Adam Yauch (clippeur des Beastie Boys)

Flavien Bellevue | 5 novembre 2006
Flavien Bellevue | 5 novembre 2006

Groupe phare des débuts du hip hop, les Beastie Boys sont de retour avec un DVD de leur dernière tournée au concept bien connu de nombreux fans de musique, le « bootleg ». Sous cette appellation se cache tout simplement un enregistrement pirate (vidéo ou audio) que les fans impatients s'échangent en attendant une éventuelle sortie officielle de l'objet. Conscient du phénomène, le réalisateur des clips majeurs du groupe, Nathanial Hörnblower alias Adam Yauch mais plus connu sous le pseudo MCA, offre la possibilité aux fans d'avoir un « bootleg » autorisé qu'ils puissent partager avec le groupe en les impliquant directement. Pas moins de 50 fans ont pu avoir une caméra HI8 pour filmer le concert des Beastie Boys, donné le 9 octobre 2004 au Madison Square Garden de New York. Le résultat s'appelle Awesome : I fuckin' shot that ! (Mortel : c'est moi qui ai filmé ça !) et récolte quelques prix dans des festivals. De passage à Paris, Adam Yauch revient sur cette expérience et nous parle du DVD dont le test arrive prochainement. Ch-Check it out !

À qui je m'adresse aujourd'hui, est-ce Adam ou Nathanial ?
Je pense que c'est Adam. Si je devais choisir une « personnalité » spécialement pour cette interview, je dirais que c'est Adam.


Est-ce vous ou les Beastie Boys au complet qui avez eu cette idée ?
C'est venu d'une idée que j'ai eue en découvrant sur Internet un de nos concerts filmé, en partie, par un fan avec son téléphone portable. Quelques secondes de chaque morceau étaient disponibles et déjà, je pouvais ressentir l'énergie de la foule. Celui qui filmait faisait trembler l'image car il était très excité et en même temps, tout le monde sautait et bougeait la tête. L'image était aussi très pixellisée. Je me suis dit que ce serait cool d'avoir un documentaire sur un de nos concerts sous cette forme là. J'en ai parlé à Mike et Adam (Horowitz) qui ont été très enthousiastes et nous avons discuté sur quel concert, on pouvait faire le projet. L'idée est de tout de même restée en suspens assez longtemps et ce n'est que trois jours avant le concert au Madison Square Garden qu'on s'est décidé. Le fait qu'on soit chez nous à New York nous a le plus motivé pour le faire. C'était une occasion unique. J'ai donc appelé notre producteur et je lui ai demandé s'il pouvait avoir 50 caméras. Of course ! Il a ensuite posté sur notre site une petite annonce pour avoir les 50 cadreurs bénévoles et lorsqu'ils sont venus, on les a dispersés dans l'arène du Madison.

Comment s'est passé le montage de tous ces rushs ?
Généralement pour les films, un monteur est au générique mais vous vous doutez que le réalisateur assiste également au montage. Ce qui est le cas ici. Le monteur avec qui je travaille avait déjà travaillé avec moi sur plusieurs vidéos.

Avez vous regardé tous les rushes et combien de temps ça vous a pris ?
Non, nous n'avons pas regardé entièrement ce qu'avaient filmé les 50 cadreurs. On a regroupé tous les angles dans Final Cut Pro. En fait, il y en avait 61 car on a inclus les caméras de surveillance sur le DJ Mix Master Mike, celles en haut de la salle qui donnaient une plongée sur la scène et des caméras DV que des amis avaient amenées. Il a donc fallu trois monteurs pour monter l'ensemble du film à raison de 20 angles de caméra chacun. J'ai donc pris les meilleures prises de chaque montage et je les ai regardées de nouveau avec le monteur principal Neal Usatin. On a replacé quelques plans, trouver les bons raccords pour chaque chanson et angle. Le plus dur était la synchronisation ; à savoir trouver le bon rythme, quels angles sont bons ou quels sont ceux qu'on doit accélérer ou ralentir etc..


En regardant le concert, le montage fait penser énormément aux techniques de montages qu'on voyait déjà dans les clips du groupe…
La première partie du film est un peu plus traditionnelle que la seconde même si le montage est un peu plus rapide que d'habitude mais les effets sont plus axés sur la seconde partie du montage. J'ai essayé différents effets et d'autres choses car à la fin de la première moitié du film, je sentais que c'était du déjà vu.

Et on commence à voir des gens qui vont aux toilettes…
Ouais, on essayait de montrer tout ce qui se passait pendant le concert (Rires). Je pense que c'est intéressant qu'on puisse entendre ce qui se passe dans les toilettes car la musique est étouffée en fond sonore. La plupart du temps, nous avons crée des multipistes pour le concert mais parfois nous avons utilisé les prises sons directes des caméras.

Ce qui est bien pour les fans - cadreurs car le film leur appartient autant à eux qu'à vous. Etait-ce une façon de rapprocher les fans des artistes ?
Oui, j'y vois une collaboration entre le groupe et des fans plus qu'autre chose. C'est ce qu'est un concert, un grand rassemblent de gens pour vivre quelque chose ensemble. La démarche de ce projet va totalement dans ce sens.


