Nicolas Cage avoue qu'il voulait aller encore plus loin dans son catastrophique The Wicker Man

Christophe Foltzer | 8 août 2019
Christophe Foltzer | 8 août 2019

La sortie de nouveaux films, c'est toujours l'occasion de se repencher sur de plus anciens, qui ont peut-être servis de modèles. Comme Midsommar est actuellement en salles, on va reparler un peu de The Wicker Man. Et, bien entendu, on ne parle pas du chef-d'oeuvre original. Ce serait trop facile...

De base, on se dit que l'idée était foireuse mais pas dénuée d'intérêt : refaire The Wicker Man, chef-d'oeuvre absolu de Robin Hardy sorti en 1973, était plus que risqué, mais la présence de Nicolas Cage au casting nous rassurait. Résultat des courses, en 2006, Neil LaBute nous a "offert" une hallucination collective dont nous ne nous sommes toujours pas remis. Avec en plus un Nicolas Cage en mode YOLO, qui donnait tout ce qu'il pouvait donner.

 

photo Nicolas CagePétage de plombs imminent

 

Depuis, le film se fait régulièrement piétiner, et à raison la plupart du temps. Pourtant, pour qui s'en sent le courage, il reste un gros plaisir coupable et l'un des plus grands représentants de la carrière actuelle de Nicolas Cage, toute en surenchère et en projets bien chelous. Mais, surprise, pour le comédien, le film n'allait pas suffisamment loin, comme il vient de le révéler au micro de Collider, dans une petite interview dont vous allez encore entendre parler dans nos colonnes très bientôt :

"Il y a des moments où je suis intentionnellement malicieux avec certains de mes personnages. The Wicker Man, c'est moi qui joue avec la situation parce qu'elle est totalement absurde. On aurait d'ailleurs pu me soutenir un peu plus avec ce film. Au départ, je voulais qu'ils me laissent dans mon costume d'ours et me brûler. Cela aurait rendu la farce du film encore plus dérangeante. Parce que c'était vraiment le but que je cherchais à atteindre."

 

photo Nicolas CageNicolas Cage dans son costume d'ours

 

Et dérangeant, oui, le film l'a été, mais pas forcément pour les mêmes raisons. Cela dit, Cage continue sur sa lancée, en appelant à une référence culte pour affiner son propos :

"Vous vous rappelez du vieux film de Roger Corman, Le Masque de la Mort Rouge ? Avec Vincent Price et Patrick Magee ? Magee se retrouve piégé après avoir enfilé un costume de singe et un nain l'asperge de brandy et lui met le feu. Ce qui commençait comme un moment comique et absurde devient alors terrifiant parce que des insultes s'ajoutent aux blessures. Dans The Wicker Man, je poursuivais cette même trajectoire vers l'absurde en voulant qu'ils me brûlent dans mon costume d'ours. Ça aurait été vraiment terrifiant."

Alors, non, on n'est pas forcément sûrs de ça vu le niveau du reste du film, mais perturbant, oui, clairement. Tout comme absurde et comique d'ailleurs. On serait presque tenté de vouloir voir cette séquence au final, mais non, il ne faut pas. On tient à ce qu'il nous reste de cerveau.

 

photo Nicolas CageAaaaaaaaaah ! Not the beeeeees ! They're in my eyeeeeeeees !

commentaires

beyond
09/08/2019 à 11:04

No more drugs for this man !

prometheus
09/08/2019 à 00:20

Moi j'aime bien the wicker man.

Matt
08/08/2019 à 18:26

Effectivement, toute ressemblance avec Midsommar...

Endymion
08/08/2019 à 13:43

Légende alternative pour la dernière photo:
"Nicolas dans une cage"

C'est tout pour moi.

votre commentaire