La Nuit du Chasseur : le conte ultime sur l'enfance, avec Robert Mitchum en croquemitaine

Gaël Delachapelle | 19 août 2021
Gaël Delachapelle | 19 août 2021

Retour sur La Nuit du Chasseur, le conte ultime sur l'enfance, avec Robert Mitchum en prédicateur qui pourchasse des enfants.

Parmi les plus grands chefs-d’œuvre de l’histoire du cinéma américain, il y en a peu qui peuvent se targuer d’être devenus aussi populaires auprès du public, connus et aimés de tous. Seul et unique film de son cinéaste, l’acteur britannique Charles Laughton, La Nuit du Chasseur en fait partie, tant l’adaptation du roman de Davis Grubb aura marqué au fer rouge la culture populaire.

Que ce soit pour son esthétique très marquée par l’influence du cinéma expressionniste allemand, mais surtout pour la performance de son acteur star (Robert Mitchum), qui aura incarné, sous les traits du tueur en série Harry Powell, l’un des méchants les plus terrifiants de l’histoire du cinéma (en plus d’inspirer tout un tas de salopards pour les décennies à venir). Mais si La Nuit du Chasseur est resté gravé dans les mémoires, c’est surtout grâce à sa dimension de conte cauchemardesque, avec son croquemitaine qui en aura traumatisé plus d’un, magnifié par la sublime photographie de Stanley Cortez qui aura grandement contribué au statut culte du film de Laughton.

On revient donc sur ce summum du cinéma hollywoodien classique, sur sa production et sa conception qui en font un cas à part entière pour son époque, mais aussi sur la performance monstrueuse de son acteur qui aura incarné le mal à la perfection, afin de comprendre pourquoi La Nuit du Chasseur est peut-être bien le récit ultime sur l’enfance.

 

photoUn homme plein d'amour 

 

 

Le Conte des Contes

Au milieu des années 50, La Nuit du Chasseur fait presque office d’anomalie dans le paysage du cinéma hollywoodien, tant sa conception est aux antipodes des productions qui peuplent l’industrie à cette époque. Après avoir vécu son âge d’or, Hollywood traverse une crise face à l’arrivée de la télévision dans les foyers américains, qui vient concurrencer rudement le cinéma. Pour faire face à ce problème, l’industrie se met à privilégier les grandes productions coûteuses (caractérisées par le format Cinémascope et les couleurs somptueuses du Technicolor), dans une époque marquée par les genres du western (La Prisonnière du Désert), du péplum (Ben Hur) et de la comédie musicale (Chantons sous la pluie). 

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Elvispelvis
20/08/2021 à 16:04

Un chef-d'œuvre

pere colateur
19/08/2021 à 20:08

Une merveille bien sur . Mais ça c'était avant.

cure cherche magot
19/08/2021 à 19:23

Genial le film, ils pourraient pas le restaurer en 4K?
le curé qui fait son speech main gauche main droite, impressionnant
l'acteur Charles Laughton tres populaire en sont temps dont ce fut le seule unique film, ne put jamais faire d'autres films car ce film là s'est palnté commercialement

Nico
19/08/2021 à 18:13

L'un des plus grand film de l'histoire du cinéma!

alulu
19/08/2021 à 18:09

On m'a dit mate le c'est bien, plastiquement c'est beau mais ennui total.

zetagundam
19/08/2021 à 16:15

Malgré 1 ou 2 partis pris très étranges, il n'en demeure pas moins que ce film est un très très grand film

votre commentaire