Eat the Rich : la comédie metal anarchiste entre Monty Python et Motörhead

Lino Cassinat | 21 avril 2022
Lino Cassinat | 21 avril 2022

Envie de mettre un peu le bordel en écoutant du metal ? Eat the Rich, comédie populaire oubliée au confluent de Motörhead et des Monty Python, devrait vous aider.

Pas facile, ce mois d'avril 2022. La saison des blockbusters s'ouvre en effet sur une palanquée de films si mauvais qu'ils redéfinissent la notion de nullité, entre Morbius, Les Animaux fantastiques : les Secrets de Dumbledore, Sonic 2 et autres. Même la France entre en fanfare dans la course à la déprime en sortant Qu'est-ce qu'on a tous fait au Bon Dieu ? et en mettant l'extrême droite aux portes du pouvoir. Il y a de quoi se sentir un poil énervé, du genre à hurler des insultes à la planète le doigt en l'air un soir de pleine lune. Précisément le geste accompli par le foutraque Eat the Rich de Peter Richardson, avec Nosher Powell, Lanah Pillay, et Lemmy du groupe Motörhead, qui compose aussi une bonne partie de la BO.

 

Eat the Rich : photoAllez mourir

 

Entrée : RAT, GOÛT DE POULET

Plus que l'émanation d'un réalisateur, Eat the Rich est un projet mené par une bonne partie de la troupe d'une émission de télé britannique, The Comic Strip - un genre d'équivalent anglais du Saturday Night Live en beaucoup plus prolo -, à la fin des années 80, en plein coeur des années Thatcher. Une période marquée par les politiques anti-sociales dévastatrices de la Dame de Fer et l'épuisement des luttes menées par les contre-cultures : le punk des années 70 puis le hardcore énervé du début des années 80 laissent place à la new wave dépressive, le metal s'est méchamment embourgeoisé et le cinéma indépendant est laminé par Hollywood.

La défaite est consommée, la liberté créatrice et l'émulation politique des années 70 sont enterrées, et Eat the Rich rassemble les troupes pour un dernier baroud/doigt d'honneur avant la nuit résignée. Tout le programme est donc dans le titre : résolument anar' et populaire, Eat the Rich est un dernier défouloir drôle et décomplexé qui nous propose de ne plus respecter aucune convention ou norme, de s'en prendre agressivement à l'absurdité du monde et l'indécence crasse de ceux qui le dominent.

 

Eat the Rich : photoPôle emploi, une certaine idée du fun

 

PLAT DU JOUR : HACHIS DE RICHE (OU HACHICHE)

Nous suivons donc Alex, un serveur noir androgyne (pour ne pas dire transgenre, mais le film n'est pas explicite) viré du Bastards, un restaurant de luxe où il travaille, après avoir violemment réprimandé un client grossier. Alors qu'il se voit refuser ses allocations sociales pour un prétexte stupide par une employée méprisante, il pète un câble, flingue l'employée et braque le pôle emploi. Il est recherché par la police. Une course-poursuite s'engage, elle culminera dans un grand massacre au Bastards. Alex et sa bande de marginaux serviront alors la viande des cadavres à la clientèle du Bastards, renommé le Eat the Rich depuis le changement de direction, qui en fera d'ailleurs l'endroit le plus branché de Londres.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
MG 94
22/04/2022 à 08:46

Facho ou pas facho
Tous les médias nous manipulent

Leduk
22/04/2022 à 08:42

Lemmy77: ta gueule le facho. Si tu penses que lepen c'est pas le système tes trop con pour avoir une carte électorale. signé: un abstentionniste.

Pat Rick
21/04/2022 à 20:51

Malgré un casting avec des apparitions de célébrités et une histoire assez loufoque, cette comédie peine à faire rire.

votre commentaire