Kingdom of Heaven : le dernier chef d’œuvre de Ridley Scott ?

Simon Riaux | 24 juin 2020
Simon Riaux | 24 juin 2020

Réalisateur prolifique, jadis porté aux nues, Ridley Scott est un metteur en scène infatigable. Dans sa carrière, Kingdom of Heaven tient une place à part, peut-être une des plus éclatantes. Essayons de comprendre pourquoi. 

 

photoEn avant !

 

POUR LA GLOIRE 

À sa sortie, le blockbuster de Ridley Scott est attendu des amateurs du cinéaste qui ne s’est jamais caché de vouloir réaliser un film sur les Croisades. L’artiste vient de terminer Les Associés, une production plus modeste et son projet de transposition de la bataille de Tripoli vient de tomber à l’eau. Le scénariste de cette fresque ambitieuse a un autre scénario à lui proposer, consacré à la période historique qui passionne Scott.

Plus précisément, William Monahan s’intéresse à la période paix troublée entre musulmans et chrétiens, précédant la reprise de Jérusalem par Saladin. 

 

photoLe début d'une longue épopée

 

Ridley Scott est partant et va même jusqu’à suggérer à son scénariste de réintroduire un premier acte qu’il a jugé plus prudent de retirer, craignant que son script soit bien trop long pour être validé par un studio. Initialement, le récit devait démarrer après la tempête qui laisse le personnage de Balian inconscient, sur une plage inconnue. Mais Scott souhaite raconter le quotidien de son héros en France, et veut travailler sa relation avec son père. 

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

Tout savoir sur Kingdom of Heaven

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Vous aimerez aussi

commentaires

Gnagna
26/06/2020 à 09:17

À cette époque (2000-2005) on a eu Gladiator, les 3 Seigneur des Anneaux, Troie, Alexandre, Kingdom of Heaven, et j'en oublie peut-être
Aujourd'hui pour les amateurs de fresque épique qui ne porte pas de collant il y a le Roi Arthur -Excalibur et Robin des bois...

Alaindubourgdubrin
25/06/2020 à 19:36

@Ringo
Tout à fait d'accord.
Certains reprochent à Bloom de manquer de charisme.
Je dis que Bloom est parfait dans ce rôle. Son personnage ne me semble pas sujet à être charismatique, bien au contraire. Je pense que le perso est détaché du monde qui l'entoure et qui devient fou. Quelque chose d'une innocence, d'une candeur qui est nécessaire au perso.
La jouer Han Solo ou Madmartigan aurait enlevé au personnage toute sa substance dans un tel film à la fois humaniste, philosophique et spirituel. Chef-d'oeuvre absolu.

Comedian
25/06/2020 à 13:48

Le film sert surtout d'anti 300 car il remet en cause la politique de l administration de Bush influence par le Huntington . On ressent vraiment dans le film , une volonte de donner tort au choc des civilisations .

M1pats
25/06/2020 à 11:16

La version longue*

Pseudo
25/06/2020 à 10:49

Les cinéphiles pro Bloodkamp vont nous faire croire qu'il vaiu Ridley Scott...LOL.

Ken
24/06/2020 à 22:05

juste magnifique 100/100

jorgio6924
24/06/2020 à 19:11

Un véritable bijou en version longue.
Un film graphiquement magnifique comme Scott sait faire ses films qui a apporté un message d'apaisement pendant une effroyable période que l'Amérique a fait vivre au monde entier.

"What is Jerusalem for you ?"
"Nothing... Everything !!"

Juste magistrale !!

Hasgarn
24/06/2020 à 14:54

Une version longue épique et extraordinaire.

Franchement, je suis sous le charme


24/06/2020 à 14:45

Je ne le qualifierais pas de chef-d'œuvre, car même en version longue des problèmes de rythme et le manque de charisme d'Orlando Bloom demeurent (bien que l'acteur délivre une bonne prestation).
Pourtant, je trouve le film beau, étonnamment idéaliste tout en étant très parlant dans sa parabole de la guerre au Moyen-Orient. Loin du manichéisme et du va-t-en guerre débilitant, Scott se montre subtil et favorable au personnage de Saladin, tout en raillant l'attitude belliciste de l'Occident. Une approche assez surprenante et appréciable, surtout quand on le remet dans le contexte de la sortie du film : guerre d'Irak, "l'axe du mal" et autres politiques meurtrières entreprises début du 2ème millénaire.

zetagundam
24/06/2020 à 14:34

Film en partie plombé par la charismatique endive qu'est Orlando Bloom qui n'est jamais crédible

Plus

votre commentaire