Batman v Superman : L'Aube de la justice - critique mythique

Simon Riaux | 24 mars 2016
Simon Riaux | 24 mars 2016

Batman V Superman sort dans les salles, avec une mission herculéenne à remplir. Lancer l’univers étendu de DC Comics sur grand écran, réconcilier Warner avec le box-office, et s’imposer face au modèle Marvel, tout en rendant crédible un choc de titans qui défie l’imagination. Zack Snyder est-il entré au panthéon des super-héros ?

  

ZACK L’EVENTREUR ?

On pouvait légitimement craindre que le réalisateur de Man of Steel soit contraint de s’aligner sur la recette établie avec succès par Disney. Et si le cinéaste ne parvient hélas pas totalement à y échapper, force est de constater qu’il trace un sillon bien différent, et enterre littéralement la concurrence. C’est bien simple, au cours de la décennie qui vient de s’écouler, rien n’arrive à la cheville de Batman V Superman, en termes d’ambition et de construction mythologique.

 

Photo Ben Affleck

 

Car c’est bien là que le blockbuster marque quantité de points et se démarque du tout venant de la production Hollywoodienne. Incarné par un Ben Affleck ivre de colère, son Batman est un justicier brutal, obsédé par sa mission vengeresse, qui hante les bas-fonds de Gotham. Superman, véritable demi-dieu dont les actions affolent les humains, jouit d’un traitement qui fera peut-être glapir les fans aveugles du canon DC, mais qui explore brillamment les symboles qu’il charrie.

Car Batman V Superman est une œuvre réellement mature et complexe, profondément Nietzchéenne. A travers l’implacable confrontation entre deux super-héros que tout oppose, Snyder explore la problématique du surhomme, la question du dépassement de soi, tout en auscultant de grandes questions politiques. Son Batman V Superman ne se contente ainsi pas de recracher bêtement les images du 9/11 inscrites dans l’inconscient collectif, il les met en perspective et nous interroge sur leurs conséquences.

Les super-héros ne sont pas ici des post-adolescents, à la vanne facile, mais des êtres exceptionnels, croulant sous les questionnements, les incertitudes, l'obligation morale de tenir bon. Loin des tourments parfois un peu artificiels d'un Nolan, Snyder ramène ses personnages à leur dimension mythique, entre Olympe et Walhalla.

 

Amy Adams Henry Cavill

 

SON ET LUMIERE

Le duel entre Ben Affleck et Henry Cavill devient dès lors un débat passionnant et superbement incarné à l’écran, entre le bien commun, la problématique de la guerre préventive, et la notion de dissuasion. Pour ce faire, Snyder laisse libre cours à tout son arsenal esthétique.

On retrouve ainsi le metteur en scène de 300 en plein possession de ses moyens. Composant un monde riche d’images inoubliables, comme en témoigne son premier quart d’heure, plongée en apnée dans un univers incroyablement cinégénique, dont la moindre image vrille littéralement la rétine du spectateur (à la manière de l’introduction de Sucker Punch), il nous offre une odyssée à l’ampleur souvent phénoménale, voire écrasante.

 

Superman

 

Il fallait tout son talent, sa connaissance aiguë de l’histoire des images et sa capacité à transformer en matière mythologique tout ce qui passe devant sa caméra pour ressusciter avec autant de puissance le personnage de Wonder Woman. Véritable révélation du film (qui jouit par ailleurs du seul morceau mémorable d’une bande-originale tonitruante), Gal Gadot bénéficie d’une iconisation absolument démente, qui dépoussière instantanément un personnage devenu objet de risée nostalgique depuis bien longtemps.

 

Batman

 

MARVEL QUAND TU NOUS TIENS

Mais son traitement est également symptomatique des véritables défauts du film. Car si elle est admirablement filmée par Snyder, l’héroïne est introduite à la truelle dans le récit, comme tout ce qui n’a pas directement trait à l’affrontement entre Batman et Superman. On sent ainsi la panique de Warner à l’idée de devoir rapidement lancer son univers étendu, qui parasite régulièrement le récit, jusqu’à en gâcher le dernier acte.

Batman V Superman abandonne soudain sa puissance, renonce abruptement à sa scénographie, pour revenir sur les rails établis par Marvel et nous inflige une ultime baston numérique, qui frise l’indigestion. Une cruelle déception, qui vient ternir un récit qui jusqu’alors semblait capable de renouveler durablement un genre étouffé par ses propres codes.

 

Wonder Woman

 

En témoigne le traitement de Lex Luthor, on attendait beaucoup de Jesse Eisenberg, mais ce dernier souffre hélas du syndrome du bad guy en roue libre, encore accentué par l'importance donné au duel entre Batman et Superman. Rapidement insupportable, le comédien n'a rien d'autre à offrir qu'une version hystérisée d'un personnage célèbre. Censé aérer le récit et lui conférer un peu de légèreté, il ne parvient paradoxalement qu'à l'alourdir.

De même, le rythme du film le dessert et le déséquilibre. Trop long et dur (le classement R a probablement été évité d’un cheveu) pour être un divertissement pop corn anodin, mais pas assez long et développé pour être la fresque épique à laquelle il aspire, Batman V Superman nous laisse donc en partie sur notre faim, comme si le film refusait finalement d’assumer l’épopée qu’il devait être.

Par conséquent, on attend immensément la version longue de Batman V Superman, qui devrait nous permettre de nous faire un avis définitif sur ce combat historique, qu’il se révèle un choc mythologique ou une choucroute trop garnie.

 

affiche

 

 

Résumé

D'une ampleur et d'une intensité remarquables, cet affrontement aux accents mythologiques souffre de scories regrettables, issues de la volonté d'introduire à tout prix un vaste univers étendu.

commentaires

Marvel/DC
15/05/2019 à 00:14

Un super film, le seul de l'univers dceu à mettre en place un Batman avec autant de potentiel qui malheureusement ne se verra plus ni dans suicide squad, ni dans Justice League ..
Ben Affleck étant un assez bon acteur, dommage qu'il ne puisse pas donné une âme au personnage de Bruce Wayne à telle point que l'acteur est badass en Batman et craint en Bruce Wayne ..
Pour le reste Henry cavill c'est comme du Robert Downey jr, un acteur qui colle à la peau du personnage, moi qui est adorais superman man of Steel je ne peux que dire que Cavill est toujours excellent en l'homme d'acier et Wonderwoman à pu trouver dans ce monde une actrice capable de lui insuffler du charisme !!

Le seule gros point noir du film reste L'ex luthor qui tous bonnement déplorable et ne rivalise aucunement avec celui de la série Smallville, on dirait tous simplement un bouffon de service ayant reçu un coup dans le casque .....
Sinon la version longue n'est qu'à conseiller tant les couleurs et l'histoire sont extraordinaire !! Dommage que tous ce travail n'est pas eu une conclusion méritante comme prévu par Snyder pour ramener le grand Darkseid ????

GOD
08/06/2017 à 10:36

Tout comme MOS, ce film vieillie de mieux en mieux pour moi !

Alors oui, quelque défaut (un montage brouillon, même si la VL est LARGEMENT mieux, un peux trop de sous intrigue, Luthor).

Mais le reste, incroyable. Il détonne clairement avec le reste des grosse production (notamment super héroïque), de par sont traitement plus noir avec sont ambiance/Personnages, et sont traitement iconique qu'il réserve au 2 plus grand héros de DC (les gosse ont du trouver le film trop long, mais aussi trop dur).

Et ca fait un bien fous, ce genre de contre proposition, même avec c'est défaut.

Bref, un film qui divise (toujours), mais qui a bien plus de personnalité que la majorité des production qui sortent de l'univers des Comics.

GOD
08/06/2017 à 10:35

Le dosage du film est clairement son point noir, ainsi que son statut bâtard et déchiré entre ce que le film fait, a promis et se doit de faire : être une suite, être un reboot, une introduction à la Justice League, poser les bases des choses à venir et oublie parfois, avant de se recentrer, qu’il doit surtout et avant tout être un film entier avec son commencement et son dénouement. Sous forme de boucle, le film s’ouvre et se ferme sur le même schéma dans lequel les péripéties s’enchaînent. Le nouveau monde de Batman et Superman s’ouvre sur un enterrement et se ferme sur un autre accompagné de la voix lasse d’un Bruce Wayne brisé (et d’un Ben Affleck impeccable). Pourtant, Zack Snyder soutenu par l’écriture de Chris Terrio arrive à tout contenir dans son film avec un début défini, un corpus clair et une conclusion qui boucle le tout. Toujours est-il que même si le film semble partir dans tous les sens et a un certain arrière-goût d’inachevé, l’ensemble tient la route et reste clair à suivre pour n’importe qui.

Caméos maladroits, soucis de rythme dus à de nombreuses coupes occasionnant un certain nombre de zones d’ombre brouillonnes (rectifier grace a la Version longue), menés avec talent et grande maîtrise s’inscrivant dans une tendance à contre-courant des standards actuels autant dans le cheminement de l’histoire que dans les résolutions d’intrigues. C’est une habitude chez Zack Snyder, désormais, comme à l’époque de Watchmen et de Sucker punch, Batman v Superman est déjà un coup très fort mais il l'est d'autant plus avec la version longue, c’est dores et déjà une certitude. Le film va diviser mais pas pour de mauvaises raisons, au contraire : car il possède une identité forte et assumée.

Batman v Superman bien qu’imparfait ose des choses inédites, prend des risques et tient ses promesses. Plus qu’un film de super-héros il expose un drame politique et philosophique sur les besoins d’espoir de l’humanité et la peur du pouvoir absolu dans un contexte contemporain et un ton très « Frank Miller-ien ». Malgré ses défauts principalement centrés sur le montage et la coupe de la version cinéma qui handicapent son rythme, le nouveau film de Zack Snyder peut compter sur ses très puissantes et imposantes qualités ainsi que sur la fraîcheur et la nouveauté qu’apporte son flot de noirceur et de violence dans le paysage des blockbusters. Dans les faits, Batman v Superman, à défaut d’être la pièce aboutie que l’on pouvait attendre reste ce qui se fait de mieux dans le genre depuis Watchmen, de plus spectaculaire et maîtrisé, de plus sincère, intrinsèquement de plus profond dans son propos et sûrement de plus neuf !

4,5/5

tunon
02/08/2016 à 21:21

Attention, ce film n'est pas pour le grand public!!!!
Il n'y a qu'à lire les commentaires genre ou est le combat? Wonderwoman sert à rien... Avez-vous lu les comics????!!!
Pour ma part, une vraie fan de superman, on retrouve absolument tout le point de départ de la ligue des justiciers et le but du procès de superman qui donnera la raison de la conception de cette ligue... Donc pour moi le fil était vraiment une bonne reprise des BD et ça fait trop plaisir!!!
1 batman tourmenté, et oui les super héros ont leur faiblesse (hors kryptonite) et ça fait du bien!
Mon seul point noir: le costume de Batman qui ressemble plus à une armure et qui tasse complètement le personnage; et qui lui retire son charisme... dommage

Caplove
07/04/2016 à 19:52

Je ne le regarderai pas tous les jours mais je penses que les critiques y vont un peu fort. C'est leur opinion mais quand même...

Caplove
07/04/2016 à 19:49

Je viens de regarder le film et j'ai bien aimé, je voulais voir si les critiques étaient vraies. Il faudrait qu'ils s'achètent des lunettes je défends ce film pourtant je suis plus 100% pro-Marvel.

snail
07/04/2016 à 13:32

Avons-nous vu le même film ? Moi, j'ai vu un Superman absent, un Batman tronc d'arbre qui marque les criminels au fer rouge (!!!), une Wonder Woman insipide (effectivement insérée à coup de truelle dans la soupe...), un Lex Luthor horripilant (mais avec un bon plan...), un Alfred sans classe, des longueurs à la pelle, un final proche de la bouillie visuelle, et des séquences belles mais ratées (le rêve dans le désert, non, sans déconner...), Par moment, ça me faisait penser à Sucker Punch : un alignement de belles images sans âme, me laissant définitivement sur le bord de la route... Je ne parlerai pas de la vaine tentative psychologique, tuée dans l'oeuf par des dialogues trop... monolithiques.

mikegyver
06/04/2016 à 17:20

ayé j'ai vu la....chose

donc comme d'ab ecran large COMPLETEMENT a la ramasse, le film n'enterre rien du tout, juste lui-meme !!!

en gros c'est un gloubi-boulga indigeste,incomprehensible et qui laisse un sale gout dans la "bouche" en sortant du ciné !!!

ben affleck est nul, lex luthor joué facon caricature années 90, wonder woman inutile, le montage est fait a la serpe, le conflit batman/superman digne de premier baiser,

bref a part la scene finale et la fin, c'est impossible a voir 2 fois, le pire c'est que ca dure 2h30 pourtant !!!

en gros c'est rempli de scenes port-nawak joués par de mauvais comediens, pour faire simple :):)

ca fait plaisir, car on critique Marvel, mais chez eux au moins on se fait pas chier !! ca coule a pic chez D.C, ca vous apprendra a chier sur disney/marvel comme des trolls

Momo Imzouren
05/04/2016 à 16:25

Je trouve le film plutôt réussi malgré quelque défaut certes. J'y est pris du plaisir a le voir, j'aime ce coté sombre et assez réaliste mais c'est vrai que le film souffre d'une certaine construction narrative et c'est ce qui a été reproché a Zack Snyder dans Man of Steel. Mais il semble que ce dernier a pris en compte uniquement les critiques qui ont été faite par rapport a l'énorme destruction du combat entre Zod et Superman, Hors ce qui a été surtout reproché aux film, c'est avant tous la construction scénaristique un peu brouillon et le manque de profondeur psychologique au personnage, même si il s'est un amélioré par rapport a cela, ça reste un brouillon par moment, surtout la fin et c'est vraiment dommage. A part ça, le film est vraiment bon et on prend du plaisir a le visionné. 3,7/5

Champy
29/03/2016 à 11:27

Z'auraient jamais dû faire appel a snyder pour developper l'univers dc. Sombre jusqu'au bout. A tel point que personne ne regrette la mort de superman Certains dans la salle ont même poussè un ouf de soulagement. nous n'avons pas besoin d'un superman sombre et impulsif. Nous ne voulons pas d'un lex luthor trop bavard et calqué sur le joker. Nous ne voulons pas d'une lois lane plaintive et pleurnicharde. Nous n'avons pas besoin d'un univers òu tous les personnages se croient à des funérailles.D'accord pour qu'on se différencie des gags de marvel, mais il y'a une difference entre être fataliste et réaliste. C'est là que snyder s'est planté.

Plus

votre commentaire