Le mal-aimé : Dante 01, le désastre bizarroïde à la Alien, de Caro sans Jeunet

Geoffrey Crété | 12 avril 2020
Geoffrey Crété | 12 avril 2020

Parce que le cinéma est soumis aux modes et à la mauvaise foi, Ecran Large, pourfendeur de l'injustice, se pose en sauveur de la cinéphilie avec un nouveau rendez-vous. Le but : sauver des abîmes un film oublié, mésestimé, amoché par la critique, le public, ou les deux à sa sortie. 

Escale spatiale avec Dante 01 de Marc Caro, avec Lambert Wilson, gros échec en salles en 2008.

  

Affiche officielle

 

"Dante 01 sonne désespérément creux" (Télérama)

"Il faut s'accrocher pour comprendre ce scénario obscur" (Le Parisien)

"Un délire abscons de science-fiction messianique avec Lambert Wilson en Christ revival" (Le JDD)

"Dante 01 reste un nanar intergalactique en forme de trou noir dont Caro aura bien du mal à se sortir" (Chronic'Art)

"La maigreur anorexique de l'intrigue, l'humour inexistant, le premier degré affligeant, les dialogues autistes et un final christique ridicule" (Paris Match)

 

 

LE RÉSUMÉ EXPRESS

Autour d'une planète infernale nommée Dante, la station Dante 01, de la société pharmaceutique Neurinos, mène des expériences sur des criminels devenus des cobayes. Une navette amène Elisa, envoyée par la compagnie, et un prisonnier sans nom. Incapable de parler, dans un état de choc, il est vite surnommé Saint Georges par ses camarades cobayes, menés par César.

Malgré les réticences de Perséphone, en charge des opérations, Elisa commence à expérimenter un traitement censé réécrire l'ADN pour améliorer le comportement des prisonniers.

Saint Georges n'est évidemment pas un cobaye comme les autres : il a un pouvoir, qui lui permet de soigner et même ressusciter les autres, extirpant le Mal de leurs corps, sous l'apparence de créatures lumineuses mystiques qu'il mange. C'est comme ça, inutile de vous poser des questions.

Un des prisonniers se suicide après avoir piraté les systèmes, menant la station vers l'atmosphère destructrice de Dante. Elisa piège les autres mais est finalement piégée à son tour, et se crashe sur la planète. César se sacrifie au bain-marie pour essayer de sauver la station, mais échoue.

Finalement, Saint Georges le demi-dieu sort dans l'espace, et utilise ses pouvoirs pour terraformer Dante, et transformer cet enfer en planète habitable, se désintègrant au passage. Fin.

La suite est réservée aux abonnés. Déjà abonné ?

Accèder à tous les
contenus en illimité

Sauvez Soutenez une rédaction indépendante
(et sympa)

Profiter d'un confort
de navigation amélioré

commentaires

Poulet
14/04/2020 à 13:08

Monsieur Vide: Justement, j'étais surpris car ce n'est pas du tout ce qu'ils font d'habitude. C'est dire si le film était affligeant!

Karlito
13/04/2020 à 17:50

Le film montre que Caro est un artiste talentieux pour créer un design et des ambiances cinématographiques, mais pour le reste... Il est parti dans un délire à la Jan Kounen (Blueberry) trop premier degrés et trop hermétique. La fin est tristement affligeante, ce qui me rapelle, la scène tout aussi délirate et de mauvais goût de Sauron contre Galadriel dans le Hobbit 3:/

Monsieur Vide
12/04/2020 à 22:17

Poulet sympas tes potes qui téléphonent pendant une séance ( même si elle pue )

dams50
12/04/2020 à 20:53

Vu au festval de l'imaginaire à Epinal en présence du réalisateur.
On était que 10 dans la salle, mais Marc CARO très sympa, est venu nous serrer la paluche à chacun, et on a tous tapé la discut. après la projection.
J"ai plus retenu ces petits moments sympa, que le contenu même du film qui m'avais peu emballé faut bien le dire.

Pat Rick
12/04/2020 à 20:34

Film raté bien que visuellement il a un certain cachet.

Pulsion73
12/04/2020 à 19:01

un film qui se prenait trop au sérieux, mutltipliait très lourdement les références culturelles et filmiques ( Jésus et Alien 3 dans le même bateau quoi) . Chiant, lui aussi.

Poulet
12/04/2020 à 14:57

Je n'ai pas vu ce film, mais je me souviens que des amis étaient aller le voir au ciné. Il m'ont téléphoné pendant la séance tellement ils s'ennuyaient, me disant que de toute façon plus personne ne prêtait attention au film dans la salle. Ils m'ont aussi dit que beaucoup riaient.

Numberz
12/04/2020 à 14:41

C'est le premier mal aimé qui est réservé aux abonnés ?

votre commentaire