cheveux en 4 pour y voir une mirifique avancée, mais ça ne reste que du vent :)

Pitin
14/11/2019 à 09:16

Oh Pitin si Riri est le maitre a penser de Jiji on est pas dans la mouise.

LeManch
14/11/2019 à 08:29

@Finnois: que vous en restiez coi m'en touche une sans faire bouger l'autre.
On me dit qu'il n'y a pas d'évolution des personnages, je démontre que si. Que ça déplaise est une autre histoire...

Sierrabravo
14/11/2019 à 08:02

Toujours cette haine de Disney....
Pourtant vous avez bien aimé Endgame...de Disney.
Juste des haters qui ont vu les films une fois sans rien connaître à la saga.

Finnois
14/11/2019 à 06:54

@LeManch: ouahouh ! Quelle évolution bluffante des personnages.... J’en reste coi.

Merci Sebastien d’avoir encore et toujours bien résumé la situation.

Ben
14/11/2019 à 00:50

Moi ça me va. Hâte de voir ça.

Piwi
14/11/2019 à 00:46

@Ixien

Toujours caricaturer, antagoniser l'autre, qui serait "fan" et donc incapable de penser, et donc serait inférieur par son avis...

Si tu veux parler chiffres, ok.
- SW8 a encaissé beaucoup au final, même si on compte l'inflation sur toute la saga. Le public a donc été le voir pour ça.
- Le film a chuté en deuxième semaine, de 38%. Ce qui reste peu sur un blockbuster, déjà, et pas à des années lumières d'autres épisodes (environ 35 pour Rogue One, 33 pour La Revanche des Sith, 30 pour Solo...). Et pour parler chute de fréquentation, faut voir le démarrage. Et SW8 a très bien démarré, nettement plus qu'un Solo par ex (qui a donc naturellement eu une chute moins importante), d'où cette différence en deuxième semaine/week-end.
- Les deuxièmes épisodes des trilogies ont toujours été moins vus. SW8 suit donc cette logique.
- Et je ne parle même pas de la réalité de films boudés par le public à leur sortie, et célébrés après. A peu près tout le monde considère L'Empire contre-attaque comme un grand moment de la saga, et dois-je rappeler qu'il n'a pas été le plus gros succès de la saga ? Ou que La Menace fantôme est le plus gros succès de la prélogie, alors que je doute qu'il soit perçu comme le meilleur ? Donc l'argument d'autorité du public contemporain, avec une partie des chiffres pour articuler l'argumentaire...

Et je dis ça alors que je n'aime pas spécialement ce film, ou SW, donc l'étiquette de fan tu peux la ranger. Juste, cette guerre de clans où certains essayent non pas de donner leur avis, mais d'écraser l'autre pour le persuader qu'il pense mal, c'est la paresse totale, la non-cinéphilie, et le non-débat.

Plus

votre commentaire