Clip "Body Movin' " des Beastie Boys

Pour ce concert vous adoptez un style documentaire mais pour les clips vous vous rapprochez plus du cinéma. Comment travaillez vous cela avec le reste du groupe ?
Parfois pour les clips, on s'assoit et on fait un brainstorming pour échanger nos idées sinon je propose des idées à Mike et Adam. Je m'occupe généralement de tout le reste : le découpage du clip, rassembler et discuter avec l'équipe de tournage, jusqu'au montage.

Qui a eu l'idée du texte d'intro en hommage à Scarface de Brian de Palma et pourquoi?
Je savais qu'on devait expliquer d'une manière ou d'une autre que les caméras avaient été données à des fans pour filmer le concert. J'avais pensé à mettre un simple carton qui aurait tout expliqué puis j'ai pensé à Scarface. On a donc mis notre paragraphe après celui du film tout en gardant la musique originale.

Avant de vous lancer dans le projet, aviez-vous des exemples de concerts pirates en tête ?
Oui j'en avais déjà vu et ce que j'aime dans ces formes de concert, c'est sa facilité d'accès. On arrive à avoir vite le concert qu'on souhaite mais au détriment de la technique. J'ai vu des concerts tellement difficiles à regarder, sur la longueur, à cause de l'image, du son et l'angle unique qu'ils proposaient. Pour Awesome…, on s'est légèrement éloigné de cela en proposant un son beaucoup plus clean que les vrais enregistrements pirates.

Avez vous eu des retours des 50 fans-cadreurs ?
Oui, ils sont très contents. Une semaine avant le festival de Sundance, nous leur avons organisé une projection privée. C'était la première fois qu'on projetait le film pour un véritable public et c'était amusant de voir leurs bonnes réactions.

Est-ce que certains se sont déclarés co-réalisateurs du film fini ?
Non sauf un qui dans le film n'arrête pas de dire aux gens : « Amusez vous, vous serez sur le DVD ! » (Rires). Il a du dire ça des milliers de fois donc on l'appelle le Réalisateur. On a beaucoup ri dans la salle de montage, croyez moi ! Mais je pense que certains ont senti qu'ils ont apporté quelque chose au film et ils en sont satisfaits.


Est-ce que sur le DVD, on aura la possibilité d'avoir accès aux différents angles ?
Vous pourrez voir le film intégralement sous deux angles seulement car il est impossible de pouvoir mettre 50 angles. La technologie du dvd n'en permet que neuf au total. Nous avons donc résolu le problème en mettant une grille représentant 60 angles en taille réduite.

Nous pouvons donc être à notre tour co-monteur et co-réalisateur du film en passant de l'un à l'autre…
Oui, comme ça vous pouvez voir vraiment ce qu'il se passait ce soir là. C'est vraiment cool.

Est-ce que le DVD sortira aux États-Unis sous le label Criterion comme pour les autres clips du groupe ?
Non mais j'adore la collection Criterion. Nous travaillons sur ce projet avec Thinkfilm et je pense qu'ils vont le faire distribuer en dvd par Liongate. Pour la France, ce sera par Uncivilzedworld.


Pensez vous ressortir d'autres clips chez Criterion ?
Non pas pour le moment mais je pense que c'était vraiment bien d'avoir pu faire le dvd avec eux. (Ndlr. : l'édition Criterion du DVD des Beastie Boys est une des plus complètes à ce jour et propose une des meilleures pistes Dolby Digital 5.1 qui existe sur le support)

En parlant de dvd, avez vous des titres que vous regardez souvent ?
Ma fille n'arrête pas de regarder Interstella 555. Je l'ai regardé une première fois par choix et après je l'ai regardé au moins vingt fois par défaut mais j'aime bien le regarder. Je ne regarde pas trop de DVD musicaux mais par contre, je regarde beaucoup de films. Je pense que 2001, l'odyssée de l'espace de Stanley Kubrick est celui que je regarde le plus souvent avec Soy cuba de Mikheil Kalatozishvili. Je n'ai pas d'autres titres qui me reviennent en ce moment mais la plupart du temps, j'essaye de voir des films que je n'avais pas eu le temps de voir. J'utilise le site Internet Netflix où j'ai une liste de films que je me fais envoyer…Je regarde également des documentaires sur le basket-ball car j'ai travaillé sur un documentaire sur des lycéens qui font du basket à New York.

Etait-ce le premier concert que vous faisiez à New York depuis le 11 septembre ?
Juste après le 11 septembre, nous avons fait un concert New York against violence pour la ville. Depuis nous n'avions pas fait de concert là-bas donc c'est un peu notre premier concert depuis ce terrible événement.

Sentez vous que quelque chose à changer à New York depuis ?
Juste après la chute des tours, New York était une ville complètement différente. Les gens, les lieux, on avait l'impression que tout avait changé. Il a fallu plus d'un an voire même deux ans pour que les choses reviennent à la normale.


Propos recueillis par Flavien Bellevue.
Autoportrait d'Adam Yauch.
Remerciements à Michel Burstein de Bossa Nova, aux charmantes Elise et Maud de Uncivilizedworld ainsi qu'à MCA et ma maman.
Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire