Paul Thomas Anderson revient sur la genèse de Phantom Thread et sur la retraite de Daniel Day-Lewis

Alexis Vielle | 3 novembre 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Alexis Vielle | 3 novembre 2017 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Paul Thomas Anderson explique notamment comment Hitchcock a directement influé sur le rendu tragique de son travail pour Phantom Thread.

Quoi de mieux qu’un génie ? Deux génies. Avec Phantom Thread, l’association du meilleur cinéaste indépendant actuel et du plus grand acteur de sa génération est forcément très attendue. Dix ans après le chef d’œuvre qu’était There Will Be Blood, les deux bouillants artistes se retrouvent pour un nouveau chef d'oeuvre, portrait d’un artiste illuminé dans le Londres de l’après-guerre se retrouvant en proie à des sentiments envers une femme insoumise. Directement inspiré par le Rebecca d’Alfred Hitchcock, Paul Thomas Anderson revient sur l’influence qu’a eu le maitre du suspense sur son prochain long au micro d'Entertainment Weekly :

« Ce n’est pas une histoire d’amour banale. C’est plus profond que ça. Beaucoup de directeurs ont tenté de faire leur Rebecca. Je suis le prochain sur la liste mais c’est tout de même une histoire différente. Je suis un gros fan de ces histoires d’amour gothiques et tragiques comme on faisant dans le cinéma d’hier. J’adore parce qu’elles comportent leur lot de suspense. Suspense et amour font une combinaison merveilleuse au cinéma. »

 

Photo

 Rebecca ou l'âge d'or des histoires d'amour qui finissent mal en général


Le réalisateur de Boogie Nights poursuit avec sa volonté de rompre avec l’ambiance de son précédent film Inherent Vice et de d’échanger des hippies un peu paumés avec un monde plus élégant et travaillé.

« J’avais une histoire qui demandait des recherches, ce qui est rare pour moi. J’avais besoin d’un homme pour cette histoire et de deux femmes fortes. L’homme devait avoir un sale caractère, borné, légèrement facho, créatif, ce genre de choses. Je pense que les gens seront d’accord pour dire que la meilleure période pour la haute-couture se situe dans les années 50 et j’aime l’idée de construire une histoire d’amour dans ce milieu. L’idée avait du charme. Et de travailler avec Daniel, ça faisait longtemps qu’il n’avait pas joué un Anglais. Plus j’avançais plus cela rendait bien. »

 

Photo Daniel Day-LewisDay-Lewis dans Phantom Thread

 

Anderson revient aussi sur le choix de Daniel Day-Lewis de terminer sa carrière d'acteur avec Phantom Thread, et de sa reconversion dans la haute-couture :

« Non, on en n'a pas vraiment parlé. Cela fait longtemps qu’il en parlait de toute façon. Je me souviens qu’il me disait qu’il y pensait depuis The Boxer. Heureusement, c’est quelque chose qu’il va reconsidérer. Après je me dis qu’il aussi tout donné dans le métier. »

La bande-annonce prouve que le cinéaste n'a pas perdu la main quand il s'agit de nous dessiner un microcosme avec ses codes, ses lois et son personnage névrosé victime de ses démons intérieurs dans une prison dorée. Les premières images nous laissent clairement espérer un nouveau tour de force du subversif réalisateur. 

Sortie du film prévue pour le 14 février 2018. 

 

Affiche officielle

Tout savoir sur Phantom Thread

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire