La saga Underworld est sur Netflix : on revient sur une franchise intérieur cuir

Créé : 28 juillet 2018 - Simon Riaux
Photo Kate Beckinsale
309 réactions

Les Underworld sont de retour et pour fêter ça, on vous a concocté un petit rappel concernant cette série de films d’action fantastiques souvent décriées, mais incroyablement sympathiques. Voilà qui nous permettra de patienter avant d'avoir des nouvelles de la série, actuellement en production.

 

 

Underworld de Len Wiseman

2003. Matrix n’a pas 4 ans et l’humanité se divise en deux camps à priori irréconciliables : les ados qui refusent de grandir et pensent encore que le monde est plein de vampires néo-goth super sapés et les autres, qui fantasment de se promener toute la journée avec des lunettes de soleil et un immense pardessus en cuir. Ces deux factions vont enfin être réunies par Len Wiseman, forcément sympathique puisqu’il n’avait pas alors cagué partout sur l’héritage de Die Hard et Total Recall.

Sur le coup, tout le monde fera mine de se pincer le nez devant cette histoire qui va puiser son inspiration chez la concurrence tout en recyclant grossièrement l’intrigue de Roméo et Juliette. Sauf qu’en fait, il est aisé de prendre son pied devant cette série B généreuse et très honnête, riche des loups-garous de Patrick Tatopoulos et d’un casting qui sue littéralement de charisme. Oui, Kate Beckinsale.

 

UnderworldKate Beckinsale et Scott Speedman

 

Underworld 2 - Evolution de Len Wiseman

Le premier épisode n’a pas été un succès délirant, mais ses 95 millions de recettes compensent plus que largement son budget 22 millions. Len Wiseman verra plus grand avec ce deuxième opus. Le budget double, et il peut nous offrir un festival de bébêtes, d’animatroniques et de maquillages superbes, le tout dans des décors variés et parfois grandioses.

Film d’action bourrin hybridé au meilleur de la grande époque de la Hammer et de l’horreur gothique, ce chapitre est de loin le plus réussi de la saga. Les morceaux de bravoure y sont nombreux, on y charcle du mutant à coups de pâles d'hélicoptères, quand on ne rentre pas les poils de loups-garous albinos avec les ongles. Sauf qu’avec « seulement » 113 millions de recettes au box-office mondial, l’inflation budgétaire ne se traduit pas en sous sonnants et trébuchants. Quelque chose doit donc changer si la saga continue.

 

photoUn bestiaire et des scènes d'action plus sophistiqués

 

Underworld 3 : Le Soulèvement des Lycans de Patrick Tatopoulos

Du coup le budget est amputé de 10 millions de dollars, et Kate Beckinsale est remerciée pour ce qui est sur le papier le film le plus ambitieux de la série : narrer la légende médiévale, d’amour, de trahison et de guerre, qui vit les lycaons s’opposer à leurs maîtres vampires.

La mythologie de la saga a toujours été son point fort. Mais quand on n'a que trois armures en plastique et un masque de loup-garou tout mité, pas facile de nous faire croire à la grande fresque du temps jadis. Le résultat est affreusement cheap, et s’étale péniblement dans trois bouts de décor interchangeables. Patrick Tatopoulos galère derrière la caméra, et il n’y a guère que Bill Nighy pour sortir le spectateur du coma. Les pauvres Rhona Mitra et Michael Sheen semblent si tristes de participer à l'aventure qu'on prie régulièrement pour qu'un monteur un peu kamikaze abrège leurs souffrances.

 

Image 346378Au théâtre ce soir...

 

Underworld : Nouvelle ère de Måns Mårlind et Björn Stein

Et si tant qu’on y est, si on emballait un simili reboot futuriste tourné dans un parking d’ex-RDA avec un gros loup géant tout perrave ? Le seul mystère de cet épisode aussi bête que moche, c’est comment il a bien pu coûter 70 millions de dollars.

Même Kate Beckinsale, dont le charisme et l’implication physique ont toujours été pour beaucoup dans le succès des films, semble aux abonnés absents. Quant au scénario, il se contente de plonger artificiellement le récit dans le futur pour rabâcher tous les poncifs – déjà pas bien originaux à l’époque – des trois précédents chapitres.

N'empêche, ça marche : plus de 160 millions au box-office.

 

Photo Kate BeckinsaleUne nouvelle ère vraiment très nouvelle, avec du cuir, des flingues, et du cuir aussi

 

Underworld : Blood Wars de Anna Foerster

Avec l’arrivée d’une fifille surpuissante, de vampirettes elfiques décolorées et le retour d’un penchant assumé pour le gore, la franchise nous propose un de ses chapitres ouvertement WTF mais nettement plus réjouissant que les précédents. En outre, ce Blood Wars contient quelques combats bien bourrins, et a la décence de clore enfin l’arc de Michael, ce qui permettra (peut-être) à l’ensemble de se renouveler. Tant que les scénaristes trouvent un prétexte pour téléporter le personnage de Theo James dans une autre galaxie, on est bons.

Premier film de la saga réalisé par une femme, c'est aussi le premier à vouloir totalement dégager Selene d'une dynamique romantique qui sera progressivement devenue une figure imposée, puis un boulet. Anna Foerster a également le mérite d'avoir su apporter enfin un personnage féminin secondaire un peu charismatique et classieux à l'ensemble, en la personne de Lara Pulver, malheureusement trop vite éjectée du récit. 

Si cet opus a coûté moitié moins que Nouvelle ère (35, contre 70, il en rapporte également deux fois mois (environ 80 au box-office). Un signal pas très bon pour la saga donc.

 

Photo Lara PulverLara Pulver

 

Où en est la franchise donc ? Deux directions possibles : un nouveau film, bien entendu, mais également une série.

Len Wiseman, qui chapeaute la saga depuis le premier film, a forcément en tête un sixième film avec Kate Beckinsale, laquelle a clairement déclaré ne pas être contre. D'un autre côté, le réalisateur de Total Recall : mémoires programmées a plus clairement parlé d'une série télévisée, début 2016. "Il y a eu beaucoup de conversations et même du développement sur ce que cette série serait. C'est vraiment adapté à la télévision, la manière dont les personnages peuvent s'y inscrire mais également devenir quelque chose de nouveau. C'est vraiment un espace attirant. Je ne veux pas mettre de date là-dessus parce qu'après ça va être rapporté et ça pourrait ne pas arriver dans ce timing, mais c'est en réflexion".

Depuis, rien. Underworld, es-tu là ? Affaire à suivre.

 

Image 113273

Image 113291

Image 347064

Affiche

Affiche française

commentaires

Fruuitman 04/09/2018 à 19:04

Quel dommage, j'adore cette saga. J'espère qu'ils trouveront un moyen de la relancer. Et si c'est en série ce sera malheureusement sans Kate Beckinsale à mon avis.

Thony 08/08/2018 à 12:53

Je trouve pourtant que c'est une série qui déchire vraiment

Sharklo 28/07/2018 à 18:10

Underworld : Blood Wars n'est pas sur Netflix.

votre commentaire