Indiana Jones : retour sur une légende - Deuxième partie

Thomas Messias | 22 mai 2008
Thomas Messias | 22 mai 2008

 

 

 

Une page se tourne… Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal est sorti ce mercredi, l'évènement attendu a eu lieu, la boucle est bouclée. L'aventurier fait désormais partie de notre passé. L'occasion de poursuivre le retour en arrière esquissé dans la première partie de ce dossier.

 

Clins d'œil

 

Le site du magazine Empire a recensé les nombreux clins d'œil semés ici et là par Spielberg et Lucas tout au long des trois premiers films, la plupart se référant à la saga Star wars. En voici quelques exemples.

 

Dans une scène des Aventuriers de l'arche perdue, en étant (très) attentif, on peut apercevoir qu'au milieu des hiéroglyphes se cachent deux êtres nommés C-3PO et R2-D2.

 

 

 
 

Dans la scène d'ouverture du même film, le code de l'avion OB-CPO fait référence à Obi Wan Kenobi ainsi qu'à C3-PO.

 

 

 

Dans Indiana Jones et le temple maudit, le club dans lequel chante Willie Scott se nomme… l'Obi Wan Club.

 

 

 

Moins visuel, l'hommage rendu à Star Wars lors de la scène d'Indiana Jones et la dernière croisade où Indy rend visite à Walter Donovan : en fond sonore, on peut entendre la fameuse Marche des Storm Troopers.

 

 

Chiffres

 

Le fouet d'Indiana mesure 3 mètres de long et fut vendu aux enchères pour (seulement) 43.000$ en 1999.

 

 

 

 

2000 insectes furent utilisés pour la scène du Temple maudit où Willy doit sauver Indiana et Demi-Lune. 7000 vrais serpents pour l'une des scènes des Aventuriers de l'arche perdue. Et 1000 faux rats dans Indiana Jones et la dernière croisade. Sachant qu'il devait y en avoir au moins autant de vrais.

 

La grosse boule qui poursuit Jones dans Les aventuriers de l'arche perdue faisait 22 mètres de diamètre et pesait environ 400 kilos. Gare à l'accident.

 

 

 

Les trois premiers volets ont rapporté la bagatelle d'environ 1,2 milliard de dollars au box-office mondial.

 

Les aventuriers de l'arche perdue a reçu 9 nominations aux Oscars et en a remporté 5. Pas mal pour un film d'aventures.

 

 

 

Harrison Ford et Sean Connery n'ont que douze ans d'écart. Ce qui ne les empêche pas d'être très crédibles en père et fils.

 

 

Ces films qui n'ont jamais vu le jour

 

Une bonne dizaine de scénaristes s'est essayée à Indy 4, parmi lesquels M. Night Shyamalan, Frank Darabont et Jeff Nathanson, avant que le script de David Koepp ne soit retenu (en tout cas dans les grandes lignes). L'occasion de revenir en sept points sur les huit Indy 4 qui auraient pu voir le jour, et que vous ne verrez jamais, qu'il s'agisse de simples rumeurs ou de projets plus poussés.

 

  1. Indiana Jones and the lost continent

Annoncé en 1994 par un tabloid américain, ce projet plongeait Indy au coeur du mystère de l'Atlantide. Avec, tenez-vous bien, Sandra Bullock en Jones-girl. Rumeur.

 

2. Indiana Jones and the sons of darkness

En 1995, Jeffrey Boam, scénariste de La dernière croisade, reconnaît avoir été contacté pour écrire un quatrième volet. Un an plus tard apparaît sur Internet un scénario sur lequel figure le nom de Boam, sur fond de course entre Indiana Jones et de vilains soviétiques pour s'approprier les restes de l'Arche de Noé, et de rencontre entre Indy et un frère pourri jusqu'à l'os. De nouveau les tabloids s'en mêlent et affirment avoir la confirmation du lancement de ce film et du fait que Kevin Costner sera l'interprète du méchant frangin. Encore une fois, rumeur : le scénario n'était que l'œuvre d'un fan souhaitant attirer l'attention de Spielberg. Raté.

