Moi, moche et méchant 2 : Critique

Sandy Gillet | 25 juin 2013
Sandy Gillet | 25 juin 2013

Il fallait s'y attendre. Avec le succès mondial (surprise ?) de Moi, moche et méchant, sa suite, pas forcément prévue à l'origine, se devait de voir le jour rapidement afin de surfer sur la vague « Minion » qui avait enchanté les mômes et leurs parents. Et avec les aléas inhérents à ce genre d'entreprise opportuniste : des attentions scénaristiques moindres et une absence d'effet de « surprise ». 

Du coup, on part un peu dans la surenchère et l'on met en avant ce qui a fait le véritable succès de la chose, les Minions donc. Exit du coup les trois bambins qui font tapisserie car Gru, devenu un vulgaire gentil, se doit d'avoir une romance et accessoirement de trouver une maman. Bref, que la joyeuseté baroque du premier puisse s'effacer au profit de la normalité de la famille nucléaire banlieusarde type. C'est dommage mais c'était hautement prévisible.

 

 

Qu'à cela ne tienne, une fois la « Bible » respectée, nos deux frenchies de réalisateurs ont tout de même été cherchés la petite graine de folie indispensable dans les deux seuls champs d'expérimentation qui leur restaient. D'abord la recherche d'une plus value évidente au niveau des techniques d'animation qui permettent ici un rendu des matières et des lumières encore plus réalistes ajouté à une 3D toujours aussi fun. Mais surtout la présence de ces Minions qui prolifèrent aux quatre coins de l'écran pour notre plus grand plaisir finalement mais aussi et surtout pour celui de leurs créateurs qui en ont fait pour le coup le fil rouge d'une histoire dont il fallait bien gommer le plus possible la linéarité et la conclusion quelque peu attendue.

 

 

On sait qu'un spin off axé sur ces petites créatures jaunes, créations de Gru un peu ratées habillées d'une salopette bleue, dotées de deux ou un seul œil et d'une diction d'un enfant d'un an, est déjà en préparation. Il faut bien entendu donner au public ce qu'il attend et cela va dans le sens de l'histoire. On espère juste qu'à l'instar de ce film clone qui a un peu dégénéré, on ne tombe pas alors dans une facilité qui ne renverrait la belle surprise du début qu'à un simple accident de parcours dans la saga de plus en plus exigeante de l'animation d'aujourd'hui.  

 

 

Résumé

Newsletter Ecranlarge
Recevez chaque jour les news, critiques et dossiers essentiels d'Écran Large.

Lecteurs

(0.0)

Votre note ?

commentaires
Aucun commentaire.
votre commentaire