[Cannes 2012] Marché du film - Jour 2 : Van Damme et dépucelage à gogo

Mise à jour : 22/04/2017 23:09 - Créé : 18 mai 2012 - Laurent Pécha
Image 600247
6348 réactions

Cela va bien mieux qu'hier, merci pour lui ! Avec 4 films au compteur et toujours quelques frustrantes rejections (ben oui, je voulais le voir le film de sous-marin avec Mulder et le méchant de Rock), la journée fut bonne. On a pleuré devant un beau mélodrame, puis les yeux ont saigné devant le remake US d'un film qui était déjà nul à la base. On a pu juger de l'état de forme de Jean-Claude Van Damme avant The Expendables 2 (il était temps qu'il dise oui à Stallone, le belge). Et on s'est fini avec une ado un poil névrosée qui aime autant le sexe que de découper son prochain pour les besoins de la science.

 

Now is good

DAKOTA FANNING DANS NOW IS GOOD 

Pourquoi l'avoir choisi :   Dakota Fanning ! L'aînée des surdouées de la famille Fanning est un phénomène et la voir grandir de film en film un privilège.

Ça raconte quoi : Une jeune ado de 17 ans est atteinte d'une leucémie qui la condamne à une mort proche. Avant de mourir, elle fait une liste de choses qu'elle désire expérimenter. En haut de cette liste, perdre sa virginité.

Verdict : La confirmation du talent exceptionnel de Dakota Fanning. Il y a de la graine de Kate Winslet dans cette jeune femme. Dans un drame qui rappelle les grandes heures de Love story, la comédienne est capable de vous arracher un torrent de larmes avec la simple intensité de son regard. Le réalisateur, Ol Parker, l'a bien compris et ne perd jamais l'occasion de laisser l'actrice créer une empathie phénoménale pour cette jeune ado plongée dans une course effrénée pour profiter des quelques instants qui lui restent à vivre. Poignant !

% de chance de le voir en salle : 50%

% de chance de le voir en vidéo : 80%

 

 

 

Silent house

ELIZABETH OLSEN DANS SILENT HOUSE

 

Pourquoi l'avoir choisi :   Parce que la projection de Phantom, film de sous-marin avec Ed Harris et David Duchovny était complète. Curieux de découvrir si le remake américain d'un film archi nul pouvait l'être tout autant. Et voir la performance du nouveau phénomène américain : Elizabeth Olsen, découverte dans Martha Marcy May Marlene.

Ça raconte quoi : Il s'agit du remake de La casa muta (Silent house). Filmé en un seul (faux) plan séquence, on suit les mésaventures d'un père et d'une fille enfermés dans une maison plongée dans le noir qui va se révéler être pas si abandonnée que ça.

Verdict : Chapeau bas à la machine US qui réussit l'exploit d'accoucher d'un film encore plus insupportable que l'original. On a toujours le droit au même twist, qui s'avère encore plus scandaleux puisque le remake en rajoute dans la tromperie sur la marchandise (personnage supplémentaire, utilisation d'un flingue,...). Du côté de la technique du plan séquence, on retrouve en grande partie les mêmes moments phares (la course éperdue à l'extérieur est toutefois nettement plus longue, c'est le côté « production value » apporté par Hollywood). Mais rien n'y fait, c'est toujours aussi con et ça fait même moins peur. Reste qu'Elizabeth Olsen confirme qu'elle a tout d'une grande... Sauf encore une capacité à choisir les bons projets.

% de chance de le voir en salle : 20% (Si Olsen explose, le % pourrait augmenter)

% de chance de le voir en vidéo : 95%

 

 

 

Six bullets

VAN DAMME DANS 6 BULLETS

Pourquoi l'avoir choisi :   C'est le dernier Jean-Claude Van Damme à date. En attendant de le retrouver dans The Expendables 2, on avait envie de le voir sur grand écran vu que ces derniers films ne sont visibles qu'en vidéo.

Ça raconte quoi : Van Damme joue un expert dans l'éclatage de sales gueules de pays de l'est qui enlèvent les enfants occidentaux pour leurs opérations de commerce sexuel. Seulement, suite à une maladresse - il a fait exploser une maison en en délivrant un qui en a tué d'autres -, JCVD, il est traumatisé et a ouvert une boucherie. Un couple va lui demander de reprendre du service.

Verdict : Ca y est, c'est officiel : Van Damme a dépassé Seagal dans le DTV Z tout pourri tourné en Roumanie. Minimaliste dans ses rares combats à mains nus (il ne lève plus la jambe, trop fatiguant), l'acteur fait presque dans le second rôle laissant la vedette à Joe Flanigan, interprète d'un champion de MMA qui ne se bat jamais. Visuellement, le film est d'une rare laideur, les gunfights d'une platitude absolue, et ça parle tout le temps pour ne rien dire.  Et ça dure presque deux heures. Une minuscule récompense : une punchline finale que Jean-Claude a presque piqué à son pote Stallone dans Rambo III. Au méchant qui demande, dans le confessionnal, si Dieu pouvait lui pardonner ses horribles pêchés, Van Damme répond : « Dieu, sûrement. Moi, pas » et il le flingue !

% de chance de le voir en salle : 0%

% de chance de le voir en vidéo : 90%

 

 

Excision

EXCISION 

Pourquoi l'avoir choisi :   La bande-annonce laissait présager une œuvre barrée. La présence de guests prestigieux (Traci Lords, John Waters, Malcolm McDowell). Et puis du sexe et du sang mélangés, ça nous a toujours attiré.

Ça raconte quoi : Une ado en conflit avec une mère rigide, se fascine pour la chirurgie tout en ayant le désir de perdre sa virginité.

Verdict : Bien que moins puissant que son trailer, Excision confirme la capacité du cinéma US à sans cesse se renouveler pour évoquer les affres de l'adolescence. Sans cesse transcendé par son actrice principale (AnnaLynne McCord que l'on verra sûrement beaucoup à l'avenir), Excision dresse un portrait sans concession et haut en couleurs (les épatantes séquences fantasmées par son héroïne) d'une jeune femme à la recherche d'un équilibre constamment instable. Bourré d'humour noir, faisant la part belle à des seconds rôles savoureux (Traci Lords en tête en mère castratrice), le premier film de Richard Bates Jr. (un nom à retenir) a beau souffrir d'un manque de rebondissements, il n'en demeure pas moins une proposition de cinéma singulière et particulièrement fascinante dans ses meilleurs moments. A l'instar de son final plus qu'osé qui fait écho à un certain Faux semblants.

% de chance de le voir en salle : 5%

% de chance de le voir en vidéo : 80%

 

 
 

commentaires

converse all star 19/08/2015 à 02:07

converse

votre commentaire