 

3. Indiana Jones and the monkey king (a.k.a. Indiana Jones and the garden of life)

On a peut-être échappé au pire : l'un des premiers scripts envisagés était l'œuvre de… Chris Columbus. Cette fois, Indy et trois acolytes (Marcus Brody, une anthropologue anglaise et un guide portugais) se lancent à la recherche d'une relique chinoise contenant le secret de la vie éternelle. Il semblerait que ce scénario ait d'abord été écrit pour constituer un troisième épisode, puis réévalué pour Indy 4… Mais après avoir bu dans le Graal, il semblait un peu ennuyeux que Jones se dirige une fois encore vers une histoire d'immortalité. Hop, corbeille.

 

4. Indiana Jones : the law of one / Raiders of the fallen empire)

En 1998, le site Dark horizons reçoit en exclusivité deux scénarios possibles pour ce nouvel épisode : l'un envoyant Indiana trouver le Jardin d'Eden, l'autre le mettant à nouveau sur la piste de l'Atlantide. Une fois encore, des faux.



5. Indiana Jones and the saucer men from Mars

Le titre ressemble à une blague : pourtant, il s'agit d'un vrai scénario, écrit par un "vrai" scénariste, et sérieusement étudié par Spielberg. Écrit par Jeb Stuart, The saucer men from Mars met Indiana Jones aux prises avec l'armée russe et une horde de petits hommes verts, tous bien décidés à récupérer les débris d'une soucoupe volante s'étant écrasés du côté de Roswell. Indy y est prêt à passer la bague au doigt d'une charmante linguiste, Elaine McGregor. Si le scénario n'a pas été retenu, George Lucas avoue s'en être légèrement inspiré pour trouver le fil conducteur du Royaume du crâne de cristal.

 

6. Indiana Jones and the sword of Arthur

Comme son nom l'indique, ce script voit Indy partir à la recherche d'Excalibur. C'est sans compter sur quelques nazis prêts à tout pour mettre la main sur cette légendaire épée. Encore l'œuvre de fans. Qu'ils sont fatiguants.

 

7. La version sans titre de Frank Darabont

Sans titre connu, le scénario écrit par Frank Darabont au début des années 2000 se déroule dans les années 50, signe le retour de Marion Ravenhood et des nazis… On n'en sait guère plus. Spielberg aime le script. Tout comme Harrison Ford. Mais George Lucas n'en veut pas. Et si le film écrit par Darabont était celui que tout le monde attendait, bien plus que celui qui a finalement débarqué sur nos écrans ?

 

 

 

 

Anecdotes express

 

Indiana était le nom du chien de George Lucas. C'est également celui du cabot de la famille Jones, d'où le choix du jeune Henry Jr. de se faire surnommer Indiana (anecdote révélée à la fin d'Indiana Jones et la dernière croisade).

 

Sans préciser vraiment pourquoi, Spielberg raconte régulièrement qu'il considère le tournage du Temple maudit comme un moins bon souvenir que les deux autres Indiana Jones. En contrepartie, il y rencontra Kate Capshaw, qui est toujours son épouse.

 

 

 

Le pont suspendu du Temple maudit était réellement en mauvais état. Pour passer d'une berge à l'autre afin de régler ses plans, Spielberg devait conduire à chaque fois sur une distance d'environ 2 kilomètres.

 

Indiana Jones et le temple maudit devait s'appeler Indiana Jones and the temple of death. Trop sombre.

 

 

 

Conclusion

À présent qu'Indy s'est trouvé un fils, il est sans doute temps pour lui de passer la main à ce jeune type aussi tête brûlée que lui. Henry Jones III / Mutt Williams dispose de toutes les qualités requises pour faire un aventurier de qualité (et peut-être un bon archéologue). Si Shia LaBeouf est libre ces vingt prochaines années, il pourrait donner vie à une nouvelle franchise et à un véritable héros, qui aura du mal à être considéré autrement que comme un Indy bis, mais qui pourrait perpétuer la tradition du film d'aventures de qualité tel qu'on voudrait en montrer aux générations futures. Et si une page se tourne, on n'en a définitivement pas terminé avec Indiana Jones.

 

 

 

         Pour retrouvez la première partie de notre dossier, cliquez sur l'image ci-dessous :

 

 


 

 

commentaires

Aucun commentaire.

votre commentaire