Razorback : le sous-Dents de la mer devenu chef-d'œuvre du film de monstre

Mathieu Jaborska | 6 juillet 2021 - MAJ : 06/07/2021 17:28
Mathieu Jaborska | 6 juillet 2021 - MAJ : 06/07/2021 17:28

Les requins, c'est bien. Les sangliers, c'est le pied. Lorsque Steven Spielberg réalisait Les Dents de la mer en 1975, il ne se doutait probablement pas qu'il allait inspirer quasiment un sous-genre à lui tout seul. Parmi ses innombrables rejetons illégitimes, quelques pépites se démarquent franchement, comme le sublime Razorback.

Elle-même pourvue d'un pelage soyeux, la rédaction d'Ecran Large a décidé de se lancer dans un petit cycle sur les films de bébêtes, rampantes, tonitruantes, galopantes et dévorantes. Mais avant de causer reptiles avec de gros crocodiles, de gros serpents et de gros varans, on revient sur l'un des fleurons du genre et son mammifère aux défenses menaçantes. Au départ simple décalque australien des Dents de la mer, il s'est peu à peu transformé en trip esthétique inoubliable. Par quel miracle ?

 

photoOù est Obelix quand on a besoin de lui ?

 

Jaw breaker

Il y a une beauté du recyclage dans le cinéma d'exploitation, les séries B margoulines et les capitalisations fauchées, que les grands classiques ne parviendront jamais à effleurer. Razorback en est la preuve : à son origine, il n'y a rien de moins que la volonté de répliquer la formule qui a transformé le divertissement populaire américain. Et pourtant, il va se forger une véritable identité. Il est très loin d'être le seul.

À la fin des années 1970 et dans la première partie des années 1980, les films de bestioles à nageoires, à poils ou à plumes pullulent au pays de l'Oncle Sam (PiranhasOrca et plus tard Tremors), en Italie (TentaculesLe monstre de l'océan rouge...) et ailleurs. Il ne manquerait plus que les Australiens s'y mettent, et ils ne vont pas le faire à moitié.

 

photoOrca, une autre pépite du genre

 

Dans le documentaire justement intitulé Requin sur pattes, le producteur Hal McElroy l'avoue bien volontiers : lorsqu'il a feuilleté la première version non publiée du roman du journaliste Peter Brennam, il y a tout de suite vu un simili-Dents de la mer. Avant même de démarcher un réalisateur, il a contacté Bob McCarron, qu'il connaissait pour son travail sur Mad Max 2 : Le Défi, et lui a demandé s'il était capable de fabriquer un sanglier de la taille d'un rhinocéros. Étonné, mais amusé, l'artiste a répondu par l'affirmative. 

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.
Vous aimerez aussi
commentaires
Geoffrey Crété - Rédaction
07/07/2021 à 16:01

@Mx

On ne dira rien mais possible que vous ayez là le plan des prochains mois. Mais je ne dirai rien.

Mx
07/07/2021 à 14:00

ha chouette, un article sur razorback, nickel!!

je pense que les prochains films de cette catégorie seront lake placid, anaconda le prédateur, et komodo, enfin j'ai peut être tort.

Et peu-être un article sur ce fabuleux film qu'est l'ombre et la proie, de stephen hopkins.

L'autre
07/07/2021 à 09:18

Moi c'est un extrait dans "Temps X" qui m'avait grave marqué (comme la compagnie des Loups où après j'ai fait des cauchemars pendant des semaines merci les bogdanoff !) et j'ai fait loué le film rapidement à mon père....un jolie découverte et un réal en devenir qui hélas n'a pas eu la carrière espérée (j'adore son Ricochet qui m'a fait découvrir Denzel...)

Flash
06/07/2021 à 22:53

Starfix, c’est la revue qui m’a fait aimer le cinéma de genre.
Le nombre incalculable de films, réalisateurs, acteurs que j’ai découvert grâce à eux.
En plus, ils étaient drôles, l’humour « Starfix » c’était quelque chose.

couroucoucou
06/07/2021 à 21:50

Le film a très rapidement gagné ses galons de culte en grande partie grâce à Starfix

zetagundam
06/07/2021 à 20:40

Revu récemment, excellente petite série B peut être plombé par sa scène de trip un peu longue

Ray Peterson
06/07/2021 à 19:50

Un bonne série B avec une photo de ouf (le grand Dean Semler), la zolie Arkie Whiteley (aaah mad max 2...) qui m'avait méga giga fait flipper lors de la célèbre séquence du cauchemar. Une belle édition chez Carlotta est sortie y a quelque temps d'ailleurs pour les amateurs.

@ Kyle Reese & Flash, pis y a aussi Hungry like the Wolf et son clip "jungle indy". Ok pas le meilleur titre du groupe mais recommandable.

Kyle Reese
06/07/2021 à 19:45

@Flash

Arf j'ai la mémoire qui flanche et pourtant j'avais la k7 ! lol
Quelle époque, et puis Starfix forever ! Le nombre de films et de cinéastes non-mainstream qu'ils nous ont fait découvrir.

Flash
06/07/2021 à 19:40

Kyle @ presque: Wild boy’s
Il a aussi réalisé pour eux Rio, Save a prayer, the Reflex.
Et sans doute quelques autres.

Kyle Reese
06/07/2021 à 19:22

@flash

On doit être de la même génération.:)
Le clip de Duran Duran c’était War boys il me semble.

Plus
votre commentaire