Le Garçon et la Bête : 5 raisons de découvrir le merveilleux film de Mamoru Hosoda

Jacques-Henry Poucave | 5 janvier 2016 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Jacques-Henry Poucave | 5 janvier 2016 - MAJ : 09/03/2021 15:58

Le 13 janvier prochain sortira sur nos écrans Le Garçon et la Bête, de Mamoru Hosoda. On vous explique pourquoi vous ne devez pas le rater.

 

1°) Parce qu’on ne voit pas assez d’animation japonaise au cinéma

La France a beau être gourmande de mangas et d’animes on ne peut pas dire que l’animation japonaise soit particulièrement bien traitée dans nos salles. En effet, à l’exception d’œuvres « évènementielles », souvent produites par le studio Ghibli, les créations de venues du Japon ne bénéficient pour ainsi dire jamais d’une exposition digne de ce nom.

Mamoru Hosoda

Du coup, tous les curieux et amateurs feraient bien de se mobiliser en faveur du nouveau métrage du maître Hosoda, non seulement parce que le film le mérite, mais que le genre auquel il appartient n’a jamais eu autant besoin d’être soutenu par le public, à l’heure où Disney semble régner sans partage sur l’animation.

 

2°) Parce que le film est magnifique

Le Garçon et la Bête est beau. C’est aussi simple que cela. Avec ses lignes claires, ses couleurs amples et chaleureuses, le métrage émerveille souvent et compose sous nos yeux un univers mythologique où l’on se surprend à vouloir se perdre. Rêverie sublime, invitation au voyage, l’œuvre de Hosoda est un ravissement perpétuel, dont les codes esthétiques tranchent assez nettement avec ceux du studio Ghibli, principal ambassadeur chez nous de l’animation.

Mamoru Hosoda

 

3°) Parce que l’univers est merveilleux

Réussite esthétique, Le Garçon et la Bête s’avère également formidablement bien pensé. On y suit le cheminement d’un jeune orphelin qui fait la connaissance de Kumatetsu, une créature fantastique qui entreprendra de le former et de l’accueillir dans le monde des monstres.

Univers original, dont chaque image est empreinte de poésie et de mystères, le monde qui se déploie ici est aussi original qu’accrocheur. On appréciera également la multiplicité des créatures rencontrées lors de ce voyage inattendu, toutes réussies et parfaitement caractérisées.

mamoru Hosoda

 

4°) parce que le récit se joue des clichés

Les récits initiatiques, le cinéma en regorge et on ne peut pas dire que le genre soit toujours garant d’une grande originalité. Introspection, exploration du bien et du mal, dépassement de ses limites, désir d’aventure… Autant de stéréotypes très rarement chamboulés (coucou Le Réveil de la Force).

Du coup, on se réjouit et on est impressionnés de voir combien Hosoda est parvenu à manipuler les codes et les attentes du spectateur. Si en apparence le combat est au centre de cette odyssée, il est ici bien plus question de connaissance intime de soi-même que d’exaltation martiale. Le virilisme du récit aventurier est ici détourné au profit d’une mise en avant de l’analyse, de la sensibilité et de l’intellect.

Jusque dans son traitement de l’animalité, Le Garçon et la Bête surprend et ravit, parvenant avec un art de la narration exceptionnel à renouveler un genre ultra-codifié.

mamoru Hosoda

 

5°) Parce qu’il est temps de découvrir Mamoru Hosoda

Nous avons consacré il y a quelques jours un dossier au phénoménal Mamoru Hosoda. Si les fans d’animation japonaise sont depuis longtemps familiers de ses travaux, on ne peut pas dire que le grand public ait encore véritablement fait connaissance avec cet auteur.

Après plusieurs sorties très discrètes, le réalisateur bénéficie enfin d’une visibilité satisfaisante et on s’en réjouit bien évidemment. On espère qu’à cette occasion, ses précédents films (La Traversée du Temps, Les enfants loups ou encore Summer Wars) pourront être redécouverts. D’ici là, jetez donc un œil à notre dossier consacré à cet immense artiste.

mamoru Hosoda

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
OzVessalius
20/03/2016 à 15:11

Pour résumer, le film est vraiment conseillé !
Raaah .... c'est vraiment difficile de trouver le film sur Internet :/
Faudra que j'aille le voir au cinéma, alors que je n'y vais pratiquement pas... :( :(

DJ Fest
08/01/2016 à 10:27

"Dire que Ghibli est un ambassadeur de l'animation en France est vrai"

C'est pas pour autant un représentant "chez nous" de l'animation "hexagonale", autrement dit que Ghibli est en France l'ambassadeur de l'animation française (ce qui ne veut rien dire). Je crois qu'il s'agit plutôt d'une maladresse.

Saeba
08/01/2016 à 10:03

Dire que Ghibli est un ambassadeur de l'animation en France est vrai Dans le sens où l'animation "issu du papier" n'a plus d'autres provenances que celle du pays du soleil levant. Disney ne fait plus que de la 3D. Dans les salles rares sont les animations provenant d'autre Ghibli, en. France.

Itsuguisan
07/01/2016 à 15:26

Tout comme pour "les enfants loups", j'ai eu autant de plaisir à le voir qu'à travailler dessus. Donc je vous le recommande doublement.

DJ Fest
07/01/2016 à 11:22

"studio Ghibli, principal ambassadeur chez nous de l’animation hexagonale."

?

John
06/01/2016 à 08:45

Je suis allé le voir en avant première, et vraiment, il vaut le coup, foncez ! :D

actarus 2001
05/01/2016 à 22:42

Jsuis d'accord pour une des rares fois, que les distributeurs français fassent plus confiance il serait temps !!!!!

pifpaf
05/01/2016 à 16:58

Vous avez fini de me convaincre d'aller le voir

votre commentaire