Franck Llopis (Mariés ou presque, Paris Nord Sud, Fracassés)

Lucile Bellan | 8 juin 2008
Lucile Bellan | 8 juin 2008

A l'occasion de la sortie de Marié(s) ou presque le 30 avril dernier et en prévision de Paris Nord Sud le 17 septembre et Fracassés fin 2008, Ecran Large a rencontré Franck Llopis, réalisateur aux projets minimalistes et indépendants, et profondemment animé par la passion. Une passion pour le cinéma mais aussi pour les acteurs. Retour avec lui sur l'industrie du cinéma français, les difficultés du métier et ses projets.

 

 

Le film est la mise en images du sentiment de divers personnages sur le mariage, la relation et l'engagement, ce qu'il en découle est plutôt mi-figue, mi-raisin (avec la notion de sacrifice et d'efforts), est-ce votre point de vue personnel ? Quel est votre avis sur le mariage, la relation et l'engagement ?

L'idée était d'avoir divers point de vue sur le mariage et la notion d'engagement. Nous avons une galerie de personnages qui sont tous à un moment charnière de leur existence, de leur relation amoureuse, dans leur quête de l'âme soeur, ou traversant une crise dans leur couple. Chaque spectateur est susceptible de s'identifier à l'un d'entre eux et de faire le rapprochement avec sa propre expérience.

 

 

Pourquoi le personnage qui semble omniscient, l'intelligence de l'action (le personnage interprété par Catherine Alric) est-il une femme ? Qu'avez-vous voulu exprimer par ce choix ?

Avec ma scénariste Maryline Mahieu, il nous a semblé évident que ce personnage devait être une femme sans vraiment dire pourquoi. Mais il fallait qu'elle soit une femme d'expérience, connaissant bien les hommes pour "guider" le personnage de Jeanne Savary dans sa démarche de séduction envers Julien Courbey.

 

 

Est-ce une volonté de choisir des acteurs que l'on voit pas souvent ou jamais à l'écran et certains plus à la télévision (Catherine Alric, Menelik, Severine Ferrer, Jeanne Savary) ? 

Oui tout à fait, j'ai toujours aimé travailler avec des comédiens d'univers différents, je ne tiens pas compte des étiquettes que l'on met malheureusement trop souvent sur les comédiens en France. Vous avez les comédiens de cinéma, de théâtre et de télévision et il n'est pas de bon ton de les faire cohabiter.Moi j'aime ça , car j'aime avant tout les comédiens ! C'est l'essence même de mon travail. Le fait d'être aussi producteur de mes films me permet d'avoir cette liberté.

 

 

Comment vivez-vous, expliquez-vous, la difficulté de sortir vos films en salles ? Fracassés qui n'est même pas sorti, et celui-ci dans un réseau toujours minimal.

Fracassés a rencontré des problèmes de distribution, le film devait sortir en 2006 mais la sortie a été annulée. Une sortie est aujourd'hui prévue pour la fin de l'année. Et je peux d'ores et déjà vous annoncer la sortie de mon dernier film Paris Nord Sud le 17 septembre 2008. Il s'agit d'un road movie dans Paris avec Aurélien Recoing, Laurent Ournac et Yvon Martin.

 

 

Vous semblez fonctionner avec un système de production minimal, doit-on le voir comme une volonté - l'obligation viscérale - de faire des films avant de trouver les moyens financiers pour les réaliser ?

Je suis avant tout un producteur et réalisateur indépendant. Je viens du court-métrage et j'ai toujours appris à me débrouiller seul pour faire mes films. J'aborde ce métier comme un artisan. Jusqu'à présent, j'ai toujours réussi à faire mes films avec les moyens du bord mais parce que les sujets s'y prêtaient. Mais ce n'est pas une finalité et une volonté absolue. Je développe actuellement plusieurs projets pour lesquels les participations des télévisions et autres partenaires financiers sont indispensables.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire