Le créateur d'Hellboy, Mike Mignola, dit enfin la vérité sur la génèse du reboot sans Guillermo Del Toro

Christophe Foltzer | 10 janvier 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Christophe Foltzer | 10 janvier 2018 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Alors oui, on a tous ragé quand on a appris que Guillermo Del Toro s'était encore fait avoir et que le nouveau Hellboy se ferait sans lui. Mais, bizarrement, depuis sa victoire à Venise et aux Golden Globes pour La forme de l'eau, ça va beaucoup mieux.

N'empêche, on a eu du mal à avaler la pilule. Imaginez un peu, pendant des années, on a Guillermo Del Toro et Ron Perlman qui essayent de monter l'opus final de leur trilogie Hellboy, ils nous relancent régulièrement, une vrai montagne russe émotionnelle et, d'un coup d'un seul, on apprend qu'un nouveau film est bel et bien mis en chantier, mais sans eux. Perlman est remplacé par David Harbour, Del Toro par Neill Marshall et le film se transforme en truc super dark classé R, point de départ d'une toute nouvelle franchise. Y a de quoi l'avoir mauvaise.

 

Photo Hellboy

Le seul, le vrai ?

 

Mais, alors que tout semble avoir été fait dans la précipitation, le créateur du personnage et chef d'orchestre de ce reboot, Mike Mignola, a tenu à s'exprimer au micro de Multiversity Comics pour que l'on compenne tous que le projet n'était pas parti sur un coup de tête et qu'il bossait dessus depuis un certain temps :

"Cela faisait plus de trois ans que l'on prévoyait le film. J'y ai été impliqué à différents niveaux et à certains moments, c'était étrange parce que j'ai dû ramener Chris Golden (ndlr : scénariste et romancier d'horreur) parce que notre scénariste tournait en rond. Donc, on s'y est mis avec Chris. Je ne voulais pas écrire ce film mais Chris et moi avons travaillé ensemble, on en a parlé au téléphone, il devait l'écrire tout seul et on se ferait des allers et retours sur le script.

 

Photo David Harbour

David Harbour en Hellboy

 

Donc Chris s'est impliqué pendant un petit moment puis il est parti faire d'autres choses. Alors le projet est revenu au scénariste précédent, et puis un autre est arrivé et je me suis dit que tout ça n'allait jamais se faire. On l'avait presque terminé avec Chris, on se disait que c'était génial, qu'on était vraiment contents et que c'était ce qu'on voulait faire quand soudain on nous a dit : "Et pourquoi on en ferait pas un reboot ?"

Au début, on s'est dit que, comme c'était un reboot, on avait juste à enlever les quelques détails qui le reliait à Del Toro. Mais une fois que vous faites ça, c'est l'ensemble qui commence à s'effondrer, donc vous devez gérer les éléments différemment et je pensais vraiment que ça ne finirait jamais.

 

Photo David Harbour

 

Et puis, Millennium Films a donné son accord pour faire le film et d'un coup, on a eu l'impression qu'on allait commencer le tournage le lendemain. C'était fou. C'était un peu le gros truc de 2017. On est passé d'un stade où on ne faisait pas vraiment attention à ce qui se passait à l'urgence de monter un casting parce qu'on commençait le tournage dans deux mois."

Si cela n'explique toujours pas pourquoi ils n'ont plus voulu de Guillermo Del Toro, au moins cela met en lumière la création quelque peu compliquée de ce nouvel opus et tend à moins placer Mignola dans le fauteuil du grand méchant de l'histoire. Et si on espère qu'au final le film tiendra ses promesses, ces quelques éclaircissments trahissent néanmoins une précipitation qui n'est jamais vraiment bon signe dans ce genre de cas. On croise les doigts donc jusqu'au 11 janvier 2019.

 

Photo BPRD

Tout savoir sur Hellboy

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Max
10/01/2018 à 18:36

Ce qui fait le charme de la BD c'est aussi le graphisme si particulier de Mignola ; une adaptation en prise de vues réelle est forcément décevante à ce titre.

Mx
10/01/2018 à 17:47

Decker, tu as le droit de penser ce que tu veux, c 'est un fait;

Mais de là à taper sur del toro, pour ma part, c 'est un bien meilleur metteur en scène que marshall, et même si je n'ai pas aimer tous ses films, certains sont géniaux (hellboy 2, blade 2 et le labyrinthe de pan, notamment)

K, c pas parce que le film a tout raflé aux oscars que sa en fait un chef d'oeuvre unanime, perso le film me tente moyen, justement parce qu'il surfe trop sur les thèmes del toro, j'aurais préférer un projet plus original!

Decker
10/01/2018 à 14:56

Ecoute K, J'exprime mon opinion sur une tribune qui le permet, que tout le monde s'en foute y'a pas de problème, mais c'est mon droit et j'fais c'que veux, comme tu peux toi aussi répondre que tu penses que j'ai tord ou que je dis n'importe quoi. J'ajouterai qu'avec ta vindicte à ne pas l'ouvrir n'ayant pas l'expertise nécessaire, on en viens à plébisciter la star academy comme modèle de courage ou de talent, ou à donner du mérite à n'importe quelle merde. A titre d'exemple, j'ai jamais envahi la Pologne, mais je pense que Hitler était bel et bien cinglé. Voilà, Je retourne à ma maison...

Gnagna!
10/01/2018 à 14:30

Ouais faut arrêter de pleurer Del Toro sur HellBoy, les films étaient nazes!

K.
10/01/2018 à 14:23

Decker

Tu devrais te faire petit a dire que Del Toro est un réalisateur surestimé et qui fait des films moyens.
Pour rappel, il vient de choper un Golden Globes et sera probablement en lice pour l'oscar du meilleur réalisateur pour La Forme de l'Eau. Pas mal pour un gars "surestimé" hein ?

Et toi sinon, t'es récompensé de quelle manière dans ton travail :) ?

Decker
10/01/2018 à 12:37

J'ai toujours trouvé le Hellboy de Del Toro complétement à la ramasse (prenez par exemple le 1er volet, et enlevez le personnage du Dr Kroenen, la seule bonne idée du film selon moi... et c'est d'un ennui...). Del Toro m'a toujours semblé surestimé. Pour le vieux cinéphile que je suis, il m'apparait comme un de ces artisans usurpant le statut de réalisateur de films de "genre", pour raconter des histoires faussement complexes, à la profondeur artificielle. L'Échine du diable, ou le Labyrinthe de Pan sur lesquels repose sa notoriété, n'aboutissent ainsi aucunement à une célébration du fantastique, et leur seul vrai sujet est la guerre civile espagnole et ses traumatismes. C'est louable, mais Del Toro n'est pas Bresson, et on peut facilement évacuer le contenu fantastique des films cités sans en altérer l'histoire. Bref sans cette façade relatif au merveilleux, il ne reste je pense que des films assez communs, voir tiédasses (à l'image de Monster, qui parle de frontière entre les États-Unis et le Mexique, et qui n'a plus vraiment d’intérêt une fois les créatures écartées, ne servant in fine qu'a dissimuler la pauvreté de son scénario). Je suis donc ravi que Hellboy ne s’embarrasse plus désormais d'un réalisateur qui ne comprend pas son matériel (le fantastique dans Hellboy étant un élément socle, le moteur même de l'intrigue, et pas un moyen de justification maladroite, ce qui n'est pas le cas dans The Descent de Neil Marshall). Je regarderai avec plaisir La forme de l'eau de Del Toro, même si je gage qu'il ne s'agit que d'une histoire d'amour sans reliefs, déguisée de métaphores promptes à rassembler le spectateur déjà acquis par avance.

Choco
10/01/2018 à 12:23

David Harbour est un excellent acteur et il pète la classe en Hellboy !!
Un reboot était la meilleure chose a faire !!
Hype !!
Et ils n'ont pas pris Del toro car ils voulaient tout recommencer a zero !!

votre commentaire