Films

Cartel : Guillermo Del Toro explique pourquoi le film mal-aimé de Ridley Scott est un diamant noir

Par La Rédaction
8 août 2019
MAJ : 5 juillet 2020
23 commentaires
Affiche

Depuis quelques années, il est de bon ton de tirer au bazooka sur ce que fait Ridley Scott. Mais comme le rappelle Guillermo del Toro, sa production récente n’est pas avare de pépites.

Succès plus que modéré en salles, pelé vivant par la critique internationale, Cartel de Ridley Scott est de ces films qui semblent avoir été terriblement incompris et mésestimés. Nous y suivons un avocat (Michael Fassbender) qui souhaite effacer ses dettes en investissant ponctuellement dans un convoyage de stupéfiants. Mais il se retrouve immergé dans un monde dont il ignore tout et où le cadre carnassier se fera dévorer comme un agneau.

Extrêmement sombre, voire désespéré, écrit avec un sens de la tragédie inimitable par Cormac McCarthy, Cartel a été largement détesté (mais pas pas nous), et pour cause. La longueur du film, son ton funèbre et le fait qu’il ait été vendu plus comme un thriller d’action qu’un drame nihiliste, lui ont valu de ne pas trouver son public, d’abord attiré par le casting quatre étoiles (Cameron Diaz, Penelope Cruz, Brad Pitt et Javier Bardem).

 

photo, Javier Bardem Javier Bardem et son improbable look inspiré du producteur Brian Grazer

 

Mais comme Guillermo del Toro l’a expliqué à Variety, il a ressenti une proximité culturelle très forte avec le film, expliquant qu’il l’aimait « à un niveau moléculaire ».

« Cartel est rempli d’éléments qui, en tant que Mexicain, me font comprendre le film de cette manière. Je sais que la mort, la fatalité, la tragédie, nous attendent tous au coin de la rue. Et une fois passé cette ligne, comme le dit le personnage de Ruben Blades, le monde ne veut plus de vous. »

Premier long métrage de Ridley après la mort de son frère Tony Scott, Cartel est traversé de spiritualité, ou à tout le moins d’une certaine angoisse qui fleure bon la religiosité. Un autre élément auquel le metteur en scène de La Forme de l’eau n’est pas insensible.

 

Cameron Diaz, CartelUne redoutable Cameron Diaz

 

« J’ai été élevé en catholique, et en catholique mexicain, par conséquent je comprends cette fable au sujet d’un homme qui croit contrôler le monde, met un pied dans une dimension qu’il pense connaître, ce qui n’est pas le cas, et ce seul geste suffit à détruire l’entièreté de son existence. J’aime ça. Très peu de films de gangsters parviennent à appréhender cette frontière existentielle. »

Au-delà de ces éléments, Guillermo del Toro souligne aussi la veine symboliste du métrage.

« Il me semble que Cartel possède la dimension conquérante, la brutalité implacable qu’on retrouve dans le trafic de drogue. Et il est rare qu’il soit portraituré ainsi. Il y a aussi des scènes qui exercent sur moi un grand pouvoir de fascination. Le diamantaire interprété par Bruno Ganz, qui annonce les ténèbres à venir, est tout simplement brillant. »

On ne saurait mieux dire Guillermo.

 

photo, Cartel Bruno Ganz, annonciateur du chaos qui s’avance

Rédacteurs :
Tout savoir sur Cartel
Rejoignez la communauté pngwing.com
Pictogramme étoile pour les abonnés aux contenus premium de EcranLarge Vous n'êtes pas d'accord avec nous ? Raison de plus pour vous abonner !
Soutenir la liberté critique
Vous aimerez aussi
Commentaires
guest
Trier par:
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
icon arrow down
Pictogramme commentaire 23 commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Dicraig

Tout ce qu’a pu délivrer Ridley Scott, depuis « Les duellistes » est loin d’être génial… mais tout ce que Ridley Scott a pu produire est empreint d’une vision extraordinairement personnelle … « Blade runner », « Alien » et j’en passe. Allez donc savoir comment se passe véritablement le traffic de stups au niveau des têtes pensantes d’un vrai cartel … il est clair que l’idée que l’on s’en fait, d’après Scott, tient plus de la broyeuse d’hommes et d’âmes que de la balade champêtre.

Nicotine46

Cimer Guillermo !

The Counselor est un vrai chef d’oeuvre incompris !

Mais je me demande pourquoi il se met à parler du film aujourd’hui. Dans quel contexte ?

Lili124

Et on peut toujours compter sur Sylvinception pour relancer intelligemment le débat…

sylvinception"

« il est de bon ton de tirer au bazooka sur ce que fait Ridley Scott »

Et c’est mérité en plus, ça tombe bien, non ??

Madolic

Jamais vu Cameron Diaz aussi magnétique que dans ce film !