300 : La naissance d'un Empire - critique rouge sang

Simon Riaux | 25 octobre 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58
Simon Riaux | 25 octobre 2020 - MAJ : 09/03/2021 15:58

300 : La naissance d'un Empire, ce soir à 23h55 sur TF1

En 2007, 300 de Zack Snyder, avec Gerard Butler et Lena Headey, avait marqué son époque avec son imagerie folle et ambitieuse. En 2014, la suite 300 : La naissance d'un Empire, avec Eva Green et Sullivan Stapleton, est arrivée. Plus chère (110 millions de budget, contre 65 millions), cette continuation sous forme de prequel n'a pas forcément autant excité.

RENAISSANCE EMPIRIQUE

Adulé comme un choc esthétique lors de sa sortie, décrié tel un vulgaire nanar dans la foulée, 300 de Zack Snyder a marqué les mémoires et divise encore. Ambassadeur d'une nouvelle vague de péplums à l'esthétique numérique, l'adaptation des travaux de Frank Miller devait connaître une suite de longue date. Est donc arrivé 300 : La naissance d'un Empire réalisée par Noam Murro, qui a choisi de pousser plus loin la logique initiée par Snyder et d'en démultiplier les effets.

300 : La naissance d'un Empire accomplit mine de rien un petit exploit : celui de faire passer son prédécesseur pour un film sobre. Car l'épopée qui nous est proposée ici explose chaque exagération de la première aventure spartiate. Combattants par milliers, plans gores à la chaîne, séquences de destruction massive, ralentis méchamment classieux, il ne se passe pas une seconde sans que le film attaque la rétine du spectateur.

Le premier épisode était déjà un curieux mélange de virilisme pro-occidental et de comptine crypto-gay, et ce nouveau film pousse cette logique paradoxale dans ses derniers retranchements. Les héros grecs s'affirment donc en défenseurs ultra-violents de la démocratie contre les vilains arabes kamikazes (sic), tandis que tous craignent leurs maîtresses respectives, à savoir des femmes autoritaires et célibataires. Freud, quand tu nous tiens.

 

photo, Sullivan StapletonCupidon a bien changé

 

300 X 2

Bien sûr, 300 : la naissance d'un empire est narré avec les pieds et ne constitue qu'une enfilade de sketchs spectaculaires, mal reliés par une voix off très « Frédéric Mitterrand sous stéroïdes ». Mais chacune de ces scènes s'avérant plus spectaculaire et mieux découpée que la précédente, il y a fort à parier que les plus bourrins des spectateurs en auront pour leur argent. Que les amateurs de psychologie ne boudent pas le film de Noam Murro, il leur réserve quelques folles surprises.

On y trouve ainsi une sodomie diplomatique où Eva Green (ahurissante) donne de sa personne, un héros dont la motivation est littéralement de savoir à qui, de la maman ou la putain, il fera don de son gros glaive, et un bad guy perse qui a manifestement des problèmes d'identité.

 

photo, Eva GreenGreen fait couler le sang rouge

 

Boursoufflée et impressionnante, ridicule mais réjouissante, cette suite s'avère souvent meilleure que l'original, notamment grâce à une technique bien mieux maîtrisée. À ce titre, évitez à tout prix les séances en 3D, beaucoup trop sombres, elles ne rendront pas grâce à la finesse des décors et à la photographie parfois somptueuse. On ne pariait pas sur 300 : la Naissance d'un empire et on pourra tiquer sur son absence de personnages ou de scénario, mais certainement pas sur ses expérimentations formelles ou la folie douce qui s'en dégage.

 

Affiche

 

Résumé

Intensément spectaculaire par endroit, franchement drôle quand il assume ses outrances, 300 : la naissance d'un empire n'est pas un tant un bon film qu'un très beau n'importe quoi.

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(3.5)

Votre note ?

commentaires
[)@r|{
27/10/2020 à 18:37

"300" et "300 : la naissance..." sont deux films qui véhiculent des idées fascistes et nazies.

Leni Riefenstahl n'aurait pas fait mieux. Tout y est : Culte de la personnalité, homme providentiel, théâtralisation de la guerre, ordre, force martial, esthétique du corps, virilité et démonstration de la supériorité d'un peuple sur un autre.
Et me dite surtout pas qu'il faut voir cela aux seconds degrés.
Donc, deux films de m**de !
Mais la singularité de la chose, c'est que le deuxième film a été réalisé par Noam Murro.

Ciao a tutti !

Iron59
27/10/2020 à 16:26

Ses un très beau film et très impressionnant et très belle envers le 1er et le 2eme car il se passe en même temps l'un l'autre

Tob
27/10/2020 à 08:45

+2 avec flo

zetagundam
26/10/2020 à 22:35

2nd épisode, desservi il est vrai par son acteur au charisme d'huitre, qui n'est pas plus mauvais que la moyenne des films d'action de ces dernières années mais qui n'arrive jamais à la cheville de son ainé.

Lily
26/10/2020 à 17:13

Purée j'avais complètement oublié cet opus.

Skostiss
26/10/2020 à 16:04

Vilains arabes kamikazes ??
Les perses ne sont pas des arabes chers amis...

Lolo27210
26/10/2020 à 13:25

Moi j'adore a quand le troisième

j en prendrais pour 1 d
26/10/2020 à 11:39

au contraire en 3d c'est très impressionnant!

Alleluya
26/10/2020 à 10:41

Como en faira a la faire de mon cas psycatrique.

Colonel j Matrix
26/10/2020 à 10:14

300 de Gérard Butler et tout simplement un chef,-d'oeuvre en tout et pour tout ????

Plus
votre commentaire