Le réalisateur de John Wick : Parabellum raconte comment il a remplacé Brandon Lee sur The Crow après la mort du comédien

Christophe Foltzer | 17 mai 2019 - MAJ : 17/05/2019 10:18
Christophe Foltzer | 17 mai 2019 - MAJ : 17/05/2019 10:18

Le 13 mai dernier était un jour un peu particulier pour les fans de The Crow puisqu'il marquait la date anniversaire des 25 ans de la sortie américaine du film. L'occasion de se souvenir avec émotion du drame terrible qui l'a frappé.

Grosse sensation au moment de sa sortie en 1994, The Crow d'Alex Proyas avait surtout défrayé la chronique pour le drame qui s'était produit sur le tournage : son acteur principal Brandon Lee, fils de Bruce Lee, y avait trouvé la mort dans des circonstances tragiques et accidentelles. Un choc pour toute l'équipe qui a pourtant pris la décision de terminer le film pour lui rendre hommage.

 

Photo Brandon LeeEternel Brandon Lee

 

Le problème, c'est que si Brandon Lee avait terminé ses scènes principales, il n'avait pas pu tourner quelques passages pourtant clé du film, comme par exemple la fameuse scène de transformation d'Eric Draven en vengeur gothique et torturé dans son appartement. Pour palier ce manque, il a été décidé d'intégrer numériquement le comédien dans certains plans mais aussi d'utiliser une doublure et de mettre à profit le choix artistique fortement stylisé pour invisibiliser le procédé.

La doublure en question, c'était Chad Stahelski, réalisateur de John Wick : Parabellum qui a profité de la sortie de son film pour raconter les circonstances de ce remplacement dramatique au micro de Yahoo :

 

photo Chad StahelskiChad Stahelski

 

« Brandon, c'était quelque chose, un type très charismatique. Ce sont les arts martiaux qui nous ont fait nous rencontrer à un endroit appelé Inosanto Martial Arts Academy, un lieu très célèbre pour les cascadeurs et qui avait été fondé par son père. C'était un type super... Je connaissais Brandon depuis 5 ans avant l'accident et, nous étions de vrais amis de salle de sport. C'était très professionnel, nous travaillions ensemble les week-ends et on avait constitué un petit groupe. Nous étions bons amis et nous faisions partie d'une bande.

Je me rappelle que The Crow était l'une de mes oeuvres littéraires préférées. Et on en parlait beaucoup avec Brandon. Je ne savais pas qu'il allait en faire un film. Quand il a eu le rôle, il est arrivé avec un exemplaire signé par James O'Barr. Je lui ai demandé où il avait eu ça et il m'a simplement dit qu'il allait faire le film, qu'il allait être Eric Draven. J'ai cru qu'il se moquait de moi. Il faut savoir qu'à l'époque, il était très discret là-dessus parce que c'était la chance de sa carrière. Il est arrivé radieux à la salle de sport et j'étais vraiment heureux pour lui.

 

brandon lee

 

Deux mois plus tard, je faisais toujours de la compétition UFC, je me préparais pour un combat au Japon quand on a eu le fameux appel. C'était un matin de la semaine. Il y avait eu un accident le soir précédent, Brandon était à l'hôpital. On a commencé les exercices en se disant que ça craignait mais on se disait qu'il allait s'en sortir. On ne savait pas à quel point c'était grave.

On s'exerce pendant trois heures et, une heure et demi plus tard, Brandon est dans le coma. Ce n'était pas bon. On a compris que c'était grave mais on a continué à s'entrainer. On avait à peine fini notre séance quand on a reçu un appel qui nous a prévenu qu'il était mort. Ça nous a fait un gros choc. Il avait 28 ans, à peine deux ans de plus que moi. Et puis, on a essayé de gérer. On fait des cascades, on avait déjà perdu des gens avant. J'étais un combattant professionnel à l'époque, donc j'avais déjà perdu pas mal d'amis très jeunes, la mort faisait partie de mon monde. Il fallait faire avec.

