Last Night in Soho : le mystérieux film d'horreur d'Edgar Wright sera aussi un "voyage dans le temps"

Mathieu Jaborska | 30 octobre 2019 - MAJ : 30/10/2019 16:41
Mathieu Jaborska | 30 octobre 2019 - MAJ : 30/10/2019 16:41

S'il y a un cinéaste qui est apprécié par la communauté cinéphile en général, c'est bien Edgar Wright. Son nouveau film est attendu de pied ferme.

Après les succès d'estime que sont Shaun of the DeadHot Fuzz, Le Dernier Pub avant la fin du mondeScott Pilgrim ou plus récemment Baby Driver, le réalisateur s'est fait une sacrée réputation. L'annonce de son nouveau projet en début d'année avait donc fait son petit effet, surtout que cela ressemble plus à un fil d'horreur psychologique qu'à une comédie, de l'aveu de son auteur. Il change de style et a par conséquent toute notre attention.

 

PhotoShaun of the Dead, premier film du réalisateur

 

Grâce à Empire, on en sait encore un peu plus sur le film. Le magazine a dévoilé une nouvelle image et surtout un entretien avec Wright. Celui-ci évoque ses influences et ne fait que brouiller encore un peu plus les pistes, surtout quand il s'attarde sur l'intrigue.

« Il y a quelque chose que j'ai en commun avec le personnage principal, c'est que je suis très touché par la nostalgie d'une décennie que je n'ai pas connue. On pense au Londres des années 1960. À quoi ça ressemblerait ? Imaginez, si vous saviez tout ce que vous savez maintenant, et que vous y retourniez. Je suis parti du postulat que, vous avez un personnage qui, d'une façon assez abstraite, réussit à voyager dans le temps. Et la réalité de la décennie n'est peut-être pas ce qu'elle imaginait. Il y a quelque chose comme : "fais attention à ce que tu désires". »

Last Night in Soho comportera donc des éléments de voyage dans le temps. Apparemment de façon assez subtile, il semble que la désillusion de la nostalgie soit au coeur du film. Le sujet est fascinant, et particulièrement pertinent à une époque où une génération entière se projette dans une décennie (les années 80) qu'elle n'a jamais connue, parce que la culture lui a inculqué que c'était la meilleure.

 

photo, Edgar WrightLa nouvelle image dévoilée par Empire

 

Mais peu de chance pour que ce long-métrage soit une critique des médias de divertissement de masse à la Ready Player One. La façon dont le réalisateur parle de son nouveau bébé laisse penser que le résultat ne tombera jamais dans l'excès. Reste à voir comment la mise en scène furieuse de Wright s'adaptera à ces thématiques.

Dans tous les cas, le casting s'avère aussi intrigant que le film. On y verra Anya Taylor-Joy, quand même à l'affiche de quelques-uns des meilleurs films de ces dernières années, The Witch en tête. Elle sera accompagnée par Thomasin McKenzie (qui explose aussi en ce moment avec Le Roi, Jojo Rabbit et le nouveau Top Gun), Terence StampMatt Smith et Diana Rigg. Le film est prévu pour le 23 septembre 2020. D'ici là, on a le temps de se faire au moins deux ou trois marathons de la trilogie Cornetto.

 

photoC'est très bon avec un peu de jus d'orange, le soho

Tout savoir sur Last Night in Soho

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

theindominusalex
31/10/2019 à 10:22

Non, the Witch est nul. Aucune pression, pas de scene mémorable, à côté de la plaque et pensé pour faire peur uniquement aux gens extrêmement pieux(un personnage dit le mot Diable, booouh ça fait peur)... j'attendais ce film avec impatience et j'ai était très déçu ! Certe l'image est magnifique, l'atmosphère excellente et le postulat de base très bon, mais c'est une coquille vide.

Rater ce film malgré tt ces bons éléments c'est criminel.

Mad
30/10/2019 à 19:19

The Witch est un chef-d'oeuvre, sans doute un peu trop abstrait pour toi @Tom1.

Bubble Ghost
30/10/2019 à 18:55

@Tom1... C'est quoi ton problème avec The Witch ? :D

Tom1
30/10/2019 à 17:56

Hey mais stop avec The Witch la, ce film est une imposture totale, c'est un navet, point barre.

votre commentaire