 

The Crow - Pluie

 

Trois ou quatre mois plus tard, Jeff Imada, le coordinateur des cascades, m'appelle pour me dire qu'il savait que j'étais proche de Brandon, qu'il avait vu mes vidéos et que mes gestes, mes actions, ma démarche lui ressemblaient beaucoup. Il m'a proposé de le remplacer. D'autres personnes auraient refusé, j'en suis conscient. Je savais que Brandon était heureux de faire ce film, je n'appartenais pas à son petit cercle privé. Je le connaissais uniquement professionnellement, à la salle.

Alors j'ai rencontré Alex Proyas qui est, encore aujourd'hui, un très grand réalisateur. Je me suis installé dans la cave du studio et il m'a montré tout ce qu'avait tourné Brandon. Alex était vraiment dévasté par ce qui s'était passé. Je ne l'avais jamais rencontré avant mais il était très touché et s'est totalement ouvert. Il m'a dit que ça le hantait depuis des mois, qu'il ne savait pas s'il voulait finir le film mais voilà ce qu'il me proposait. Il aimait sincèrement Brandon, et il était persuadé à 100% qu'il aurait voulu que le film se termine, il me proposait donc de le faire avec lui. Pendant les deux jours qui ont suivi, c'était juste lui et moi dans une pièce, il m'a appris comment marcher, comment parler en me montrant les images et en me disant que c'est ce qu'il attendait de moi.

 

Photo cimetière

 

Je ne suis pas un acteur, je suis un artiste martial, mais certainement pas un comédien professionnel. Donc il a essayé de voir si je pouvais endosser tout le travail physique pour me déplacer et jouer comme Brandon. A la fin du week-end, il a dû en parler au studio. Ils m'ont demandé si c'était quelque chose avec laquelle j'étais ok sur le plan émotionnel. Je leur ai dit : "oui, absolument".

Le premier jour de tournage, j'ai mis le maquillage et j'ai marché sur le plateau où avait eu lieu l'accident et, oui, ça fait quelque chose. Mais j'étais jeune, j'avais mes propres idées, et je n'arrêtais pas de me répéter que c'était quelque chose qu'il aurait voulu. Mais on ne sait jamais, n'est-ce pas ? Encore aujourd'hui, je crois fermement que Brandon voulait que le film se termine, et d'une bonne manière. Aujourd'hui encore, c'est un classique et ça reste un de mes films préférés.

 

the crow

 

Pour être honnête, je ne savais pas trop ce que je pensais par rapport à tout ça. J'ai été un peu ému lorsqu'on m'a invité à la première du film et que je l'ai vu. Mais, des années plus tard, je le regarde encore. Je conserve cette réserve, mais j'ai de bons sentiments à son égard. Je suis fier du travail accompli. On ne peut évidemment pas changer l'Histoire mais au moins il est sorti dans l'état actuel. C'était un bon testament à la personne que Brandon avait été. »

Une déclaration précise et émouvante de Chad Stahelski, qui aujourd'hui, n'est plus un simple cascadeur et comédien remplaçant puisqu'il est bien évidemment derrière la trilogie à succès : John Wick. Le troisième opus, John Wick : Parabellum, débarquera le 22 mai prochain au cinéma.

 

Image 152387

commentaires

nnnn
18/05/2019 à 02:39

un crow avec chadski et keanu reeves je suis pour

Gilou
18/05/2019 à 01:42

Très bonne avis j'ai adoré le film même encore maintenant !! C dommage pour Brandon il était en pleine forme et puissance décès brutal a son âge je pense qu'une malédiction est tombée sur ma famille Lee hommage a Bruce aussi qui pour moi était le plus grand dans les arts martiaux de loin il sera irremplaçable a l'heure actuelle personnes ne sera aussi rapide que lui trop fort !!!

Richter
17/05/2019 à 10:57

Beau témoignage en toute franchise, sans détours. The Crow reste le meilleur de la franchise. Pas difficile me direz-vous mais j'ai un peu d'affection pour le deuxième volet avec Vincent Perez et sa bande son.

cobrakaï
17/05/2019 à 10:34

Très intéressant, et je comprends son ressenti. Je pense que ce film aurait permis à Brandon de faire décoller sa carrière. Enfin... quand ils veulent pour une sortie en blu-ray.

votre commentaire